Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Articles

[Roumanie] Un théâtre en révolte. Entretien avec Gianina Carbunariu.

Théâtre et politique en Roumanie
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Gianina Carbunariu, l’une des principales voix émergentes du panorama théâtral roumain et européen, écrit et met en scène depuis plus de 10 ans un théâtre qui nous tient en alerte. Elle découpe au scalpel un portrait hallucinant de nos sociétés « civilisées » qui, communiant dans une illusion de démocratie, s’engouffrent dans la barbarie néolibérale. Face à la confusion des valeurs et à l’incohérence des discours, les citoyens, réduis à l’impuissance, à l’indignation ou à la soumission à un système de normes aberrantes, ne doivent-ils pas construire de nouvelles stratégies de pression efficaces ? Le théâtre de Gianina Carbunariu, en prise directe avec l’actualité sociale et politique, telle une bombe, fait exploser la fiction du discours politique et médiatique. Un théâtre qui nous ôte le confort de l’abri des spectateurs-voyeurs, nous expose au regard des acteurs, nous fait prendre conscience du simulacre de notre participation au jeu social et politique.

JPEG - 177.2 ko
Gianina Carbunariu © DR

Vous avez commencé à écrire et à mettre en scène au début des années 2000. Comment votre écriture s’inscrivait-elle dans le mouvement théâtral du moment ?

J’ai commencé à travailler de façon indépendante. À l’époque en Roumanie, les théâtres n’étaient pas très ouverts à l’écriture contemporaine et encore moins à celles qui, comme la mienne, abordaient la réalité de façon très[...]

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous ou abonnez-vous sur le site www.horschamp.org

Ce journal culturel en ligne est alimenté et animé par une partie de l’équipe de Cassandre/Horschamp qui produit également Archipels avec Culture et démocratie. Nous vous proposons des formules d’abonnement à L’Insatiable et à Archipels. Vous pouvez également recevoir des collections de numéros thématiques de Cassandre/Horschamp. Nous ne pourrons évidemment pas continuer à le développer sans votre soutien !




Post-scriptum :

Gianina Carbunariu

Née en 1977 à Bucarest, elle fait entre 1999 et 2004 des études à l’Institut d’Art Théâtral et Cinématographique. Elle est en 2001 cofondatrice du groupe DramAcum qui lance de nouvelles écritures dramatiques.
Grâce au succès sa première pièce Stop the tempo elle obtient une bourse de résidence au Royal Court à Londres. Kebab, la pièce écrite dans ce cadre, est jouée au Royal Court et à la Schaubühne à Berlin. Depuis, son théâtre est joué dans de nombreux pays d’Europe, aux États-Unis, au Japon ainsi que dans des festivals importants à Londres, Wroclaw, Montréal, Nitra, Ljubljana, Budapest, Moscou, Berlin, Wiesbaden.
Depuis 2005 Gianina Carbunariu est auteur associé au Théâtre d’Alfortville.
Parmi ses pièces Stop the tempo, Kebab, Le Tigre de Sibiu, Xmm Ykm, Avant-hier, après demain : nouvelles du futur, Vendus, Rosia Montana.

Solitaritate a été créé par l’auteur en 2014 dans le cadre du projet « Cities on stage » réunissant six théâtres européens et le Festival d’Avignon

Stop the tempo, Solitaritate, Le Tigre de Sibiu, Kebab, Avant-hier, après demain : nouvelles du futur ont été traduites et publiées en français aux Éditions Actes Sud Papiers.





Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La Justice est au cœur de notre actua­lité… mais aussi de celle de plus de 2000 mili­tants et syn­di­ca­lis­tes aujourd’hui pour­sui­vis pour leurs actes de résis­tance.


Brèves

La party #1 don­nera, ce soir-là, une belle part à l’Ile de la Réunion, sous une forme tra­di­tion­nelle (Seksion Maloya) ou contem­po­raine (Jidé & G !rafe) mais aussi à deux très beaux pro­jets solo, inti­mis­tes et voya­geurs (Tuning & Our Land).
Loran Velia de Seksion Maloya nous fera décou­vrir des saveurs de l’Océan indien et nous vous pro­po­se­rons aussi des bois­sons avec ou sans alcool.


Le 30 mai, pro­jec­tion de films vidéo (extraits d’entre­tiens avec Armand Gatti), lec­ture de textes, témoi­gna­ges de celles et ceux qui l’ont connu grâce à l’écriture, la mise en scène, une action de créa­tion ou sim­ple­ment à l’occa­sion d’une ren­contre tel sera le pro­gramme de la soirée animée par Rachid BelkaÏd, Jean-Jacques Hocquard et Jean-Marc Luneau.


Le Festival TaParole revient à Montreuil du 10 au 18 juin pour une 15ème édition tou­jours placée sous le signe de la chan­son. Venez décou­vrir des artis­tes qui aiment les mots et les chan­tent durant 7 jours.


Les Inattendue(e)s, un week-end de décou­ver­tes marion­net­ti­ques pro­posé par Daru-Thémpô au Manipularium.


Une comé­dienne et un cla­ri­net­tiste che­mi­nent, à tra­vers les textes
de poé­tes­ses per­sa­nes, égyptiennes, syrien­nes contem­po­rai­nes.
Ils don­nent à enten­dre la voix de femmes qui lut­tent par l’écriture,
pour la liberté de dire, de penser, d’être et d’agir.



Nos amis de la troupe Jolie Môme pré­sen­tent actuel­le­ment dans leur très beau lieu de la Belle Étoile une pièce de Bertolt Brecht, l’un de ses textes mili­tants qu’il nom­mait « lehrs­tuck » (une pièce didac­ti­que) et qui dans son esprit étaient des­ti­nés à faire com­pren­dre, en par­ti­cu­lier aux jeunes gens, les fonc­tion­ne­ments d’une société capi­ta­liste tra­vaillée par la lutte des clas­ses.


Veillée pour l’écrivaine Asli Erdogan le mardi 25 avril à 20 heures à La Parole errante 9, rue François Debergue - Montreuil. (métro : Croix de Chavaux).