Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Colloque international : Le Yi Jing, modernité d’un ancien classique chinois

par Yann Bougaret
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Le weekend du 14 et 15 juin 2014, l’association Le Centre Djoti organisera un colloque sur le Yi Jing et la musique.

Ici, ne cherchez ni « tirages », ni consultations payantes, ni prédictions de l’avenir, le Centre Djohi se veut être uniquement un réseau dont l’objectif est de développer l’usage individuel du Yi Jing en créant un lien productif entre tous ceux que le changement passionne. C’est ça le Yi Jing, l’étude des "mutations", des changements et des métamorphoses qui nous entourent et dont nous sommes nous-mêmes objet et… sujet.

C.G. Jung ou encore le philosophe et mathématicien Leibniz en était aussi de grands passionnés. Cet ouvrage qui daterait d’environ 3000 ans a influencé toute la pensée chinoise à travers les siècles précédant ; « Traité canonique des mutations » est une traduction possible de ce qu’est le Yi Jing. Pendant longtemps vu comme un art divinatoire, ce côté possible du jeu de Yi Jing ne manqua pas d’occulter sa véritable nature : la proposition d’un "plan" du monde où tout es analysé selon cette loi universelle : opposition//complémentarité (Yin : réceptif / lune / femelle / passif // Yang : créatif / soleil / mâle / actif). En subdivisant cette dualité de façon systématique sur un langage arithmétique à tout ce qui nous entoure, le Yi Jing propose un vue philosophique d’ensemble et surtout atemporelle.

Samedi 14 juin
Etude du Yi Jing

9h à 10h : Cyrille J.-D. Javary
Une traduction qui légitime le Yi Jing.

10h à 11h : Pr Léon Vandermeersch
Les deux raisons chinoises, divination et idéographie.

11h30 à 13h : Pr E. Shaughnessy
L’histoire de la formation d’un classique. Traduction Pr. Klein

14h30 à 15h30 : Danielle Elisseeff
Gestes et formes pour rendre compte de l’inéluctable mutation des êtres.

15h30 à 17h : Pr Li Ding
Rationalité occidentale d’un classique chinois.
Traduction SUN Wendi.

17h30 à 18h45 : Pr Ju Fei
Lacan et le Yi Jing : vision chinoise de la topique analytique.

Dimanche 15 juin
Usage du Yi Jing

9h à 10h : Philippe Thiriot
Créations artistiques à partir du Yi Jing.

10h à 11h : Pr Ivar Ekeland
L’appréciation mathématique du hasard.

11h30 à 13h : Didier Goutman
Mais qu’est-ce qui répond quand on inter- roge le Yi Jing ? Échanges avec la salle.

14h30 à 15h : Yann Baud
“Chaudron“ et “7 mondes ...“ Compositions musicales contemporaines.

15h à 16h : Zhou Jing Hong
Théorie et pratique du Qigong selon le Yi Jing.

16h30 à 18h : Benny Cassuto, Patricia Ibanez, Bruno Poignant et Gérard Timon. Modérateur P. Van Eersel
Table-ronde : de l’usage du Yi Jing en situation professionnelle.

Week-end du 14 et 15 juin 2014
Théâtre Adyar - 4 square Rapp, 75007 Paris
RER : Station Pont de l’Alma
Métro : Stations Alma Marceau et École Militaire

Contact : 01 48 01 68 28

Tarifs :
Adhérent DJOHI : 120 €
Colloque + adhésion DJOHI : 160 €
Non adhérent DJOHI : 180 €
L’adhésion Djohi permet de bénéficier de tarifs préférentiels pour les stages et donne accès au blog d’échange entre adhérents.

Pour en savoir plus :

Le Centre Djohi






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’en par­lais récem­ment ici, il est des mala­dres­ses à toutes les mises en expo­si­tion. À la Maison Victor Hugo, ce qui m’a dérangé c’est le rai­son­ne­ment qui a pré­cédé la cons­truc­tion du propos cri­ti­que. Je vou­drais sou­li­gner plu­sieurs pro­blè­mes, et non des moin­dres, puisqu’ils sont dis­cri­mi­na­toi­res.


J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.