Armand Gatti, trésor national bien vivant, c’était en janvier dernier. (...)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Articles sans abonnements

Armand Gatti, trésor national bien vivant, c’était en janvier dernier. Hommage.

Cet article a aussi été publié dans le blog de Nicolas Roméas sur Médiapart
PARTAGER ►

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Ce texte a été écrit à l’occasion de la belle soirée qui eut lieu à Montreuil à la Parole errante en janvier dernier, pour les 93 ans du poète Armand Gatti qui vient de nous quitter, ce 6 avril.

Guerrier métaphysique suivant du doigt chaque ligne du poème, chaque trace de ce parcours qui mena du quartier Saint-Joseph à Monaco où il naquit d’une mère femme de ménage et d’Auguste G. l’éboueur, au camp de Lindemann puis à la forêt de la Berbeyrolle, le maquis de Georges Guingouin, jusqu’à son dernier havre de Montreuil où il nous offrait sa présence.

Nous étions réunis l’autre soir à Montreuil autour de cet homme (grand, peut-on dire sans abuser des mots), dont la présence même, le courage, oserais-je dire l’aura ?, la profondeur et la savante malice, nous donnent de la force.

Et on en a vraiment besoin.

JPEG - 150.3 ko

Un vieil enfant bourré de joie guerrière et à jamais amante de la vie, dont la voix défie tout renoncement, dont le corps intérieur secoue toute inertie avec la maîtrise d’un jeune Nijinski. Danseur de mots mû par le souffle de l’océan et des forêts remplies d’oiseaux, debout sur le radeau, il brandit à bout de bras le flambeau qui troue par instants la nuit d’une mer furieuse, lampe-tempête incandescente qui vainc l’obscurité du temps et arrête les vagues. Tournant sans fin comme un derviche dans les flammes d’une histoire hachée de ténèbres mortelles et d’éblouissantes lumières, ce délicat ténor et boxeur raffiné murmure encore, redit à nos oreilles assoiffées l’impalpable secret de la survie de l’âme. En traversant la voix, le corps d’un homme debout, en adoptant son pas, ses détours et ses haltes rêveuses, une interminable lignée de combattants et de poètes reprend le fil de sa longue, très émouvante marche.

Armand Gatti fêtait ses 93 ans à la Maison de l’arbre à Montreuil, c’était hier. Et c’est comme une passerelle au-dessus d’un abîme, par-delà ces temps sans issue, nous ramenant dans le Grand temps, celui du récit de la vie d’Hommes qui se veulent des humains, brêche lumineuse dans l’aporie d’un temps qu’on croit perdu. Ce que les vieux Chinois appelaient « longue vie », c’est sans doute ça que nous nommons éternité. Ce fil qui circule entre tous, nous relie et fait de nous des êtres d’esprit nourris des combats politiques et poétiques de tous les autres, ceux d’avant, ceux de maintenant, ceux d’après. Antonio Gramsci, Rosa Luxemburg, Benvenuto Durutti, sont ses frères et ses sœurs, autant qu’Henri Michaux.

Céleste tisserand cousant sans relâche l’un à l’autre les mouvements de son âme et les tourments de notre histoire commune, sans jamais en lâcher l’écheveau ni le fil.

Aède dont la candeur ardente est toujours celle du très jeune résistant, inlassable rhapsode de toutes nos résistances, intrépide funambule sur la crête de nos rêves d’humanité, Goya des mots nourrissant l’arborescence d’immenses fresques politiques, poétiques et arboricoles, déversant sur la toile de notre imaginaire commun des flots d’images habitées, vivantes, dont la source jaillit du maquis de la forêt de Berbeyrolle, haut lieu de la Résistance dont notre Homère a fait le point nodal mythique, originel, où des hommes s’enterrèrent pour assumer leur renaissance et où les arbres de la révolte se levèrent, ralliant à eux toutes les forêts du monde.

Secret protecteur des plus précieux de nos secrets, trésor national vivant en charge de nos utopies les plus folles, scribe d’un espoir à inventer chaque matin et à construire à force de langage, Gatti tend la flamme qui l’embrase et nous intime de la faire circuler. Lui qui inventa la Parole errante, nomade par définition, posée depuis 1986 dans cette infiniment précieuse Maison de l’arbre de Montreuil qui prit place dans les anciens entrepôts de Georges Méliès, et qu’il nomme aujourd’hui « Nous la forêt qui brûle ».

