Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Articles offerts par L’Insatiable

Une lettre de Jacques à Manuel

Les intellectuels à la rescousse des politiques
par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Salut Manuel,

Je suis un des 70 millions de français que tu ne connais pas. Je réponds à l’appel que tu lances aux intellectuels, j’en suis un, puisque je fais du théâtre depuis plus de quarante ans. Je me propose de te rencontrer pour t’expliquer comment je vois les choses et peut-être même devenir ton conseiller privé et bénévole.

D’où je parle ? Du pays de Montbéliard où j’assiste depuis les premières loges au naufrage de la classe politique.

Je te trouve bien naïf de t’étonner de la montée du Front National. Quinze jours avant le vote tu te réveilles et tu cries avec ton président : « Oh la la, c’est la catastrophe, à l’aide ! »

JPEG - 65.8 ko
© Remi Jouan

Un premier conseil : dis à ton président qu’il faut qu’il arrête de n’être animé que par un seul objectif, être réélu en 2017. Tu lui diras qu’il arrête de nous bassiner avec la baisse du chômage, qu’il nous dise la vérité, le chômage s’il baisse, va passer de 4 à 3,8 millions…

Tu conseilleras à Ségolène d’arrêter de changer d’avis toutes les secondes sur le barrage de Sivens. Tu diras à Fleur Pellerin d’apprendre à parler une autre langue que celle de l’ENA.

Tu demanderas à tes ministres d’arrêter de discréditer la classe politique à longueur de journée.

Toi perso, faut que t’arrêtes de faire la cour au Medef. Ça la fout mal. On parlera des quartiers etc. On s’occupera de monter de vrais conseils citoyens dans toute la France, et je t’apprendrai à écouter les gens.

Je sais que tu n’es pas mauvais fondamentalement, mais tu vis trop loin du peuple pour le comprendre. Je te présenterai mon voisin, il t’expliquera pourquoi il vote Front National. Je te joins un DVD où tu verras le Théâtre de l’Unité aborder toutes les questions de fond avec le quartier d’Etouvie d’Amiens, où l’on voit les habitants se plaindre du mépris de la classe politique à leur égard.

Je te ferai venir à Calais voir Libertés de séjour, pour te montrer comment devrait être une scène nationale.

Je suis sûr que tu répondras favorablement à ma petite lettre, mais si on doit se rencontrer ce ne sera pas à Matignon, on se fera un petit repas chez nous, à la maison Unité d’Audincourt, je te montrerai ce qu’est une cuisine de gauche.

Voilà cher Manuel, tu vois ce n’est pas une lettre de frondeur, mais une offre de bons services.

Allez je termine par une cordiale poignée de mains, celle d’un honnête homme à un autre honnête homme égaré.

Jacques Livchine
metteur en songes

JPEG - 22.9 ko
Jacques Livchine

http://theatredelunite.com/






7 commentaire(s)

Téo 15 mars 2015

Très bon. mais "égaré" me semble léger. C’est bien pire. Valls, de gauche ? C’est une blague ! Ces gens sont des irresponsables, vendus aux lobbies. Sarko idem. C’est tout le système qu’il faut changer, pas un gouvernement de plus dans ces conditions, on est déjà dans le gouffre. Devant un tribunal du peuple plutôt.

Signaler

Denis Leblond 15 mars 2015

He oui, le théâtre, ce voyage d’âmes en âmes qui nous questionne en permanence sur les rouages de l’humanité...pas comme la scène politique où l’humilité et l’expression du doute n’est pas permise !

Signaler

charly pin 14 mars 2015

Merci jacques,
toujours la juste parole, ton travail n’est plus à présenter et ton humanité déborde, je suis toujours très heureux de te lire et de voir les spectacle de l’unité. je trouverai aussi juste que tu bénéficie d’une réponse à ton invitation !
à bientôt sur la route !
charly pin

Signaler

simoni 14 mars 2015

Bonjour
j’aimerais connaitre la réponse de notre Premier ministre à votre lettre, j’espère qu’il répondra et que vous publierai la réponse . Amusante votre lettre quelque peu régressive mais surtout inadaptée compte tenu de la situation avec le FN , inutile d’en rajouter. Cordialement

Signaler

Druet Jean-Michel 12 mars 2015

Merci beaucoup, la voix des intellectuels qui parle vrai parce qu’elle sait de quoi et de qui elle parle. J’en étais resté à Térezin mais un jour je viendrai au repas utopiste. Toï toï pour Calais. Cordialement.

Signaler

Régine Riefolo 12 mars 2015

Bonjour Jacques,
Que dire sinon cette émotion à lire, en mieux, ce qu’on souhaiterait avoir écrit...
Merci !
Régine et Jean-Philippe

Signaler

doudou mariolo 11 mars 2015

Que dire ? cette lettre pourrait être dupliquée par nombres d’acteurs de terrain ! alors je vais dire Merci , lu et approuvé !

Doudou mariolo sur les routes depuis 1971 et formé au théâtre par
Jaques Fornier dans les années 60 , un passionné du Théâtre Populaire dans les années 60 en Bourgogne !

Signaler
Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Le Théâtre de l’Opprimé accueille la 10ème édition du Festival MigrActions.
Un fes­ti­val plu­ri­dis­ci­pli­naire dans lequel les géné­ra­tions dia­lo­guent, les natio­na­li­tés se ren­contrent et les genres se croi­sent.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ». Tout son tra­vail consiste à faire de celui qui a vécu « la chose » que ce soit Hiroshima, Auschwitz... le seul déten­teur Ce-quel­que-chose-qui-est-la-De

Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.