Cauchemars d’une nuit d’été (indienne)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Articles sans abonnements

Cauchemars d’une nuit d’été (indienne)

PARTAGER ►

par Thomas Hahn
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Dans son nouveau spectacle, la troupe du Soleil investit une fabuleuse chambre en Inde, où se croisent l’histoire coloniale, l’histoire en train de s’écrire, celle du théâtre et celle du Théâtre du Soleil. Et elle réussit à nous faire rire de Daesh...

JPEG - 295.4 ko
Une chambre en Inde Théâtre du Soleil © Michèle Laurent

Avec Une Chambre en Inde, le Théâtre du Soleil et Ariane Mnouchkine réussissent un millefeuille théâtral si agité qu’il en sort une émulsion explosive. Une chambre, aux dimensions du plateau principal de la Cartoucherie, où on parle beaucoup et ou se jouent tant de drames. Une chambre parlementaire, direz-vous. Pas tout à fait. Chambre d’hôte, mais chambre basse, au rez-de-chaussée : Dans ce salon avec lit, bureau et le reste, tout le monde entre, par la rue et par les rêves : Tchekhov et le XIXe siècle, Shakespeare et sa tempête, le théâtre Nô, les fonctionnaires culturels français, le théâtre populaire tamoul avec des épisodes du Mahabaratha, les propagandistes de Daech, et finalement Chaplin... Et avec cette mondialisation, arrivent les conflits de notre temps, les doutes et les crises d’angoisse d’une metteure en scène malgré elle, et la grande question : À quoi sert le théâtre ?

JPEG - 325.8 ko
Une chambre en Inde Théâtre du Soleil © Michèle Laurent

Ariane présidente !

Pourtant dans ce caravansérail théâtral, tout coule de source, pendant plus de trois heures, sous la présence d’Ariane, sinon sa présidence. Tiens, ça tombe à pic ! La gauche n’a-t-elle pas besoin, plus que jamais, d’une figure fédératrice, d’un fol espoir pour éviter le naufrage ? Alors, si soudainement quelqu’un arrive à faire, en mijotant tous ces ingrédients, une pièce cohérente et fluide, une œuvre où tout communique, où on aborde l’état du monde, de ses nappes phréatiques en danger aux conflits inter-religieux, cette personne n’est-elle pas la mieux placée pour créer un mouvement où Valls, les écolos, Mélenchon etc. renoncent à rouler tambour sur leurs digues idéologiques ? Par ailleurs, Ariane nomme littéralement ses coéquipiers aux « Affaires publiques », « Affaires internationales et humanitaires », aux « Affaires administratives », et même à « toutes les grandes affaires » ! Ce dernier doit être son premier ministre (à défaut d’être son Macbeth). Nommer un gouvernement, elle s’y connaît...

Mais elle avoue un peu trop ses faiblesses. La tourbillonnante Hélène Cinque saute de son lit, chaque fois que la sonnerie du téléphone l’arrache à ses rêves ou à ses cauchemars. Dans le rôle de Cornélia, quasi-Cordelia et quasiment fille de Constantin Lear, metteur en scène devenu fou suite aux attentats de Daech à Paris, elle vit des crises d’angoisse et de doute, des visions d’horreur mais aussi des éblouissements. Mais savoir parler de ses faiblesses est une force ! C’est peut-être la première fois qu’on voit Mnouchkine s’amuser d’elle-même, en tout cas de façon aussi ouverte et reconnaissable pour tous. Un retour sur ses débuts, peut-être, et un reflet du dernier voyage de la troupe, juste après les attentats de novembre 2015, quand le Théâtre du Soleil s’est installé, avec soixante-quinze personnes, à Puducherry (Pondichéry), pour des séances de travail et d’écriture, pour tenter de comprendre quelque chose à une humanité qui perd ses esprits. Pas facile. Que peut le théâtre, par définition coincé dans une salle, quand les échecs de l’humanité se propagent par smartphone ?

JPEG - 246.4 ko
Une chambre en Inde Théâtre du Soleil © Michèle Laurent

Des fenêtres sur le monde

Alors que l’immense chambre d’une maison coloniale devient salle de répétitions, la réalité indienne fait irruption. Une fille se réfugie, tentant d’échapper à un mariage forcé. Un père hindou exige que son fils ne soit pas placé, en salle de classe, à côté d’un musulman. Des mafieux magouillent et empochent l’avenir de leur ville. Mais entrent aussi des singes bondissants, le bruit des manifestations, des djihadistes… Il y a ici des spectacles dans le spectacle, en veux-tu, en voilà, nettement plus encore que dans le « Songe d’une Nuit d’Eté » ! Successivement ou simultanément, la troupe tamoule et la française, les talibans et les autres (ils sont plus ou moins quarante sur le plateau) envahissent l’espace et se dissipent comme dans un songe. Unité de lieu et écriture cinématographique n’ont plus rien de contradictoire.