Longtemps grand reporter, prix Albert Londres, poète et auteur prolifique, entre autres réalisateur et scénariste avec Pierre Joffroy du génial film L’enclos et auteur de La Passion du général Franco par les émigrés eux-mêmes interdit par l’État français en 1968 à la demande du gouvernement espagnol, par sa vie même, Gatti prouve la possibilité et la nécessité vitale d’une résistance incarnée. Et armée d’une langue. Cet anarchiste partage avec le Jean de l’Évangile une certitude fondamentale : « Au commencement était le verbe ». Nous sommes construits de mots et c’est par les mots que nous construisons. De la Shoah aux luttes des Amérindiens et des Noirs d’Amérique en passant par la résistance espagnole et la dissidence soviétique, ces combats ne furent pas seulement l’inspiration du poète, tout son être entièrement immergé dans le mouvement de l’histoire, sa barque volontairement soumise à ses tempêtes, du côté de l’opprimé toujours, celui qui se révolte, du chercheur, des artistes dignes de ce beau nom. Seuls vrais témoins, en somme, d’une humanité véridique.

C’était son anniversaire et il nous a fait ce présent. L’éternelle vitalité du poète, cadeau sans prix pour tous ceux qui veulent poursuivre ce combat de tous temps où politique et poésie, l’art et la condition humaine, ne peuvent sans dommage se disjoindre.

Nicolas Roméas


Armand Gatti est mort le 6 avril 2017, à l’hôpital Begin de Vincennes.
Gatti, Dante, Sauveur est né le 26 janvier 1924 à la maternité de l’hôpital de Monaco, fils d’Auguste Gatti, balayeur et de Letizia Luzona, femme de ménage.
Armand Gatti, c’est le journalisme qui lui a voulu ce prénom, mais Dante il est resté, aussi.

Avant il fut Don qui, résistant, arrêté, évadé, parachutiste.
Il fut journaliste, au Parisien Libéré, reporter couronné par le Prix Albert-Londres en 1954, puis à Paris-Match et d’autres journaux.

Il fut auteur, dramaturge, metteur en scène, Le Crapaud Buffle, Le Poisson Noir, La Vie Imaginaire de l’éboueur Auguste G., Chant public devant deux chaises électriques, Les Treize soleils de la rue Saint-Blaise, Le Cheval qui se suicide par le feu, Rosa collective, La Passion du général Franco, Le Chant d’amour des alphabets d’Auschwitz, Le Cinécadre de l’esplanade Loreto, Didascalie se promenant seule dans un théâtre vide, Le couteau d’Evariste Galois, sont quelques uns des titres de son théâtre.

Il fut réalisateur de films, consacré avec le premier, L’Enclos, à Cannes en 1961, ignoré dès le second, El Otro Cristobal, tourné à Cuba, suivirent Le Passage de l’Ebre en Allemagne, Nous étions tous des noms d’arbres en Irlande du Nord.
Et Gatti se fit écrivain public, vidéaste, nomade, du Brabant Wallon à Montbéliard, de Ris-Orangis à Strasbourg, en passant par Toulouse, Marseille, L’Isle d’Abeau, Avignon, Genève, Besançon, Lyon, etc.

Il prit le chemin de la Parole errante pour une longue marche dans la traversée des langages et la physique quantique. N’en finira plus d’explorer Les sept possibilités du train 713 en partance d’Auschwitz.

De Gatti, Henri Michaux disait à leur première rencontre : « Depuis vingt ans parachutiste, mais d’où diable tombait-il ? » La question reste ouverte.
Gatti est à jamais dans l’espace utopique que ses mots ont déployé, celui où le communard Eugène Varlin croise Felipe l’Indien, où Rosa Luxembourg poursuit le dialogue avec les oiseaux de François d’Assise, où Antonio Gramsci fraternise avec Jean Cavaillès, Buenaventura Durruti avec Etty Hilsum, Auguste G. avec Nestor Makhno.

