Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Veillée pour l’écrivaine Asli Erdogan à la Parole errante

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Veillée pour l’écrivaine Asli Erdogan le mardi 25 avril à 20 heures à La Parole errante 9, rue François Debergue - Montreuil. (métro : Croix de Chavaux).

JPEG - 143.3 ko

Asli Erdogan est une des écrivaines les plus importantes de la littérature Turque. Son œuvre porte la voix et la sensibilité des déshérités, des exilés, des oubliés. Elle a été arrêtée le 16 août 2016 à Istanbul en même temps que 20 membres du journal d’opposition Ösgür Gündem sous l’inculpation de participation à un groupe terroriste, mais plutôt en réalité pour ses écrits en faveur des minorités opprimées, et en particulier des Kurdes. Libérée provisoirement le 29 décembre, elle est repassée en jugement le 14 mars et son procès a été maintenant reporté au 22 juin. La réclusion à perpétuité a été requise contre elle.

Dans la plaidoirie qu’elle a prononcé devant ses juges le 29 décembre, elle disait :
"Pourquoi moi ? Pourquoi m’avoir choisie, moi, comme cible d’un lynchage politique ? Pourquoi s’acharner ainsi de toutes ses forces sur une femme qui n’existe que par sa plume, si ce n’est parce que le Pouvoir veut instaurer un rituel de chasse aux sorcières ? Comment ne se rend-il pas compte que la Turquie, en emprisonnant plus de 150 écrivains, ampute sa propre langue ?"

Nous sommes un collectif d’acteurs professionnels issus des Ateliers R L (Ateliers de recherche René Loyon). Pour répondre à une demande du comité de soutien, dirigé par Tieri Briet, nous proposons, dans une démarche militante, des lectures d’extraits de textes d’Asli Erdogan publiés en France aux éditions Actes Sud :

La Ville dont la cape est rouge, traduction Esin Soysal Dauvergne

Les oiseaux de bois, traduction Jean Descat

Le Mandarin miraculeux, traduction Jean Descat

Le Bâtiment de pierre, traduction Jean Descat

Le Silence même n’est plus à toi, traduction Julien Lapeyre de Cabanes

Nous lirons aussi au cours de cette soirée des extraits de ses interviews, de ses lettres et de sa plaidoirie.

Nous souhaitons ainsi attirer l’attention du public sur la situation tragique des milliers d’écrivains, universitaires, journalistes empêchés de travailler ou emprisonnés en Turquie depuis le pseudo coup d’Etat de juillet 2016, et sur le coup terrible porté à la liberté de pensée et d’expression dans ce pays.

Nous voulons que toutes ces personnes sachent que nous ne les oublions pas car de leur liberté dépend aussi la nôtre.






2 commentaire(s)

Compagnie L’Arbre 3 mai 2017

La parole erre :
Une autre soirée de soutien aura lieu à Beaurepaire en Isère, lundi 8 mai 2017, à 18h30 (Camping intercommunal, à côté de la piscine), autour de la compagnie Carcara et des artistes du territoire. Lecture de textes d’Asli Erdogan, parole et écriture d’une lettre de soutien.

Signaler

Chadia Boufira 25 avril 2017

Tous ces intellectuels, artistes, journalistes, bref culture et de l’information disparaissent dans des cellules de prison parce qu’ils sont témoins ; par la plume, ils témoignent sur d’autres qui diaprassent au grand jour sous des régimes de dictature ; la vie des autres, leurs noms, identité-r"duit au silence, l’oubli, témoignons nous aussi- de leur existence, nom, combat-Quand tout se saura, lèvera les bras ---- cessera ?

Signaler
Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Notre ami Hervé Breuil a créé le Lavoir Moderne Parisien il y a vingt-huit ans dans un ancien lavoir public situé rue Léon, au cœur de ce quar­tier popu­laire qui devint peu à peu l’enclave « afri­caine » de la Goutte d’or, dans le dix-hui­tième arron­dis­se­ment de Paris. Un quar­tier à la répu­ta­tion inquié­tante, sous la menace per­ma­nente d’opé­ra­tions immo­bi­liè­res, mais en réa­lité très vivant.


Chaque année depuis 2016, les équipes de L’Insatiable en France et Culture&Démocratie en Belgique, aguer­ries à l’explo­ra­tion des pra­ti­ques artis­ti­ques en lien avec les ques­tions de société, pro­dui­sent, avec la col­la­bo­ra­tion de par­te­nai­res d’autres pays, un numéro de la revue Archipels autour de la ren­contre des cultu­res. Nous vou­lons déve­lop­per ensem­ble une revue papier per­met­tant de mettre en valeur, com­pren­dre et favo­ri­ser, les échanges entre les artis­tes et l’ensem­ble de la col­lec­ti­vité humaine.


J’ai rendez-vous à l’hôpi­tal Saint-Vincent de Paul pour me faire réa­ni­mer. Prise en charge par une infir­mière puis une équipe de méde­cin, je serai rame­née à la vie et inci­tée à en pro­fi­ter.


Pierre Debauche a été, de très près comme de loin, un solide com­pa­gnon de route de notre tra­vail pour l’art et la culture dans la société, un repère et l’une de nos brû­lan­tes ins­pi­ra­tions. Un grand frère d’armes jusqu’à son der­nier souf­fle pour tous ceux qui, jeunes ou non, savent que le théâ­tre est un lieu de par­tage essen­tiel. Et s’effor­cent, en ces temps arides, de mettre en pra­ti­que ce savoir.


Besançon. Sabrina Boukhenous retrouve son public pour l’inau­gu­ra­tion du Festival du tout jeune Collectif Haïku avec sa pre­mière créa­tion solo : Plastik. Plus exac­te­ment l’agui­che d’une pro­po­si­tion plus longue, en cours d’écriture, sur les per­ver­si­tés d’une société pro­duc­ti­viste et nar­cis­si­que. Premier tableau expri­mant les effets des ryth­mes pro­fes­sion­nels sur l’humain, Plastik sonne comme un pré­texte : mettre le corps opprimé au ser­vice de l’image, la danse et le théâ­tre au ser­vice d’un mes­sage.