Bienvenue aux insatiables !



Un journal en ligne d’informations de débats et d’humeurs
animé par l’équipe de L’Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Archives

Pour une nouvelle dramaturgie des nominations

Du décret présidentiel à la démocratie participative
par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Le débarquement programmé d’Olivier Py de la direction de l’Odéon - Théâtre de l’Europe puis sa nomination surprise à la tête du festival d’Avignon ont suscité un émoi certain dans la communauté culturelle. Nombreux sont ceux qui se sont positionnés, en défense « de la victime », brutalement débarquée par Frédéric Mitterrand, en oubliant parfois les conditions même de sa nomination.

L’émotion est d’autant plus grande qu’elle arrive après une succession de nominations à la direction d’institutions théâtrales ou chorégraphiques à la procédure un peu étrange (Montpellier, Lyon Marseille..) Loin de nous l’idée de discuter de la qualité des candidats nommés ou écartés. Il serait pour le moins curieux de trouver que Luc Bondy est meilleur qu’Olivier Py ou l’inverse. La valeur artistique d’un metteur en scène ne se résume pas à la manière dont celui ci a été nommé.
Depuis 2 ans, le moins que l’on puisse dire c’est que les procédures exceptionnelles se succèdent, les règles établies disparaissent.
Pour le cas d’espèce, la nomination au poste de directeur de théâtre national, c’est le conseil des ministres qui décide, par décret, sur proposition du Président de la République …

À notre sens, le vrai problème se trouve là. Ce mode de nomination de ces directeurs (et plus rarement des directrices !) par décret présidentiel (ou ministériel pour les Centres Dramatiques Nationaux et les Scènes Nationales) date peut-être d’un autre âge, d’un autre siècle.
Tant que l’on continuera à fonctionner de cette manière, d’être dans le fait du prince, le bienfondé de ces nominations fluctuera au rythme des humeurs du monarque. Il est temps que, là aussi, nous passions à système plus démocratique, plus transparent. Un système qui pose des critères d’abord. Pourquoi est-on choisi pour diriger un théâtre ? À quelle mission de service publique répond-on ? Quel est le cahier des charges ? Qui en discute ? Et du coup qui décide ?

Un système qui prenne en compte la diversité des interventions publiques. À l’exception notable des théâtre nationaux, toutes les institutions théâtrales sont aujourd’hui pluri-financées par l’Etat, les collectivités territoriales et même certaines d’entres-elles par le mécénat privé. Comment prend-on en compte cette diversité des financements sans que chacun cherche à tirer la couverture à lui ? Le système tel qu’il existe aujourd’hui, renvoie chacun dans un rôle caricatural : l’édile qui cherche à faire venir une vedette et le ministre qui veut placer ses amis. La concertation, qui est pourtant prévue pour les nominations à la direction de ces institutions culturelles ne fonctionne plus. Ainsi, comme on l’a vu récemment lors de la nomination de Macha Makeiff au Théâtre de la Criée à Marseille, la concertation a fait long feu et l’Etat a imposé sa candidate à la Ville et à la Région.

Comme dans d’autres domaines c’est donc de coopération qu’on a besoin a cet endroit : coopération des partenaires dans le choix des projets artistiques et culturels présentés, incarnés par les directeurs(trices) candidats(es). Au regard du contexte, l’innovation est aussi à rechercher dans ce moment très politique de la nomination d’un directeur ou d’une directrice. Cette décision pourrait-elle enfin symboliser cette coopération tant affichée par la puissance publique ?
Donc un mode de désignation qui prenne en compte les avis de tous. Des professionnels, bien sur, qui sont rarement consultés. Pour preuve la bronca qu’a provoqué la révocation d’Olivier Py. Mais aussi le public, ou plutôt les habitants. Après tout, le sujet les concerne très directement. On pourrait fort bien réfléchir à des moyens d’associer les spectateurs « émancipés » à ces décisions majeures. Rappelons à cet égard que les théâtres nationaux sont d’abord des théâtres publics.

