J’ai l’air d’un Boogie Man ? Entretien avec Amazigh Kateb

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Archipels #2
est sorti !





  


< Articles

J’ai l’air d’un Boogie Man ?
Entretien avec Amazigh Kateb

PARTAGER ►

par Samuel Wahl
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



La première étape du Festival La voix est libre/El Chanti s’est déroulée cette année en Tunisie, un mois après les attentats du Bardo et le Forum Social Mondial. [3] Ces deux événements manifestent, à quelques jours d’intervalle, les enjeux cruciaux auxquels est confronté le pays. Comme en écho, au Kef, un village à proximité de la frontière algérienne, le festival musical nomade proposait une soirée dans un théâtre que des djihadistes avaient peu avant tenté d’incendier… Une rencontre inédite entre le slam de l’inusable Dgiz et la musique stambali des esclaves noirs du Maghreb, menée comme une transe conjuratoire par le musicien Amazigh Kateb, fils du grand Kateb Yacine. La semaine précédente, c’est à La Parole errante, la maison du poète Armand Gatti à Montreuil, que nous l’entendions avec son groupe Gnawa Diffusion, à l’occasion de la fête de la CNT. Nul doute que nous avions quelques mots à nous dire…

JPEG - 205.6 ko
Amazigh Kateb à El Kef (Tunisie)

Ton prénom, Amazigh, donné par ton père, veut dire « homme libre ». Héritage, liberté, peux-tu nous parler de ce rapport ?

Mon père m’a inculqué un amour de liberté sans limite, sans compromis. Ce prénom est rare : Amazigh en Algérie, interpelle les deux parties d’un conflit linguistique, culturel, entre les berbéristes et les arabisants. Depuis que[...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !



Musique Festival la Parole Errante Montreuil Amazigh Kateb

[1Sur un plan plus personnel, et artistique, ces jours ont été marqués par le décès du metteur en scène et ami de longue date de la revue Cassandre/Horschamp, Ezzedine Gannoun, directeur du Théâtre El Hamra (La rouge), à Tunis. Compte-rendu à lire et à voir en vidéo sur www.linsatiable.org

[2Sur un plan plus personnel, et artistique, ces jours ont été marqués par le décès du metteur en scène et ami de longue date de la revue Cassandre/Horschamp, Ezzedine Gannoun, directeur du Théâtre El Hamra (La rouge), à Tunis. Compte-rendu à lire et à voir en vidéo sur www.linsatiable.org

[3Sur un plan plus personnel, et artistique, ces jours ont été marqués par le décès du metteur en scène et ami de longue date de la revue Cassandre/Horschamp, Ezzedine Gannoun, directeur du Théâtre El Hamra (La rouge), à Tunis. Compte-rendu à lire et à voir en vidéo sur www.linsatiable.org

fake lien pour chrome



Partager cet article /  





1 commentaire(s)

12 janvier 2016

amazigh je taime

Signaler
Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…