Pétitions musique : faute double !

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Archives

Pétitions musique : faute double !

Critique de la pétition "musiques en vrac"
PARTAGER ►

par Michel Thion

Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



La pétition « musiques en vrac » (http://musiques-en-vrac.blogspot.com/ ) contient des rigidités, des crispations esthétiques, autour de réalités que nul ne nie : l’abandon à peu près complet de l’aide à la création musicale, en dehors des grandes institutions dédiées. Pour autant, les signataires semblent ignorer un élément important : il n’y a pas de « mauvais genre » en art. Il y a parfois de mauvais artistes… et puis, être « les classiques de demain » est une ambition de trou du cul.

Il y a des grands artistes dans tous les genres et ce sont les artistes d’aujourd’hui, qui parlent aux humains d’aujourd’hui. Cela seul compte. Et, sans doute, on aurait aimé que Maurice Fanon jeune, ou Colette Magny jeune, fussent aidés pour écrire et créer, en leur temps.
La pétition en retour, « Soutien à la création musicale : oui ! et sous toutes ses formes… » ( http://www.tache-aveugle.net/spip.php?article283 ), pleine de bonnes intentions, risque fort, en revanche, de tomber dans un éclectisme flou où tout se vaudrait. On n’en voudra pour preuve que cette affirmation selon laquelle il suffit de « faire se rencontrer deux traditions musicales différentes » pour avoir un projet artistique de « recherche », innovant et devant être soutenu.
Les signataires, ignorent également le fait que certaines musiques sont effectivement récupérées par le circuit le plus commercial, alors que d’autres ne le sont pas et ne peuvent pas l’être, par excès d’exigence, peut-être.
Les exemples d’artistes de musique « actuelle », repérés, aidés, soutenus par le circuit des salles publiques et des aides publiques, et qui, le succès venu, pratiquent des tarifs inaccessibles aux lieux de taille moyenne, et demandent des cachets monstrueux, soumis qu’ils sont devenus à des producteurs squales, ces exemples-là abondent trop pour qu’on ne se méfie pas un peu au départ. Ça ne risque que très peu de se produire dans le cas des musiques dites « contemporaines »
La question de fond ne serait-elle pas en définitive ailleurs ?
Sait-on que dans l’immense majorité des cas, les musiciens que l’on entend en concert ne sont tout simplement pas payés du tout ? Qu’ils jouent « au chapeau » dans le meilleur des cas pour « se faire connaître », même s’ils tournent depuis dix ans ? Et qu’on ne me dise pas qu’ils n’ont pas de talent, il suffit d’aller les entendre…
Sait-on que la grande « fête de la musique » prévue la semaine prochaine est également basée sur le bénévolat des musiciens ?
Sait-on qu’à côté des quelques grands orchestres où quelques musiciens sont surprotégés, où ils cumulent les cachets, les cours, et les « affaires », l’immense majorité des musiciens, tous genres confondus, vit dans la précarité de l’intermittence, une situation en pleine dégradation ?
Sait-on qu’il n’y a guère, en France, que trois ou quatre compositeurs de musique « contemporaine » qui vivent de leur œuvre ?. Les autres enseignent, critiquent, créent des ensembles pour jouer leur musique.
Bref, il y a des artistes plus qu’honorables dans les deux listes de signataires, même si certains sont placés ici ou là de manière surprenante, mais peut-être devraient-ils tous prendre les choses au commencement.
La question n’est pas, n’est plus de savoir qui seront les heureux élus d’une aide publique en voie d’assèchement, mais qui pourra vivre de son art demain ? Et, du coup, quel public aura accès aux recherches, aux créations, extraordinairement multiples, de la contemporaine au jazz, de la chanson aux musiques « du monde » (comme s’il y en avait « hors du monde »), qui vivent déjà dans une clandestinité lamentable aujourd’hui ?
Je ne signerai aucune de ces deux pétitions, toutes deux centristes à leur façon, mais le jour où les musiciens en colère descendront jouer dans la rue jusqu’à faire tomber les murs du ministère et de l’Élysée, j’y serai pour souffler dans le premier biniou venu, avec eux.

Michel Thion


fake lien pour chrome



Partager cet article /  


<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Un nettoyage ethnique qui ne dit pas son nom : le(...)
ARTICLE SUIVANT >>
Chronique d’une intervention artistique en prison





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


Installations, spectacles, tables rondes
projections, concert, brunch et autres réconforts...
De 11h00 à minuit



Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.