Bienvenue aux insatiables !



Un journal en ligne d’informations de débats et d’humeurs
animé par l’équipe de L’Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Articles sans abonnements

Simplement ce que le théâtre doit faire

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Ahmed Madani n’a pas seulement ce qu’on appelle du talent, c’est un artiste véritable. Et il y en a fort peu. Quel est donc ce jugement péremptoire ? Qu’est-ce que j’entends par là ? Que son art est utile, humainement utile, au plan personnel et au plan collectif. Qu’il ne le fait pas pour obtenir je ne sais quelle perfection d’un objet fini destiné à ravir les connaisseurs et à snober les autres, non, son art lui sert à donner ce qui doit être donné, à dévoiler ce qu’il faut dévoiler, à ouvrir le débat, là où pèse un silence mortifère. C’est donc ce que j’appelle un artiste.

JPEG - 284 ko
F(l)ammes © culturebox.francetvinfo.fr

Un acteur de la société dans laquelle il vit, qui travaille avec les autres même s’ils ne sont pas comédiens, qui écoute et qui interpelle, qui met en forme, qui symbolise. Qui utilise ses outils pour remuer les consciences. Comme le théâtre doit impérativement se souvenir que c’est son rôle de le faire. Toujours. F(l)ammes, sa dernière création à la Maison des Métallos à Paris ne fait pas que donner la parole à des jeunes femmes d’origines diverses, majoritairement nées en France et vivant en banlieue, c’est une sorte de création collective au meilleur sens du mot, partagée, accompagnée par les « vieux briscards » de l’équipe, où leurs paroles prennent vie, où leurs chants prennent leur envol. Où la gravité des thèmes ne tue pas la beauté du geste. Et je ne sais comment il fait (ou plutôt si, je sais, il suffit de le voir et de l’entendre pour comprendre : cet homme est généreux), les jeunes femmes en question sont chez elles sur la scène et elles s’éclatent à raconter leur vie, à s’interpeller, à chanter, danser, déclamer, ce qui de leur vie ne peut presque jamais s’exprimer dans la vie. Et elles le font bien, et et on est avec elles et on aime ça, vraiment, sans aucune mièvrerie, aucune compassion affectée, avec une vraie empathie. Ce sont des amatrices ou peut-être des débutantes et elles parlent d’elles-mêmes, de leurs parcours, de leur passé, de leurs parents, de leurs vie, du regard qu’on porte sur elles, de celui qu’elles portent les unes sur les autres et sur cette triste société qui veut les étouffer.

Et elles perdent toute maladresse, ou celle-ci devient de la grâce. Ce n’est pas qu’elles ont du métier, c’est que la force du propos les porte, et l’on se souvient que c’est ça, le vrai métier d’acteur, être porté par la force du propos, s’appuyer sur elle et que tout en découle.

JPEG - 52.7 ko

Madani fait partie de ces gens qui ne se contentent pas de réinterroger le théâtre sur son utilité sociale en tenant la question à distance, il s’essaie à la mettre vraiment en acte et c’est très réjouissant. Car on retrouve alors clairement cette sensation oubliée, beaucoup trop rare : l’efficacité politique de l’art c’est son efficacité artistique, sa flèche c’est la beauté, et la beauté c’est ce qui nous transperce d’émotion.

Il y a eu un moment de danse où toutes étaient présentes, un moment si magnifique, si juste et si libérateur, que la salle applaudit à tout rompre et certains même se sont levés, croyant à une chute prodigieuse. Fausse fin, dommage que notre cher Ahmed ait cédé à je ne sais quel besoin de ne rien oublier, de tout dire, ou de tenir une certaine durée, la pièce a ensuite repris et c’était trop, le rythme était perdu, cassé.

