Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Roanne : l’éviction qui fâche

par Valérie de Saint-Do
Sous thématique(s) : Politique culturelle
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


On l’avait oublié, mais les élus n’ont pas besoin d’émarger au FN pour évincer des artistes et/ou directeurs d’institutions.

On l’avait oublié, mais les élus n’ont pas besoin d’émarger au FN pour évincer des artistes et/ou directeurs d’institutions. Ce qui arrive à Abdelwaheb Sefsaf, directeur du Théâtre de Roanne, en est un bon exemple.

Dès le lendemain de l’élection municipale, le nouveau maire UMP, Yves Nicolin a trouvé bon de rompre le contrat d’un directeur qui à en croire la presse locale et la fréquentation de son théâtre avait réussi son pari.
Que reproche-t-on à Abdelwaheb Sefsaf, auquel l’édile nouveau a cru bon, très élégamment, d’envoyer la police municipale pour signifier la fin de son contrat.? Entre autres, d’être un artiste. Il faut dire que trente ans de dégâts gestionnaires dans la culture ont convaincu certains maires ou aspirants maires ignares de la loi de l’inaptitude d’un artiste à diriger un lieu et créer en même temps (ce qui est son droit le plus strict, reconnu par les statuts des établissements tels que les CDN et les scènes régionales). Mais il semblerait que le maire ait voulu faire un exemple avec un artiste un peu trop politique, qui s’était permis entre autres d’ évoquer la Palestine dans ses spectacles...
Les collègues montent au créneau, et l’État comme la Région Rhône-Alpes ont montré les dents en retirant le label scène régionale et en retirant leur subvention si le nouveau maire s’obstine dans sa décision stupide. À suivre.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.


Théâtre de la Bastille, Festival d’automne, de jeunes acteurs vien­nent faire réson­ner le regard porté sur les révo­lu­tions du passé et inter­ro­ger l’avenir. Des ter­ri­toi­res (...d’une prison l’autre...) est le deuxième volet d’une tri­lo­gie écrite et mise en scène par Baptiste Amann. Dans ce huis clos sur­volté, le tren­te­naire se préoc­cupe de savoir sur quelle révo­lu­tion se por­tera le XXIème siècle.