Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Archives

Un nettoyage ethnique qui ne dit pas son nom : le scandale de l’expulsion des Rroms de St-Denis

La chasse à l’homme, la vraie, elle est là.
par Valérie de Saint-Do
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


La chasse à l’homme, la vraie, elle est là. Oh non, pas dans les aboiements des chiens de garde de la Sarkozye contre les médias qui font leur boulot en générale et l’excellent Médiapart en particulier. Non, la barbarie s’incarne dans l’action du préfet couvert de louanges par le sous-monarque, avec la complaisance, voire la collaboration, de la mairie de St-Denis.

Voici quelques jours que le nouveau préfet "à poigne" s’est distingué, en matière de lutte contre la délinquance par l’expulsion du camp du Hanul. Un camp de Rroms installé de longue, et qui bénéficiait d’une tolérance passée avec Patrick Braouezec, ancien maire de St-Denis. Bon nombre de familles étaient installées là depuis des années, les enfants scolarisés. Les associations d’artistes et d’architectes Nomad’s land et AOA faisaient un travail remarquable avec les Rroms et Parada pour rendre ce bidonville vivable : renforcement des habitations, construction d’une salle commune, de toilettes sèches, ateliers et accompagnement scolaire pour les enfants...

JPEG - 54.6 ko
La Hanulitsa, salle commune mise en place par Nomad’sland, exemple d’une réalisation que le "préfet musclé" a jugé bon de détruire

Tout ceci a volé en éclats, au mépris non seulement de toute humanité, mais de toute légalité : peut-on , en France, interdire de séjour des ressortissants européens, des enfants nés en France, d’un département ? Rappelons que la loi Besson oblige toutes les communes de + de 5000 habitants à disposer de terrains pour l’accueil des gens du voyage. Ce qui se passe est digne du magnifique film Liberté, de Tony Gatlif. Non seulement le camp a été rasé, mais les RRoms qui ont tenté de se réfugier sur les bords du canal ont été chassés à minuit avec leur enfants, (!) et la police leur a intimé l’ordre de quitter la Seine St-Denis.

Non, il n’est pas excessif de se référer à Vichy. Et de se souvenir de ce bel adage : "Plus inquiétant que le bruit des bottes, il y a le silence des pantoufles". Ou de la phrase d’Einstein : "le monde est mauvais non à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui laissent faire". Qu’en pense Didier Paillard, maire de St-Denis, qui a marié certains de ces couples ?Qu’en pensent les sites de presse qui laissent dégouliner des commentaires sur les RRoms plus racistes et insultants les uns que les autres (et qui devraient tomber sous le coup de la loi) sans les modérer ? Et je ne parle pas seulement de la Pravda sarkozyste qu’est le Figaro.

Une soirée de soutien aux RRoms expulsés est organisée demain soir, mercredi 14 juillet, à 20h, au 6b, lieu récemment ouvert par Julien Beller, de Nomad’s land, à l’appel des associations La Voix des Rroms, AOA, Parada, et du chapiteau Raj ganawak. Soyons nombreux à hurler notre colère !  : 6b, quai de seine 93200 Saint-Denis

ACCES : RER D arrêt Saint-Denis
Plus d’infos : http://tinyurl.com/2fjxjml
On lira non sans tristesse l’article sur Julien Beller et l’action de Nomad’s land et de l’AOA au Hanul dans Cassandre/Horschamp n° 81," L’autre sans qui je meurs"





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La Justice est au cœur de notre actua­lité… mais aussi de celle de plus de 2000 mili­tants et syn­di­ca­lis­tes aujourd’hui pour­sui­vis pour leurs actes de résis­tance.


Brèves

Nos amis de la troupe Jolie Môme pré­sen­tent actuel­le­ment dans leur très beau lieu de la Belle Étoile une pièce de Bertolt Brecht, l’un de ses textes mili­tants qu’il nom­mait « lehrs­tuck » (une pièce didac­ti­que) et qui dans son esprit étaient des­ti­nés à faire com­pren­dre, en par­ti­cu­lier aux jeunes gens, les fonc­tion­ne­ments d’une société capi­ta­liste tra­vaillée par la lutte des clas­ses.


Veillée pour l’écrivaine Asli Erdogan le mardi 25 avril à 20 heures à La Parole errante 9, rue François Debergue - Montreuil. (métro : Croix de Chavaux).


Rien, jamais, n’aura été banal dans la vie d’Armand Gatti qui vient de décé­der. Même pas le chassé-croisé entre l’annonce aux Amis de l’Humanité d’un rendez-vous avec lui, le 19 avril pro­chain, et sa dis­pa­ri­tion le 6, ses obsè­ques, le 13 au cré­ma­to­rium du Père Lachaise.


« Lecture de 5 faits d’actua­li­tés... » Éditions Al dante, 2016. Une pro­po­si­tion d’Alphabetville dans le cadre de Faits divers. Jeudi 13 avril à 18h30 à la librai­rie la Salle des machi­nes à Marseille.


Comment réin­ter­ro­ger l’éducation popu­laire et répon­dre aux enjeux actuels à tra­vers une démar­che de recher­che-action ?


Le 11 avril, la librai­rie du Jeu de Paume et les Presses du réel vous invi­tent à ren­contrer Emmanuel Alloa, Georges Didi-Huberman, Marie-José Mondzain, Magali Nachtergael et Peter Szendy à l’occa­sion de la paru­tion de Penser l’image III. Comment lire les images ?


Julien Blaine conti­nue à faire vivre et revi­vre la poésie. Il la donne à voir là où on ne l’attend pas, dans le quo­ti­dien et l’actua­lité.
En dehors de ses per­for­man­ces et expo­si­tions, voici quel­ques œuvres parues ces der­niè­res années, aperçu non exhaus­tif de ses der­niers tra­vaux.


Des Capitales euro­péen­nes de la Culture pour un projet cultu­rel et démo­cra­ti­que euro­péen…