Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Passer de l’ALERTE à la LETTRE, c’est au salon « DES LIVRES ET L’ALERTE »

par L’équipe
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


SALON "DES LIVRES ET L’ALERTE", 26 et 27 novembre 2016
Maison des métallos
(94 rue Jean-Pierre Timbaud, Paris 11)
Entrée libre et gratuite
Cassandre/Horschamp - L’Insatiable sera disponible à la librairie du Salon

Rencontres autour "Des livres et l’alerte" pour encourager à l’écriture et la promouvoir, réfléchir sur le lancement d’alerte, et le rôle de celles et ceux qui la déclenchent.

A l’heure où tous les médias parlent de la protection des lanceurs d’alertes, des procès dits LuxLeaks ou Tefal, ou de l’absence de procès Servier/mediator, de l’indiscutable alerte environnementale et climatique, le salon « Des Livres et l’Alerte », en présence de lanceuses et lanceurs d’alerte, de citoyens vigilants, de journalistes et de personnalités, sera l’occasion de présenter ce qui s’écrit et se publie, de permettre la rencontre d’auteurs rigoureux avec le monde de l’édition, de réfléchir à ce qui entoure le lancement de l’alerte.
Qu’il s’agisse d’Alerte environnementale ou sanitaire, politique ou financière, les intérêts s’affrontent. Le monde des affaires souhaite protéger le secret, le monde politique y aspire tout en tenant un discours sur la transparence. Le débat législatif hésite avec des dispositions sur la protection de certains lanceurs d’alerte et des dispositions protégeant le secret des affaires ou autorisant les écoutes massives.

Le livre joue un rôle particulier dans le lancement de l’alerte, car s’il permet de "Délivrer l’Alerte", il permet également de qualifier l’Alerte et son auteur. Les 26 et 27 novembre, le livre ne sera donc pas un alibi culturel mais sera au centre du salon et rassemblera, auteurs, éditeurs, libraire indépendant, journalistes et toutes celles et ceux qui considèrent que la Convention Européenne des Droits de l’Homme "ne laisse guère de place pour des restrictions à la liberté d’expression dans le domaine des questions d’intérêt général" (CEDH arrêt du 12 février 2008 GUJA c/ Moldova).

Cette initiative est la seule qui rassemble tant de personnalités du lancement de l’alerte, sur une telle diversité de domaines, pour évoquer la protection des lanceuses et lanceurs d’alertes et celles des sources alors que le parlement vient d’adopter la loi dite Sapin II. Le livre et l’expérience de l’écriture, les problèmes de l’édition, les procédures judiciaires dites "procédures bâillons", mais aussi les propositions pour plus de protection, tous ces sujets sont au programme, grâce à l’engagement des invité-e-s du salon et du public qui sera présent pour les rencontrer.

Le programme complet ici : http://deslivresetlalerte.fr/programme-salon-alerte/






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Le Théâtre de l’Opprimé accueille la 10ème édition du Festival MigrActions.
Un fes­ti­val plu­ri­dis­ci­pli­naire dans lequel les géné­ra­tions dia­lo­guent, les natio­na­li­tés se ren­contrent et les genres se croi­sent.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ». Tout son tra­vail consiste à faire de celui qui a vécu « la chose » que ce soit Hiroshima, Auschwitz... le seul déten­teur Ce-quel­que-chose-qui-est-la-De

Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.