Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Et si le milieu artistique balayait devant sa porte ?

par Jacques Livchine
Sous thématique(s) : Petites théories jetables
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Jacques Livchine se fâche avec le milieu

Jacques Livchine se fâche avec le milieu

Il y a quelque chose de très ennuyeux, c’est que les analyses du Front national sur les coutumes du théâtre public subventionné ne sont pas fausses.

Bien-sur que c’est une sorte de mafia qui se serre les coudes, n’y entre pas qui veut, faut la carte, c’est une féodalité très structurée, qui résiste facilement à l’État, qui impose ses vues, des goûts, son style de théâtre.
C’est ainsi que dans toute la France règne ce théâtre au goût moyen uniforme, un peu tristounet, pas si mauvais, mais peu décoiffant, peu innovant. L’histoire du théâtre s’écrit “hors institution”. L’institution c’est Pommerat, et ce qui lui ressemble. Au bout d’une heure, on rêve que cela s’arrête.
Peu à peu pour remplir ses salles, le théâtre public se transforme un peu partout en annexe de l’éducation nationale, ces chers élèves ont droit aux illustrations vivantes de la littérature étudiée au lycée.
Il y a dans le théâtre public des zones d’ombre. Des rumeurs circulent sur le fait que les directeurs de théâtres nationaux, maisons de la culture etc, seraient payés autant sinon plus que nos ministres…
Le chiffre est bien camouflé puisque n’apparaissent sur les budgets que les masses salariales totales, donc seul l’administrateur et sa fidèle comptable pourraient nous en informer, mais la transparence n’est pas à l’ordre du jour.
Un ex-directeur de scène nationale en visite à Avignon s’étonnait de la cherté de son séjour, évidemment d’habitude ses 3 semaines d’Avignon étaient prises en charge par sa structure.
Or, tous ces directeurs sont des négociateurs redoutables, aucune compagnie n’arrive être payée à son vrai prix, ils n’ont pas honte de demander de rabaisser les cachets des comédiens.
Parfois, j’ose penser que les problèmes de l’intermittence seraient vite réglés si les théâtres subventionnés acceptaient de payer les compagnies à leur vrai prix, chaque cachet isolé correspondrait à 4 jours à temps plein, ce qui est la réalité, avec les voyages et les répétitions.
Mais qui osera parler ?
À peine vous osez briser la loi du silence, vous être automatiquement blacklisté, pas question de critiquer ces lieux si vous êtes dans le milieu et avez l’intention d’y jouer un jour.

Jacques Livchine






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’en par­lais récem­ment ici, il est des mala­dres­ses à toutes les mises en expo­si­tion. À la Maison Victor Hugo, ce qui m’a dérangé c’est le rai­son­ne­ment qui a pré­cédé la cons­truc­tion du propos cri­ti­que. Je vou­drais sou­li­gner plu­sieurs pro­blè­mes, et non des moin­dres, puisqu’ils sont dis­cri­mi­na­toi­res.


J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.