Et vous savez, le rythme, moi et les gamins des banlieues (il y en en avait pas mal ce soir-là dans la salle) on y est très sensibles…

« Depuis 30 ans, nous dit le dossier de presse, Ahmed Madani fait un théâtre poétique et politique. Il poursuit aujourd’hui Face à leur destin, un cycle théâtral mené avec des habitants de quartiers populaires. »
Dans le précédent opus il était question de jeunes agents de sécurité chargés de « nous protéger contre eux-mêmes ». Je ne l’ai pas vu, mais si Madani y a mis autant de force et d’ouverture, ça devait être bien. Raison de plus pour lui dire, cher Ahmed, ta démarche est bouleversante d’intelligence et de beauté, alors, s’il te plaît, tiens le rythme !

Nicolas Roméas

Jusqu’au 4 décembre à la Maison des Métallos

http://madanicompagnie.fr/flammes/






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La Justice est au cœur de notre actua­lité… mais aussi de celle de plus de 2000 mili­tants et syn­di­ca­lis­tes aujourd’hui pour­sui­vis pour leurs actes de résis­tance.


Brèves

10ème Festival Régional Itinéraires Singuliers, du 1er mars au 23 avril 2017, en Bourgogne-Franche-Comté…


Imaginée pour le mois de la photo 2017, IN/ OFF / OUT est une expo­si­tion photo col­lec­tive iné­dite : débor­dant le seul cadre de la gale­rie, les pho­to­gra­phes inves­tis­sent la rue pour y affi­cher en format monu­men­tal des images poé­tico-poli­ti­ques, qui ne devraient pas lais­ser indif­fé­rents. Nus mas­cu­lins ou fémi­nin, voiles et ombres, pay­sa­ges mys­té­rieux et illu­sions de réa­li­tés…


Autour de l’œuvre de Fernand Deligny. Poète-éducateur (1913-1996), Fernand Deligny dénonce d’emblée la mal­trai­tance des enfants dans les ins­ti­tu­tions. En 1968, il prend le maquis avec des enfants autis­tes dans les Cévennes, invente un mode de vie. F Deligny res­ti­tue à l’homme que nous sommes sa part mys­té­rieuse et fas­ci­nante d’inné et réha­bi­lite un humain d’espèce. Sa pensée inter­roge le pou­voir et la liberté.


L’ali­men­ta­tion est un acte bien au-delà d’une simple absorp­tion /trans­for­ma­tion c’est un acte cultu­rel qui nous rend acteur de notre envi­ron­ne­ment. Si nous nous ali­men­tons de vio­lence faite au règne végé­tal (pes­ti­ci­des insec­ti­ci­des) ou au règne animal (élevages en bat­te­ries) nous per­dons notre huma­nité ainsi que le dit le phi­lo­so­phe Emmanuel Kant : « l’inhu­ma­nité infli­gée à un autre détruit l’huma­nité en nous ».


Faisant suite à d’excep­tion­nel­les expo­si­tions telles Les Rouart en 2015, Maurice Vlaminck en 2014, Les pein­tres de Pont-Aven en 2013 et bien d’autres, « Peindre la ban­lieue » est la nou­velle expo­si­tion pré­sen­tée à l’ate­lier Grognard de Rueil. Dans nos ima­gi­nai­res, le mot ban­lieue évoque sou­vent des images grises, mais…


Le FIFA est une pla­te­forme de dif­fu­sion unique pour les arti­sans du cinéma qué­bé­cois, cana­dien et inter­na­tio­nal.
C’est une occa­sion unique de décou­vrir une cen­taine de docu­men­tai­res, d’essais, de vidéos d’artis­tes et d’oeu­vres de nou­vel­les écritures sur l’Art. # lefifa


Le débat en pré­sence des portes-paro­les Culture des can­di­dats à l’élection pré­si­den­tielle, sur la ques­tion "Quels pro­jets cultu­rels pour le pro­chain quin­quen­nat ?"


Rencontres autour "Des livres et l’alerte" pour encou­ra­ger à l’écriture et la pro­mou­voir, réflé­chir sur le lan­ce­ment d’alerte, et le rôle de celles et ceux qui la déclen­chent.