Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Articles

Paris-Bamako aller­-retour

Extrait d’un entretien paru dans le numéro 98 de Cassandre/Horschamp
par Coline Merlo , Nicolas Romeas
Thématique(s) : L’art hors-champs , Si loin si proche Sous thématique(s) : Théâtre , Psychiatrie
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Adama Bagayoko, je l’avais rencontré à Bamako, la première fois il y a une vingtaine d’années, à l’hôpital psychiatrique du Point G, où il a introduit le kotéba comme expérience thérapeutique collective. Et j’ai trouvé là la preuve vivante de l’application d’un outil efficace, qui se trouve être de l’art selon notre vocabulaire, dans le traitement de graves problèmes humains. Une expérience qui m’a marqué. Je l’ai retrouvé en France, lors d’une tournée de la troupe malienne BlonBa [3], en compagnie de Jean-Louis Sagot-Duvaroux, son co-fondateur.

Nicolas Roméas : Le kotéba est un rituel de village de cette région de l’ancien empire mandingue et vous avez, Adama, porté cette pratique à l’extérieur, sur le « parvis » d’un hôpital psychiatrique où le travail était rendu très difficile parce qu’il y[...]

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous ou abonnez-vous sur le site www.horschamp.org

Ce journal culturel en ligne est alimenté et animé par l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et les nouveaux rédacteurs de L’Insatiable qui produit également Archipels avec Culture et démocratie. Nous vous proposons des formules d’abonnement à L’Insatiable et à Archipels. Vous pouvez également recevoir des collections de numéros thématiques de Cassandre/Horschamp. Nous ne pourrons évidemment pas continuer à le développer sans votre soutien !




Post-scriptum :

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le numéro 98 de Cassandre/Horschamp.

GIF



[1J’avais tout d’abord écrit « franco-malienne », mais voici le commentaire que m’a fait Jean-Louis : « tu étonneras beaucoup de Maliens quand tu écris que BlonBa est une compagnie "franco-malienne". C’est une compagnie malienne où des Français ont leur place. Comme tant d’étrangers ont leur place dans des compagnies françaises. »

[2J’avais tout d’abord écrit « franco-malienne », mais voici le commentaire que m’a fait Jean-Louis : « tu étonneras beaucoup de Maliens quand tu écris que BlonBa est une compagnie "franco-malienne". C’est une compagnie malienne où des Français ont leur place. Comme tant d’étrangers ont leur place dans des compagnies françaises. »

[3J’avais tout d’abord écrit « franco-malienne », mais voici le commentaire que m’a fait Jean-Louis : « tu étonneras beaucoup de Maliens quand tu écris que BlonBa est une compagnie "franco-malienne". C’est une compagnie malienne où des Français ont leur place. Comme tant d’étrangers ont leur place dans des compagnies françaises. »





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Le Théâtre de l’Opprimé accueille la 10ème édition du Festival MigrActions.
Un fes­ti­val plu­ri­dis­ci­pli­naire dans lequel les géné­ra­tions dia­lo­guent, les natio­na­li­tés se ren­contrent et les genres se croi­sent.


Brèves

Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.


Le 30 mai, pro­jec­tion de films vidéo (extraits d’entre­tiens avec Armand Gatti), lec­ture de textes, témoi­gna­ges de celles et ceux qui l’ont connu grâce à l’écriture, la mise en scène, une action de créa­tion ou sim­ple­ment à l’occa­sion d’une ren­contre tel sera le pro­gramme de la soirée animée par Rachid BelkaÏd, Jean-Jacques Hocquard et Jean-Marc Luneau.


Les Inattendue(e)s, un week-end de décou­ver­tes marion­net­ti­ques pro­posé par Daru-Thémpô au Manipularium.