Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Fabrique des Regards : Europe et Moyen-Orient

par L’équipe
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


THÉÂTRE - LECTURE - RENCONTRES

Du 23 janvier 2016 au 26 janvier 2016
Samedi 23 janvier à partir de [17H] - Dimanche 24 janvier à partir de [16h30] - Lundi 25 janvier à partir de [19h] - Mardi 26 janvier à partir de [17h]

SPECTACLES
DÉCRIS-RAVAGE ÉPISODES #1 #2 #3 #4- ADELINE ROSENSTEIN
WAGONS LIBRES – SANDRA ICHÉ
VARIATIONS ORIENTALISTES - MARY CHEBBAH, RENAUD GOLO, SANDRA ICHÉ, PASCALE SCHAER ET VINCENT WEBER
DAECH (TITRE PROVISOIRE) – ÉRIC VAUTRIN
WINTER GUESTS – AURÉLIE RUBY
EN FORMATION – STÉPHANIE BÉGHAIN ET OLIVIER DEROUSSEAU

LECTURE
CHRONIQUES D’UNE RÉVOLUTION ORPHELINE – LEYLA-CLAIRE RABIH
BAYBARS « DE L’IMAGINAIRE DES VILLES » – WAËL ALI

RENCONTRE
HENRY LAURENS

DÎNER-DISCUSSION

"Le Moyen-Orient occupe régulièrement une large part de l’actualité internationale. Entre héritage culturel inestimable et pétrodollars, radicalisations religieuses et néo-libéralisme exacerbé, passé colonial et ingérence internationale, cette région du monde donne peut être aujourd’hui l’image la plus exacte d’une mondialisation inconsciente et égoïste, sans histoire et sans mémoire, sans projet et sans destin, dans ce qu’elle a de pire. Ce qui s’y passe exemplifie et précède sans doute le désordre des vies et des systèmes politiques et sociaux qu’un XXe siècle oublieux nous a légué.

Que peut l’art devant les violences qui en découlent autant que les souffrances et les irresponsabilités politiques ?

Probablement rien. Sauf à penser que nous ne sommes pas innocents de ce qui se passe là-bas, que réfléchir une situation c’est entreprendre de se penser soi-même, qu’il existe un espace entre indifférence et ingérence. Sauf à prendre en compte que ce qui se passe là-bas nous regarde et nous implique, que l’histoire autant que la discussion collective participent à penser le présent et que le déni est aussi nocif que l’attentisme. Sauf à accepter que la première action possible est sans doute de sortir des discours simplistes, reprendre les généalogies et opposer l’écoute à tous les emportements. L’Europe n’existe pas sans le Moyen-Orient : ce qui se passe 4000 km plus à l’est a autant d’origines que de conséquences en Europe.

Pendant 4 jours, nous voudrions faire de L’ÉCHANGEUR un lieu de discussions sur les outils dont nous disposons pour construire un regard et une implication responsable et critique sur ce qui se passe ici, sur ce qui se passe ailleurs, et plus spécifiquement sur la façon dont le théâtre peut se nourrir des sciences humaines pour participer, en tant que fabrique collective de représentations et de récits, à mettre des mots sur la confusion généralisée, les désespoirs autant que les possibilités de vie (ce que nous faisons là). Nous ne prétendons à aucune solution, nous ne sommes même pas un groupe constitué mais trois équipes de création rassemblées. Nos préoccupations nous ont réunis avant nos solutions ou propositions. Nous proposons, durant ces quatre jours à l’Échangeur, nos spectacles qui sont l’aboutissement de nos recherches. Et nous invitons à nous rejoindre d’autres collectifs et des amis avec lesquels nous partageons préoccupations et attentions. Nous souhaitons dresser une table commune ouverte à tous. Car si nous sommes inquiets, nous ne sommes pas démunis. Si nous sommes bouleversés, nous ne sommes pas inconscients pour autant.

Les spectacles qui seront présentés ne sont pas des réponses, mais l’exercice de la volonté et l’entretien de la réflexion collective qui reste à mener sur ce qui nous unit et sur ce qui relie, inextricablement, l’Europe et le Moyen-Orient, le passé et l’aujourd’hui, au delà des discours simplistes attisant les peurs et les hystéries.

Avant, entre et après les spectacles, nous vous convions à des échanges et des discussions autour d’un verre ou d’un dîner sur les liens entre savoirs, histoires, représentations et fictions ou la transparence possible – ou non – entre théâtre et sciences humaines, fabrique de spectacle et récits de l’histoire, création théâtrale et recherches académiques comme processus et renouvellement de notre place dans le monde. Nous n’appelons ni à l’expertise ni à la leçon, mais à l’échange, à l’apaisement nécessaire à la lucidité et aux partages et discussions des connaissances et des points de vue. C’est bien le moins ".

Adeline Rosenstein, Sandra Iché et Éric Vautrin

FABRIQUE DES REGARDS
Du 23 janvier 2016 au 26 janvier
Théâtre de l’Échangeur
59, avenue du Général de Gaulle
93170 Bagnolet
www.lechangeur.org






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.


Théâtre de la Bastille, Festival d’automne, de jeunes acteurs vien­nent faire réson­ner le regard porté sur les révo­lu­tions du passé et inter­ro­ger l’avenir. Des ter­ri­toi­res (...d’une prison l’autre...) est le deuxième volet d’une tri­lo­gie écrite et mise en scène par Baptiste Amann. Dans ce huis clos sur­volté, le tren­te­naire se préoc­cupe de savoir sur quelle révo­lu­tion se por­tera le XXIème siècle.