Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Articles offerts par L’Insatiable

Rodrigo Ramis et le duende

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Quand Rodrigo Ramis, comme on tendrait un parchemin sur le point de tomber en poussière, confie à nos mains maladroites ces mots de Federico Garcia Lorca qui dansent autour de ce qu’on ne peut jamais exprimer à voix claire et distincte, ces mots qui tournent tout autour du souffle, du rythme, de cet instant où la braise devient flamme, il ne s’empare pas du texte, non.


Il l’effleure, comme on doit évoquer une passion brûlante, comme on s’adresse à un enfant pour le calmer, en chuchotant paisiblement. Dans une délicate tension. Presque immobile, instable, il danse, oui, mais à l’intérieur, bouge à peine, avec précaution, tremble comme la flamme d’une bougie, à peine, mais il danse. Et au bord du silence d’où l’on attend ce jaillissement de la révélation, ils guident tous deux nos pas vers un lieu bien connu, mais de nos rêves. De nos seuls rêves.
Et il parle doucement de cette violence, cette joie qui est au-delà de toute jouissance et dépasse toute angoisse, et il s’agit d’un rituel car il est clair que le chemin, c’est à notre âme de le faire. Ce qu’il évoque est puissant et fragile, secret d’enfance, oui secret de Polichinelle, un indicible qui se dit, mais ne se dit qu’entre les mots. Fulgurance que chacun connaît, au fond de soi, mais qui ne saurait être atteinte par la langue ordinaire, juste approchée, laissée à désirer, deviner, sans ce geste de trop qui l’effraierait comme un oiseau furtif.
Car ce à quoi s’attaque Lorca dans ce texte sublime, c’est précisément ce qui ne peut être dit de notre relation à l’art, seulement vécu et invoqué. Et, comme seul le prêtre peut convoquer les dieux, seul le chant du poète le fait vibrer sans le toucher.

À VENIR

JEU ET THÉORIE DU DUENDE de Federico Garcia Lorca (Editions Allia)

Performance par Rodrigo Ramis

Dimanche 18 mai 17h
Maison d’Arts 11 rue de Cémonceaux 94170 Perreux-s-Marne
www.recordance.fr
P.A.F. 10€ (agapes inclus)

Samedi 28 juin 11h
Festival Nissan Rilov Morsains (Champagne-Ardennes)

Programmation en cours
SANS DROIT D’ENTRÉE (sauf si indiqué)/CONTRIBUTION Personnelle en fin d’Action
Une commande de Bookshop/Gallery Ofr www.ofrsystem.com
Avec l’aimable autorisation des Éditions Allia
Café de la Brûlerie de Belleville, Paris 19e






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La Justice est au cœur de notre actua­lité… mais aussi de celle de plus de 2000 mili­tants et syn­di­ca­lis­tes aujourd’hui pour­sui­vis pour leurs actes de résis­tance.


Brèves

Rien, jamais, n’aura été banal dans la vie d’Armand Gatti qui vient de décé­der. Même pas le chassé-croisé entre l’annonce aux Amis de l’Humanité d’un rendez-vous avec lui, le 19 avril pro­chain, et sa dis­pa­ri­tion le 6, ses obsè­ques, le 13 au cré­ma­to­rium du Père Lachaise.


« Lecture de 5 faits d’actua­li­tés... » Éditions Al dante, 2016. Une pro­po­si­tion d’Alphabetville dans le cadre de Faits divers. Jeudi 13 avril à 18h30 à la librai­rie la Salle des machi­nes à Marseille.


Comment réin­ter­ro­ger l’éducation popu­laire et répon­dre aux enjeux actuels à tra­vers une démar­che de recher­che-action ?


Le 11 avril, la librai­rie du Jeu de Paume et les Presses du réel vous invi­tent à ren­contrer Emmanuel Alloa, Georges Didi-Huberman, Marie-José Mondzain, Magali Nachtergael et Peter Szendy à l’occa­sion de la paru­tion de Penser l’image III. Comment lire les images ?


Julien Blaine conti­nue à faire vivre et revi­vre la poésie. Il la donne à voir là où on ne l’attend pas, dans le quo­ti­dien et l’actua­lité.
En dehors de ses per­for­man­ces et expo­si­tions, voici quel­ques œuvres parues ces der­niè­res années, aperçu non exhaus­tif de ses der­niers tra­vaux.


Des Capitales euro­péen­nes de la Culture pour un projet cultu­rel et démo­cra­ti­que euro­péen…


Le FIFA est une pla­te­forme de dif­fu­sion unique pour les arti­sans du cinéma qué­bé­cois, cana­dien et inter­na­tio­nal.
C’est une occa­sion unique de décou­vrir une cen­taine de docu­men­tai­res, d’essais, de vidéos d’artis­tes et d’oeu­vres de nou­vel­les écritures sur l’Art. # lefifa


Le débat en pré­sence des portes-paro­les Culture des can­di­dats à l’élection pré­si­den­tielle, sur la ques­tion "Quels pro­jets cultu­rels pour le pro­chain quin­quen­nat ?"