Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

Archipels #1 un événement européen autour des migrants
JPEG - 30.1 ko

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Lʼéquipe française de la revue Cassandre/Horschamp et du site L’Insatiable (LʼInsatiable.org et horschamp.org) et celle bruxelloise de Culture&Démocratie (cultureetdemocratie.be) travaillent depuis plus de vingt ans à mettre en valeur les liens existants entre lʼart, la culture et lʼétat de nos sociétés. La rencontre de ces deux équipes donne naissance à la nouvelle publication européenne consacrée aux arts et à la culture dans leurs relations à la société : Archipels.

Grande Rencontre autour d’Archipels
« Tourmentes et Migrations »
le 3 décembre au Musée national de l’histoire de l’immigration
de 14h à 18h30

13h30 : Accueil du public

14h : Ouverture en présence de :
Nicolas Roméas, directeur de Cassandre/Horschamp – L’Insatiable
Sabine de Ville, présidente de Culture & Démocratie
Paul Biot, rédacteur pour Culture & Démocratie

PROJECTION
14h15-15h : « Bernard Christophe », flm documentaire (30’) de Jean-François Botbol sur le spectacle du Nimis Groupe « Ceux que j’ai rencontrés ne m’ont peut être pas vu ». Suivi d’une discussion avec le réalisateur et Anne-Sophie Sterck, comédienne du Nimis Groupe

DISCUSSIONS
Introduction de Luc Gruson, chargé de mission auprès du Ministère de la Culture et de la Communication, ancien directeur général de l’Etablissement public du palais de la porte dorée - Musée national de l’histoire de l’immigration

15h15-16h : L’hospitalité
Valérie de Saint Do – journaliste et auteure, François Koltès – architecte, réalisateur et écrivain, et d’autres...

16h15-17h : ’’Délit de solidarité" : créer avec les migrants
Antoine Chaudet et Paloma Fernández Sobrino de L’Âge de la Tortue - association
d’expérimentation artistique, Nadège Abadie – photographe, Nimis Groupe - troupe de théâtre documentaire, Aurore Krol – journaliste, critique, auteure

17h15-18h : L’exil, ferment de création
Thomas Hahn - journaliste, Samuel Wahl – journaliste, auteur, réalisateur, Christine Bouvier, directrice de Redplexus, festival de performances Préavis de désordre urbain, Sabine de Ville – présidente de Culture & Démocratie

Clôture
Nicolas Roméas, directeur de Cassandre/Horschamp – L’Insatiable
Pierre-Jérôme Adjedj, rédacteur pour Cassandre/Horschamp, auteur-metteur en scène et photographe

Entrée libre dans la mesure des places disponibles
Réservez dès maintenant en envoyant un courriel à resa(at)horschamp.org
www.linsatiable.org - 01 40 35 00 98

JPEG - 52.5 ko

Pour ce tout premier numéro, « Tourmentes et migrations » il était important de nous emparer dʼun thème central : la question des migrants, dont on sait à quel point elle est politiquement mal gérée. Cʼest une occasion forte de démontrer en quoi les artistes, lorsquʼils se penchent sur les drames humains qui nous traversent, peuvent agir sur les consciences, en travaillant à la fois sur le plan émotionnel et sur celui du sens.

Pour sa première expérience autour des migrants, Archipels plonge dans ce que nous appelons le « spectacle des responsabilités », puis il partage un temps avec le Nimis Groupe, passionnante troupe de théâtre documentaire, et sʼouvre à dʼautres regards et pratiques, du cinéma à la performance, en passant par la littérature et la poésie.

JPEG - 280.7 ko

Au rythme dʼanalyses, dʼentretiens, de témoignages et dʼimages fortes nourris par le réel, cette revue nous fait entrer dans lʼunivers des migrants et des artistes. Elle nous fait ressentir et comprendre ce qui sʼéchange entre eux, hors de nos « zones de confort ». Elle construit des archipels. Les textes de ce numéro sont accompagnés dʼimages de Céline De Vos et du Medex.


Éditeurs : Cassandre/Horschamp, Culture&Démocratie
Format : 21 cm x 29,7 cm
Nombre de pages : 108 pages
Prix conseillé : 12 €

Pour l’acheter en ligne : www.horschamp.org

Le supplément numérique en ligne

Lancement au Festival des libertés à Bruxelles

Une première critique ici






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Tous les deux ans, la ville se trans­forme en un gigan­tes­que cas­te­let en accueillant le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes qui réunit 230 com­pa­gnies et accueille plus de 150.000 spec­ta­teurs. En ce mois de sep­tem­bre aura lieu sa 19° Édition.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».