Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


A l’Opéra Bastille, un metteur en scène qui s’affiche comme xénophobe

Levée de boucliers en Allemagne contre Alvis Hermanis qui met en scène « La Damnation de Faust » à Paris
par Thomas Hahn


Un scandale théâtral secoue l’Allemagne, et débarque sur Paris. Le metteur en scène Alvis Hermanis vient d’annuler, de son propre gré et comme geste de protestation, sa création prévue pour avril 2016 au Thalia Theater de Hambourg.

Sous le titre Russland. Endspiele (Russie. Fins de Partie), il allait adapter Gorki, Tolstoï, Dostoïevski et autres classiques de la littérature russe. S’il est surprenant de voir un artiste annuler une création de sa propre initiative, la raison de cette annulation est un véritable scandale.

JPEG - 118.9 ko
Alvis Hermanis © Manfred Werner

Hermanis, homme de théâtre de Riga très en vogue dans les festivals de théâtre d’Europe de l’Ouest, fait son coming out de xénophobe ! Le Thalia Theater, dit-il, s’engage pour les réfugiés et parmi eux il y aurait sans doute aussi des terroristes. Et puis, de toute façon, les terroristes sont tous soit des migrants soit des enfants de migrants. « Les temps du politiquement correct sont révolus, nous sommes en guerre et dans une guerre il faut choisir son camp. » Dixit Hermanis. Voilà qui prouve une fois de plus qu’en temps de guerre, la capacité à regarder les choses de façon objective et rationnelle est la première des victimes.

Le Thalia Theater avait en effet collecté 100.000 euros pour un fonds d’aide aux réfugiés, ce qui est insupportable selon Hermanis. Un théâtre qui s’engage pour soutenir des réfugiés en situation précaire est à ses yeux infréquentable. Ce qui pose la question de savoir si cet homme est encore fréquentable pour des lieux de culture et pour les mécènes soutenant ses productions.

Un metteur en scène international contre l’accueil de réfugiés

« On ne peut pas soutenir en même temps les victimes des terroristes et les terroristes », a-t-il déclaré dans la presse allemande. Traduisez : Qui offre un manteau à un réfugié est peut-être co-responsable du prochain attentat. C’est l’état d’urgence à la sauce Hermanis. Et c’est à l’Opéra Bastille que le Letton met en scène de La Damnation de Faust de Berlioz, spectacle lyrique programmée du 5 au 29 décembre.

Autre raison invoquée par Hermanis pour retirer sa création de l’affiche hambourgeoise : C’est de cette ville que sont venus certains des terroristes d’Al Quaida qui ont commis les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis ! « Je suis père de sept enfants, je ne m’y sens pas en sécurité. » La perte d’orientation et de sang-froid chez Hermanis serait-elle due au fait que le metteur en scène travaille actuellement à Paris ?

Hermanis s’est-il laissé contaminer par le discours guerrier de Manuel Valls ?
Hermanis dit vivre dans le XIème arrondissement et selon lui, « on se sent au quotidien comme en Israël. La menace et la peur sont omniprésents ». Ce qui laisse entrevoir qu’il n’a pas vraiment mis le pied devant sa porte, sauf pour se rendre à l’Opéra. La peur est dans sa tête, pas dans les rues de Paris. Pensés jusqu’au bout, les postulats d’Hermanis appellent la fermeture des frontières et autres fantasmes du Front National.

Comment réagir ?

L’Opéra de Paris est évidemment pris au dépourvu par les déclarations calamiteuses du metteur en scène et ne s’est pas encore prononcée à leur sujet. L’embarras est évidemment total. Faut-il annuler cette Damnation ? Le maintien du spectacle cautionne indirectement les délires du metteur en scène. Mais une annulation ouvrirait un débat politique et offrirait une caisse de résonance aux thèses de l’extrême-droite, dont Hermanis semble se rapprocher de plus en plus. Seulement, il faut aussi penser aux interprètes et à la création. Comment les chanteurs peuvent-ils encore s’identifier et donner le meilleur d’eux-mêmes en scène ? Sans parler de Dominique Mercy, grande figure de la compagnie de Pina Bausch, qui interprète ici un « rôle muet et dansé » ?

Le monde de l’art va peut-être commencer à s’intéresser de près aux diatribes de cette coqueluche de la scène européenne. Car Hermanis a d’autre cordes à son arc quand il s’agit de faire des quenelles au »politiquement correct ». Selon lui, l’art est hermétique et c’est bien, l’opéra contemporain est une aberration et la politique culturelle de Jack Lang un désastre : Voilà ce qu’Hermanis déclara au journal NZZ de Zurich en mars 2015, oubliant au passage que l’Opéra Bastille qui l’accueille aujourd’hui est aussi un enfant de Lang. Mais Hermanis dit aussi : « Je suis un être humain qui change d’avis ». Il serait temps…

Thomas Hahn










Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Tous les deux ans, la ville se trans­forme en un gigan­tes­que cas­te­let en accueillant le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes qui réunit 230 com­pa­gnies et accueille plus de 150.000 spec­ta­teurs. En ce mois de sep­tem­bre aura lieu sa 19° Édition.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».