Gatti, si on ne le sait déjà, on le saura bientôt, est l’un des plus grands poètes de notre temps et des autres.

Le site de la parole errante


Mercredi 19 avril à partir de 18 h 30 à la Parole errante - 9, Rue François Debergue à Montreuil - Métro Croix de Chavaux. Hommage à l’œuvrier Armand Gatti

Rien, jamais, n’aura été banal dans la vie d’Armand Gatti qui vient de décéder. Même pas le chassé-croisé entre l’annonce aux Amis de l’Humanité d’un rendez-vous avec lui, le 19 avril prochain, et sa disparition le 6, ses obsèques, le 13 au crématorium du Père Lachaise.

Le 17 décembre dernier, accueillant dans sa Maison de la parole errante les auteurs d’un Manifeste des oeuvriers, Roland Gori, Bernard Lubat et Charles Silvestre, pour ce qui n’était alors qu’un projet, il avait souhaité que la parution de l’ouvrage soit marquée par une rencontre dans son lieu d’élection. Pour la parution du livre le mercredi 19 avril.

Fallait-il, Gatti disparu, maintenir le rendez-vous ? Plus que jamais, a répondu Jean-Jacques Hocquard, le fidèle, comme on dit chez Shakespeare. Mais ce n’est pas que pour le principe. Il n’y a pas plus oeuvrier que Gatti, oeuvrier par son œuvre, à l’incroyable densité, œuvrier dans sa vie sans égale et jusqu’au bout. Sa réflexion préférée, face à la moindre épreuve, était de lancer à son compagnon : « allez, on repart au combat ! »

Le livre, publié le jour-même par Actes Sud et les Liens qui Libèrent, sera là. Mais, c’est essentiellement un hommage qui sera rendu au poète, au résistant de son film sublime L’Enclos, au journaliste, prix Albert Londres 1954, au dramaturge, dont l’une des premières œuvres-chocs, au théâtre, La vie imaginaire de l’éboueur Auguste G, transformait la réalité sociale de ses parents, balayeur et femme de ménage, en une fiction aussi riche que bouleversante.

Le 19 avril les auteurs du « Manifeste », les Amis de l’Humanité, et tous ceux qui voudront bien se joindre à eux, salueront cet intrépide qui aura donné à ce mot d’œuvrier, ses lettres de noblesse, au sens littéral de l’expression.

Charles Silvestre vice-président des amis de l’Humanité


fake lien pour chrome



Partager cet article /  



<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Don Quichotte face à la Machine
ARTICLE SUIVANT >>
En Corée du Sud, les artistes face au « Choi-gate » (seconde partie)





2 commentaire(s)

Dominique Ducornez 18 avril 2017

Ma rencontre avec Armand Gatti, en 1993 à Marseille, a changé le cours de ma vie. J’étais alors, un Point d’Interrogation de l’Alphabet de la Question. (Marseille Adam, Quoi ? - 1993). Parachutée sur cette terre, il m’a fait atterrir, de sa Parole errante à sa Traversée des langages.
Je partage avec sa famille et ses amis, un chagrin indicible.

Dominique Ducornez

Signaler

Sanz 18 avril 2017

Bonjour,
J’ai lu cet article "tellement écrit" avec beaucoup d’attention et d’intérêt. Il contient plein de références que je ne vais pas manquer de chercher. Si j’avais été à Paris, sans nul doute, je serai venue à l’hommage rendu à cet homme dont je viens de découvrir le parcours.
Sa réflexion préférée : "Allez, on repart au combat" n’est pas tombée dans l’oreille d’une sourde. Je veux la faire mienne. Pour y puiser de la force.
Mille merci

Signaler
Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Lancement d’Archipels 2 à Liège le 18 novem­bre 2017 de 18h à 19h30.« Devant des événements aussi vio­lents que la “crise des migrants”, il est plus commun, plus immé­diat, de se lais­ser sidé­rer que de consi­dé­rer », écrit Marielle Macé, la sidé­ra­tion indui­sant une mise à dis­tance, une para­ly­sie, à l’inverse de la consi­dé­ra­tion qui favo­rise la com­pas­sion, la lutte.


Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !