Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Un beau travail militant, c’est possible ?

La coopérative, par la compagnie Le pas de l’oiseau…
par L’Insatiable


La compagnie Le pas de l’oiseau, qui œuvre le plus souvent à Veynes, en Rhône-Alpes, et sillonne inlassablement la région et la France pour éveiller les consciences et les âmes, fait partie de ces bandes qu’on aime et qu’on estime, de ces gens qui ne séparent jamais l’outil artistique du contenu politique. Ce qui nous semble la moindre des choses mais n’est évidemment pas le cas de tous. Cette troupe, qui s’intitule avec une grande précision « Théâtre poétique d’utilité publique » vient de mener une expérience passionnante à Avignon. Une expérience « poïélitique » dirait Bernard Lubat… La vraie et belle éducation populaire, celle qu’on aime, ne peut se contenter d’être sèchement, froidement didactique. C’est de contagion humaine qu’il s’agit, de nos vies collectives… Lorsqu’elle agit par l’art (et notamment le théâtre), elle produit une véritable émotion tout en nous fournissant des informations et, surtout peut-être, en éveillant le désir de débattre des thèmes explorés… Car c’est ainsi que l’art est efficace et qu’il atteint son but.

JPEG - 35.2 ko
La coopérative © Le pas de l’oiseau

La coopérative est un travail (évidemment) collectif mené par Amélie Chamoux et Laurent Eyraud-Chaume, accompagnés du musicien Lionel Blanchard, qui se sont immergés avec ardeur et sincérité dans le monde coopératif pour recueillir les témoignages qui sont la base de leur pièce. Ils ont ensuite construit le texte en résidence au Centre Culturel Anima en Corse, au Théâtre de la Rotonde d’Avignon, au Centre de Ressources des Hauts Pays Alpins et au Fourmidiable-Scène artistique des pays du Buëch. « Avec mon alter-ego Amélie Chamoux, nous cherchons un chemin pour être au monde sur scène et tenir cette place. On écoute, on vole des histoires, on fait des collages, on raconte…[…] On fouille en archéologue, on note en sociologue, on cogite en philosophe, on rigole en clown. »

Après L’héritage belle fable qui traitait de la transmission des utopies d’une génération l’autre avec drôlerie, candeur et profondeur, Le pas de l’oiseau continue ce cheminement partagé où le mot culture retrouve un sens horticole, en avançant « avec délicatesse dans un monde brutal ». Il y est cette fois question d’une entreprise en péril que ses salariés ont transformée en SCOP dix ans plus tôt et qui se retrouve à nouveau en difficulté financière. Tous se réunissent pour essayer de trouver une issue au danger et inventer une solution qui prenne en compte ce fonctionnement égalitaire. Mais comme dans la vraie vie, il y a du social, du politique et il y a de l’humain, ce sera dur. Mais on comprend que ce qui est plus important que tout, c’est d’agir, ne pas subir passivement les coups du sort (ou de l’adversaire).

JPEG - 131.9 ko
La coopérative © Le pas de l’oiseau

 La coopérative c’est sûr, n’est pas un simple spectacle, c’est, disent-ils « une création au service de rencontres multiples. La thématique qu’elle évoque permet de provoquer des rendez-vous autour de l’économie sociale et solidaire et des coopératives en particulier. » Et ce n’est pas une comédie à l’eau de rose, de l’énergie, une dynamique de lutte, oui, mais pas de happy end fadasse, ce qu’on travaille vraiment ici, ensemble, c’est la matière même de nos existences communes. Bertolt Brecht aurait sûrement apprécié que l’idée même qui fut à l’origine de ses « lerhstück », un travail politique sur des phénomènes sociaux à partir de l’outil théâtral, soit reprise aujourd’hui par une jeune troupe. De l’agit-prop de la meilleure eau. Voilà ce qu’en dit notre chère Édith Rappoport dans son blog :

« Deux comédiens et un guitariste pour conter avec un beau dynamisme les luttes acharnées d’une équipe d’ouvriers qui ont décidé de sauver leur entreprise en constituant une SCOP, société coopérative et participative comme il en existe des centaines en France et se retrouvent dix ans après dans de nouveaux dangers, qu’il faut gérer différemment. Pas d’accessoires ni de costumes, un simple bonnet pour changer de personnage et incarner Stéphanie en CDD qui aide Jean-Marc, le meneur des luttes pour sauver l’entreprise et aussi Sylvette. Ça se termine mal, Jean-Marc y laissera sa vie mais la lutte continue. Tout d’abord, après avoir accepté une réduction du temps de travail et des salaires à 32 h, l’entreprise a su récupérer des marchés en France en échappant aux placements financiers improductifs. Sur un ton ludique et joyeux, les deux comédiens portés par le musicien, nous rendent une confiance tonique dans les luttes qui se mènent. Un spectacle nécessaire ! »

L’Insatiable et Édith Rappoport

« LA COOPÉRATIVE ». Vu à la Bourse du Travail - Avignon Off, le 19 juillet.
Texte et jeu Amélie Chamoux et Laurent Eyraud-Chaume, direction d’acteur Nathalie Tison, création et interprétation musicale Lionel Blanchard, création Lumière Olivier Chamoux et Alice Vantalon, Compagnie Le pas de l’oiseau. Le conteur Nicolas Bonneau, (Sortie d’Usine, Inventaire 68, Ali 74) a collaboré à l’écriture dramaturgique du spectacle.

JPEG - 153.7 ko

https://lepasdeloiseau.wordpress.com/










Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Tous les deux ans, la ville se trans­forme en un gigan­tes­que cas­te­let en accueillant le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes qui réunit 230 com­pa­gnies et accueille plus de 150.000 spec­ta­teurs. En ce mois de sep­tem­bre aura lieu sa 19° Édition.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».