Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Sur les traces de Fernand Deligny

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Autour de l’œuvre de Fernand Deligny. Poète-éducateur (1913-1996), Fernand Deligny dénonce d’emblée la maltraitance des enfants dans les institutions. En 1968, il prend le maquis avec des enfants autistes dans les Cévennes, invente un mode de vie. F Deligny restitue à l’homme que nous sommes sa part mystérieuse et fascinante d’inné et réhabilite un humain d’espèce. Sa pensée interroge le pouvoir et la liberté. De son écriture jaillit des élans vibrants et lumineux de sens et de poésie. Fernand Deligny laisse une œuvre conséquente de matériaux divers : films, cartes et « lignes d’erre » et une œuvre écrite ré-éditée chez L’Arachnéen, Le Mot et Le Reste, Dunod, Fario.

Fernand Deligny poète-éducateur 1913-1996.

JPEG - 49.6 ko

Samedi 4 mars à 18H00, Festival 0+0, Centre Daviel, 24 rue Daviel, Paris 13ème

L’enfant de citadelle, manuscrit sans fin de Fernand Deligny lu par Adeline Nunez

​Fernand Deligny, œuvres, L’arachnéen, 2007. Extrait de l’une des 26 versions autobiographiques (1988-1993). Ed. L’Arachnéen, 2007.


Samedi 18 mars à 16h30, Festival 0+0, Centre Daviel

24, rue Daviel, Paris 13ème.

Sur les traces de l’humain, une vie de radeau dans les montagnes
.

avec Adeline Nunez, Bruno Jouhet, Claire Gillet (musique improvisée).

​À propos d’un film à faire de Renaud Victor, 1989. Récit poétique de l’épopée dans les Cévennes avec des enfants autistes.

Fernand Deligny élabore une pensée inédite de l’humain. Un humain d’espèce apparait entre les lignes d’erre, au-delà du langage. Montage de textes édités chez l’Arachnéen, Le Mot et le Reste.



Samedi 25 mars à 17h00, médiathèque d’Ivry sur seine

152, Avenue Danielle Casanova, 94200 Ivry/Seine

Entre les lignes d’après Fernand Deligny avec Adeline Nunez, Claire Gillet (musique improvisée)

Un éventail d’extraits de textes : Les vagabonds efficaces (1947), Journal d’un éducateur (1966), Poèmes et tracés (1976), Lointain prochain, lettres à un travailleur social (1983), La 7ème face du dé (2013). Essi et copeaux (2005)

Textes édités chez l’Arachnéen, Le Mot et le Reste. Carte tracée par Jean Lin, 12-13 juin 1975 - Cartes et lignes d’erre, Editions L’Arachnéen, 2013.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Difficile de ne pas être attiré par un artiste qui tra­vaille sur un sujet qui cham­boule notre société et nos esprits comme celui des migrants. C’est une évidence pour moi d’aller décou­vrir au col­lec­tif 12 de Mantes la jolie, la créa­tion de Rachid Akbal. Mais la ques­tion du fond et de la forme va vite se poser…


Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.