Espérons que nous pourrons tirer des enseignements de cette situation. Il y a nécessité à avancer et sortir de ce cycle infernal ou comme le rappelait le ministre de la culture, sous la forme d’une boutade, dans une interview au JDD en avril 2010, à propos des nominations à la direction des théâtres : « il n’y a pas de procédure, juste des usages ». Il nous faut sortir d’une dramaturgie de la victimisation dans les nominations, en valorisant les projets réalisés et présentés. Cela suppose de définir collectivement des procédures de nomination d’une part – comme c’est prévu par exemple dans les Établissements Publics de Coopération Culturelle (EPCC) -, de définir de réelles modalités d’évaluation d’autre part. C’est la question du contrat dans toutes ses dimensions qui est posée ici.
A défaut de changer ce système de nomination, nous seront amenés à revivre perpétuellement les mêmes histoires. Sous la forme de tragédie, ou sous celle d’une farce.

Frédéric Hocquard, directeur de L’EPCC Arcadi
Didier Salzgeber, Coopérateur culturel






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La Justice est au cœur de notre actua­lité… mais aussi de celle de plus de 2000 mili­tants et syn­di­ca­lis­tes aujourd’hui pour­sui­vis pour leurs actes de résis­tance.


Brèves

10ème Festival Régional Itinéraires Singuliers, du 1er mars au 23 avril 2017, en Bourgogne-Franche-Comté…


Imaginée pour le mois de la photo 2017, IN/ OFF / OUT est une expo­si­tion photo col­lec­tive iné­dite : débor­dant le seul cadre de la gale­rie, les pho­to­gra­phes inves­tis­sent la rue pour y affi­cher en format monu­men­tal des images poé­tico-poli­ti­ques, qui ne devraient pas lais­ser indif­fé­rents. Nus mas­cu­lins ou fémi­nin, voiles et ombres, pay­sa­ges mys­té­rieux et illu­sions de réa­li­tés…


Autour de l’œuvre de Fernand Deligny. Poète-éducateur (1913-1996), Fernand Deligny dénonce d’emblée la mal­trai­tance des enfants dans les ins­ti­tu­tions. En 1968, il prend le maquis avec des enfants autis­tes dans les Cévennes, invente un mode de vie. F Deligny res­ti­tue à l’homme que nous sommes sa part mys­té­rieuse et fas­ci­nante d’inné et réha­bi­lite un humain d’espèce. Sa pensée inter­roge le pou­voir et la liberté.


L’ali­men­ta­tion est un acte bien au-delà d’une simple absorp­tion /trans­for­ma­tion c’est un acte cultu­rel qui nous rend acteur de notre envi­ron­ne­ment. Si nous nous ali­men­tons de vio­lence faite au règne végé­tal (pes­ti­ci­des insec­ti­ci­des) ou au règne animal (élevages en bat­te­ries) nous per­dons notre huma­nité ainsi que le dit le phi­lo­so­phe Emmanuel Kant : « l’inhu­ma­nité infli­gée à un autre détruit l’huma­nité en nous ».


Faisant suite à d’excep­tion­nel­les expo­si­tions telles Les Rouart en 2015, Maurice Vlaminck en 2014, Les pein­tres de Pont-Aven en 2013 et bien d’autres, « Peindre la ban­lieue » est la nou­velle expo­si­tion pré­sen­tée à l’ate­lier Grognard de Rueil. Dans nos ima­gi­nai­res, le mot ban­lieue évoque sou­vent des images grises, mais…


Le FIFA est une pla­te­forme de dif­fu­sion unique pour les arti­sans du cinéma qué­bé­cois, cana­dien et inter­na­tio­nal.
C’est une occa­sion unique de décou­vrir une cen­taine de docu­men­tai­res, d’essais, de vidéos d’artis­tes et d’oeu­vres de nou­vel­les écritures sur l’Art. # lefifa


Le débat en pré­sence des portes-paro­les Culture des can­di­dats à l’élection pré­si­den­tielle, sur la ques­tion "Quels pro­jets cultu­rels pour le pro­chain quin­quen­nat ?"


Rencontres autour "Des livres et l’alerte" pour encou­ra­ger à l’écriture et la pro­mou­voir, réflé­chir sur le lan­ce­ment d’alerte, et le rôle de celles et ceux qui la déclen­chent.