Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Transhumance

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Transhumance

Des rives de la Méditerranée à la Butte de Montmartre

En résidence au Bateau Lavoir durant 5 jours

Du 20 au 24 octobre 2015

Les Cahiers de l’Égaré et les Ecrivains Associés du Théâtre (filiale Méditerranée) proposent :

Des auteurs, des artistes, des performeurs du sud de la France et de Paris qui liront, exposeront, projetteront et performeront du 20 au 24 octobre 2015.

Espace Bateau Lavoir – 6 rue Garreau – 75018 Paris – Métro Abbesses

Renseignements 06 24 60 19 18
Programme

Installation les 18 et 19 octobre : Aïdée Bernard, Jean-Claude Grosse et toute personne volontaire
Exposition

Du 20 au 24 octobre de 16 h à 19h

Exposition patchwork avec 3 pièces d’Aïdée Bernard : la subway dress, le livre sillage, le livre mer

Photos et documents de Marc Israël-Le Pelletier : Marilyn, Suite Diderot, Shakespeare Cervantes, projets de couvertures…


Exposition et vente des livres pluriel Envies de Méditerranée, Marilyn après tout, Diderot pour tout savoir, Cervantes-Shakespeare ; livres mis en vente à 15 € au lieu de 18 €

Lectures

  • Mardi 20 octobre, à 19h,

à la mémoire des noyés du cimetière marin que devient la mare nostrum, avec des textes tirés de Envies de Méditerranée : Marcel Conche, Moni Grego, André Morel, Pauline Tanon, Danielle Vioux

manifeste d’auteurs vivants pour ceux qui se noient initié par Gérard Lépinois, textes de Laurent Gaudé, Marina Damestoy …

lecteurs : Katia Ponomareva, Moni Grego

  • Mercredi 21 octobre, à 19h,

avec des textes tirés de Marilyn après tout, Aïdée Bernard, Gilles Cailleau, Dasha Kosacheva, Marcel Moratal, Benjamin Oppert ;

lecteurs : Claire Ruppli, Moni Grego, Vitya Ponomarev en russe

  • Jeudi 22 octobre, à 16h,

les auteurs et le pognon, débat animé par Moni Grego

  • à 19h,

tirées de Diderot pour tout savoir, les 6 Suites Diderot en lien avec la série de portraits de Diderot

lecteurs : Marc Israël-Le Pelletier et Benoît Rivillon.

  • Vendredi 23 octobre, à 19h,

avec des textes tirés de Cervantes-Shakespeare, cadavres exquis, Julien Daillère, Sabine Mallet, Benoît Rivillon, Claire Ruppli, Miguel Angel Sevilla, Claudine Vuillermet ;

lecteurs : Benoît Rivillon, Claire Ruppli

  • Samedi 24 octobre, entre 16h et 19h,

mise en valeur de Henri Gruvman, René Escudié, Jean-Claude Grosse pour leurs anniversaires ;

pour Henri Gruvman, projection de ses films ;

pour René Escudié : ses livres avec lectures ;

pour Jean-Claude Grosse, les films balades dans les archives des 4 Saisons

  • à 20h, soirée de clôture

Performances durée 15′ vers 19 H :

le 21, une performance sonore avec Katia Ponomareva et Rosalie Barrois

le 22, un coup de blues de Pénélope Perdereau

le 23, slams de Shein B

le 24, Moni Grego sur Amy Winehouse

Atelier d’écriture nomade au Bateau-Lavoir si possible en partenariat avec des artistes-résidents

20, 21, 22, 23 et 24 octobre de 16h à 18h

13 place Emile Goudeau (remonter la rue Garreau à gauche après une volée de marches se trouvent la place et la vitrine du Bateau Lavoir)

proposé à tout visiteur ou auteur intéressé ; consignes à inventer au jour le jour ; textes dits ou exposés puis mis sur le site des écritures nomades ;

JCG sera le consignateur le 20, Moni G le 21, Claire R le 22, Henri G le 23, René E le 24

Projection de films par vidéo-projecteur

20-21-22- 23 et 24 octobre vers 18-19h

extraits seulement, comme des citations, 5′ de 4 à 5 films ; soit 20′ de projection sur Quichotte et Falstaff,

un documentaire de 20′ sera réalisé par Claire Ruppli pendant la semaine, sur tout le site.

http://aidee-bernard.com/transhumance-a-lespace-bateau-lavoir-paris-18/






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Notre ami Hervé Breuil a créé le Lavoir Moderne Parisien il y a vingt-huit ans dans un ancien lavoir public situé rue Léon, au cœur de ce quar­tier popu­laire qui devint peu à peu l’enclave « afri­caine » de la Goutte d’or, dans le dix-hui­tième arron­dis­se­ment de Paris. Un quar­tier à la répu­ta­tion inquié­tante, sous la menace per­ma­nente d’opé­ra­tions immo­bi­liè­res, mais en réa­lité très vivant.


Chaque année depuis 2016, les équipes de L’Insatiable en France et Culture&Démocratie en Belgique, aguer­ries à l’explo­ra­tion des pra­ti­ques artis­ti­ques en lien avec les ques­tions de société, pro­dui­sent, avec la col­la­bo­ra­tion de par­te­nai­res d’autres pays, un numéro de la revue Archipels autour de la ren­contre des cultu­res. Nous vou­lons déve­lop­per ensem­ble une revue papier per­met­tant de mettre en valeur, com­pren­dre et favo­ri­ser, les échanges entre les artis­tes et l’ensem­ble de la col­lec­ti­vité humaine.


J’ai rendez-vous à l’hôpi­tal Saint-Vincent de Paul pour me faire réa­ni­mer. Prise en charge par une infir­mière puis une équipe de méde­cin, je serai rame­née à la vie et inci­tée à en pro­fi­ter.


Pierre Debauche a été, de très près comme de loin, un solide com­pa­gnon de route de notre tra­vail pour l’art et la culture dans la société, un repère et l’une de nos brû­lan­tes ins­pi­ra­tions. Un grand frère d’armes jusqu’à son der­nier souf­fle pour tous ceux qui, jeunes ou non, savent que le théâ­tre est un lieu de par­tage essen­tiel. Et s’effor­cent, en ces temps arides, de mettre en pra­ti­que ce savoir.


Besançon. Sabrina Boukhenous retrouve son public pour l’inau­gu­ra­tion du Festival du tout jeune Collectif Haïku avec sa pre­mière créa­tion solo : Plastik. Plus exac­te­ment l’agui­che d’une pro­po­si­tion plus longue, en cours d’écriture, sur les per­ver­si­tés d’une société pro­duc­ti­viste et nar­cis­si­que. Premier tableau expri­mant les effets des ryth­mes pro­fes­sion­nels sur l’humain, Plastik sonne comme un pré­texte : mettre le corps opprimé au ser­vice de l’image, la danse et le théâ­tre au ser­vice d’un mes­sage.