JPEG - 321.7 ko
Une chambre en Inde Théâtre du Soleil © Michèle Laurent

Le Theru koothu : Un art populaire redécouvert

À Puducherry, on parle et on danse tamoul, on interprète les épisodes du Mahabharata et du Ramayana en mode Theru koothu. Et si le voyage en Inde de Mnouchkine avec toute la troupe du Soleil n’avait eu que ce résultat, à savoir la venue à Paris de cet art populaire théâtral, dansé et chanté, Mnouchkine aurait au moins souligné qu’on peut exporter autre chose que des Rafale. Elle a assisté à des représentations de Theru koothu, dans le Tamil Nadu. Quand on a en tête la finesse distinguée du Kathakali, on est frappé par la légèreté et l’irrévérence de ce théâtre de danse donné essentiellement en milieu rural. Comme au Kathakali, les troupes représentent surtout des épisodes du Mahabharata et du Ramayana, mais on ne s’interdit pas d’y introduire des intermèdes parlant de l’actualité.

Une troupe de Theru koothu :

Une chambre en Inde contient de beaux moments de Theru koothu, mais les cauchemars de Cornélia pourraient aussi bien être les intermèdes du spectacle de la troupe tamoule. Au premier abord, encore surpris par ce théâtre de danse pas vu à Paris depuis vingt ans au moins, on se demande par ailleurs si la Mnouchkine n’aurait pas inventé cette forme en ajoutant une touche burlesque au Kathakali. Ne serait-ce pas un Mahabharata en version Bollywood, sans les corps de ballet ? Le traitement parodique des personnages n’aurait-il pas de liens avec le Theru koothu, voire avec le Kyogen ?

JPEG - 86.8 ko
Une chambre en Inde Théâtre du Soleil © Michèle Laurent

Peut-on rire de Daesh ?

Mais il s’avère que l’influence burlesque est avant tout « Charlie ». Parce que le spectacle se termine sur le discours de Chaplin dans Le Dictateur, si idéalisé et pathétique qu’il semble aujourd’hui totalement décalé par rapport à l’évolution politique de l’Occident. Chaplin ne parle pas en Donald Trump, mais en djihadiste de Daesh, par deux fois fusillé par ses acolytes qui veulent l’obliger à tenir un discours de propagande islamiste. Mais Cornélia en décide autrement, elle veut faire passer le discours. Cette façon lourde d’appuyer un message auquel le public adhère de toute façon est la seule faiblesse dramaturgique en plus de trois heures de théâtre. Il est ici nettement plus libérateur de rire de Daesh que de s’émouvoir avec Chaplin.

JPEG - 293.3 ko
Une chambre en Inde Théâtre du Soleil © Michèle Laurent

Car bien sûr, quand les djihadistes sombrent dans leur propre attentat suicide parce qu’ils n’arrivent pas à déclencher la ceinture explosive de leur camarade, leur film muet façon Laurel et Hardy, c’est l’esprit Charlie Hebdo porté sur les planches ! De même quand ils essayent de tourner un film de propagande et le porte-parole laisse échapper une allusion grivoise au lieu de tenir le discours appris par cœur. Jusqu’à ce que la pécheresse se saisisse du pistolet et abatte les barbus. La caricature et le grotesque sont les meilleures armes, contre Trump comme contre l’islamisme. Les frères Kouachi ne s’y sont pas trompés. De la tuerie visant la liberté d’expression à Une Chambre en Inde, tout s’enchaîne. Et même le contrôle des sacs à l’entrée du théâtre devient ici un spectacle assuré par « The Grand Bazar Police Security Brigade », de facture vaguement indienne. Avec le dispositif de sécurité obligatoire depuis les attentats, le spectacle du Soleil commence aux abords du théâtre.

Thomas Hahn

http://www.theatre-du-soleil.fr


fake lien pour chrome



Partager cet article /  



<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Du « JE » au « NOUS »
ARTICLE SUIVANT >>
Lemi Ponifasio, chef Maori et artiste du monde





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


Installations, spectacles, tables rondes
projections, concert, brunch et autres réconforts...
De 11h00 à minuit



Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.