Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Pages fixes

Qu’est-ce que l’Insatiable ?

par Nicolas Romeas
Thématique(s) : L’art hors-champs Sous thématique(s) : Architecture , Politique culturelle
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


« […]Vous mourrez de modestie, osez désirer, soyez insatiables, délivrez les forces terribles qui se font la guerre et tournent en rond sous votre peau, ne rougissez pas de vouloir la Lune : il nous la faut. »
Jean-Paul Sartre, préface à la réédition de Aden Arabie, de Paul Nizan 1960.

Après dix-neuf ans de bons et loyaux services, l’équipe de la revue Cassandre/Horschamp qui travaille depuis novembre 1995 à la découverte d’un geste artistique qui agit à l’intérieur de la collectivité humaine et à une réflexion qui permette d’en exprimer la valeur et le sens, a décidé de passer à la vitesse supérieure, afin de toucher un public plus large.

C’est la raison pour laquelle nous avons fondé ce site d’informations et de débats afin de faire circuler nos idées et nos découvertes à une quantité beaucoup plus grande de lecteurs que ce que permet une revue diffusée principalement en librairies.

Pour en savoir plus sur la revue et son histoire, suivez ce lien.

L’idée centrale est la défense et l’illustration du geste artistique en tant qu’outil indispensable pour toute société, particulièrement essentiel et salutaire pour une société en grave danger de déshumanisation comme la nôtre.

Pour ce qui concerne les recensions de pièces ou autres moments artistiques, nous ambitionnons d’inventer une nouvelle critique qui ne se contente pas d’un regard esthétique sur les œuvres, mais prenne vraiment en compte la relation à l’histoire, aux populations et aux lieux.

Ils participent à sa construction :



(Premiers donateurs et membres fondateurs)

Jean-Paul Ayme
Jean-Louis Bancel
Association Le Bellovidere
Olivier-Jacques Bernard
Valérie Bournet
Thierry Boutin
Sebastien Branche
Jacqueline Bruckert
Marie-Julie Caupenne
Olivier Claeys
Jean-Louis Comolli
Isabelle Dario
Laurence Dulas
Agnès Durand
Samuel Fouché
Michèle landre
Claudette Iglesias
Agnès Joyeux
Marie Christine Kacijan
Jacques Selim Khelifa
Marc Mangenot
Jenny Lauro Mariani
Luis Mateo
Olivier Neveux
Joanne Oussoren
Pierre Parrent
Jean Pottier
Aline Rondeau
Catherine Serre
François-Noël Simoneau
Anne-Marie Soula
Lionnel Toussaint
Anne Tuffelli
Sophie Wiedemann







Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La finance ne déter­mine pas la géo­gra­phie et l’his­toire, le Royaume Uni est bien en Europe.
Le Théâtre de l’Opprimé fêtera la 10ème édition du fes­ti­val MigrActions. Dès la pre­mière édition de MigrActions en 2007, le fes­ti­val affirme sa volonté de célé­brer la liberté de migra­tion des formes, des iden­ti­tés et des géné­ra­tions. Culture en mou­ve­ment, en action, pro­ve­nant d’une plu­ra­lité d’hori­zons artis­ti­ques.


Brèves

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun… du moins, pour un temps, celui du Festival, et des pos­si­bles rai­son­nés et/ou rêvés… là-bas, à Douarnenez.
Cette année encore, fic­tions, docu­men­tai­res, images fixes comme ani­mées, pala­bres, ren­contres, lit­té­ra­tu­res, concerts et fes­ti­vi­tés Frontieres-du-18-au-26-Aout-2017

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.