Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

Roanne : l’éviction qui fâche

par Valérie de Saint-Do
Sous thématique(s) : Politique culturelle
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


On l’avait oublié, mais les élus n’ont pas besoin d’émarger au FN pour évincer des artistes et/ou directeurs d’institutions.

On l’avait oublié, mais les élus n’ont pas besoin d’émarger au FN pour évincer des artistes et/ou directeurs d’institutions. Ce qui arrive à Abdelwaheb Sefsaf, directeur du Théâtre de Roanne, en est un bon exemple.

Dès le lendemain de l’élection municipale, le nouveau maire UMP, Yves Nicolin a trouvé bon de rompre le contrat d’un directeur qui à en croire la presse locale et la fréquentation de son théâtre avait réussi son pari.
Que reproche-t-on à Abdelwaheb Sefsaf, auquel l’édile nouveau a cru bon, très élégamment, d’envoyer la police municipale pour signifier la fin de son contrat.? Entre autres, d’être un artiste. Il faut dire que trente ans de dégâts gestionnaires dans la culture ont convaincu certains maires ou aspirants maires ignares de la loi de l’inaptitude d’un artiste à diriger un lieu et créer en même temps (ce qui est son droit le plus strict, reconnu par les statuts des établissements tels que les CDN et les scènes régionales). Mais il semblerait que le maire ait voulu faire un exemple avec un artiste un peu trop politique, qui s’était permis entre autres d’ évoquer la Palestine dans ses spectacles...
Les collègues montent au créneau, et l’État comme la Région Rhône-Alpes ont montré les dents en retirant le label scène régionale et en retirant leur subvention si le nouveau maire s’obstine dans sa décision stupide. À suivre.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Tous les deux ans, la ville se trans­forme en un gigan­tes­que cas­te­let en accueillant le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes qui réunit 230 com­pa­gnies et accueille plus de 150.000 spec­ta­teurs. En ce mois de sep­tem­bre aura lieu sa 19° Édition.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».