Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Roanne : l’éviction qui fâche

par Valérie de Saint-Do
Sous thématique(s) : Politique culturelle
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


On l’avait oublié, mais les élus n’ont pas besoin d’émarger au FN pour évincer des artistes et/ou directeurs d’institutions.

On l’avait oublié, mais les élus n’ont pas besoin d’émarger au FN pour évincer des artistes et/ou directeurs d’institutions. Ce qui arrive à Abdelwaheb Sefsaf, directeur du Théâtre de Roanne, en est un bon exemple.

Dès le lendemain de l’élection municipale, le nouveau maire UMP, Yves Nicolin a trouvé bon de rompre le contrat d’un directeur qui à en croire la presse locale et la fréquentation de son théâtre avait réussi son pari.
Que reproche-t-on à Abdelwaheb Sefsaf, auquel l’édile nouveau a cru bon, très élégamment, d’envoyer la police municipale pour signifier la fin de son contrat.? Entre autres, d’être un artiste. Il faut dire que trente ans de dégâts gestionnaires dans la culture ont convaincu certains maires ou aspirants maires ignares de la loi de l’inaptitude d’un artiste à diriger un lieu et créer en même temps (ce qui est son droit le plus strict, reconnu par les statuts des établissements tels que les CDN et les scènes régionales). Mais il semblerait que le maire ait voulu faire un exemple avec un artiste un peu trop politique, qui s’était permis entre autres d’ évoquer la Palestine dans ses spectacles...
Les collègues montent au créneau, et l’État comme la Région Rhône-Alpes ont montré les dents en retirant le label scène régionale et en retirant leur subvention si le nouveau maire s’obstine dans sa décision stupide. À suivre.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La finance ne déter­mine pas la géo­gra­phie et l’his­toire, le Royaume Uni est bien en Europe.
Le Théâtre de l’Opprimé fêtera la 10ème édition du fes­ti­val MigrActions. Dès la pre­mière édition de MigrActions en 2007, le fes­ti­val affirme sa volonté de célé­brer la liberté de migra­tion des formes, des iden­ti­tés et des géné­ra­tions. Culture en mou­ve­ment, en action, pro­ve­nant d’une plu­ra­lité d’hori­zons artis­ti­ques.


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.