Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Où la création résiste-t-elle ?

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Du jeudi 26 au samedi 28 mars s’est tenu le deuxième volet du colloque international, « Où la création résiste-t-elle ? ». Hébergés à la Sorbonne Nouvelle (Paris III, Censier-Daubenton), de nombreux chercheurs du Centre d’études québécoises, du Centre de Recherche sur les Liens Sociaux (CERLIS) et du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) mettront les pleins feux sur les espaces et les lieux de résistance artistique dans la société.

Au cours de ces trois jours de débats, expositions, performances et parcours « artivistes », les intervenants ont donné à voir et à entendre le potentiel résistant, contestataire et inventif de l’art, agissant en société. Si de nombreuses interventions se centreront sur les pays en crise, connaissant jusqu’aux ravages de la guerre, « les lieux envisagés seront aussi bien hyper-contemporains qu’inscrits dans une mémoire des lieux disparus, résorbés, imaginaires et virtuels »... De la Grèce à la Syrie, de Berlin à Ouagadougou, de la Tunisie au Brésil en passant par le Québec, les points rouges clignotent partout !

Ces lieux aux antipodes les uns des autres se rassemblent autour de l’acte artistique « résistant ». Une rébellion qui « modèle la société en détournant les espaces urbains », où la révolte se fait en clandestinité... (Jeudi 26, « Les villes, lieux d’urbanité et de résistance ») Les visages protéiformes (expositions, manifestations, concerts, performances...), les sens, les démarches et les contenus de ces pratiques résistantes ont été également parcouru.

Ce colloque s’est inspiré de « l’impressionnante créativité qui a accompagné les mouvements sociaux depuis 2011, de la Défense à la Place Tahrir au Caire, en passant par le Parc Émilie-Gamelin à Montréal et la Puerta del Sol à Madrid. » Tous les « printemps » rebelles de ces dernières années ont enfanté des espaces et des actes créateurs, ont touché l’ensemble des pratiques culturelles (de la musique à la littérature en passant par le graphisme, la vidéo, le cinéma, la sculpture...)

A partir de ces constats, les participants se sont posé des questions : la création permet-elle de mieux comprendre nos situations contemporaines ? L’art serait-il en avance sur les concepts dont nous disposons pour penser ce qui nous arrive ? Pourrait-on penser la recherche comme une forme de création ? « Notre perspective consiste à encourager le décloisonnement disciplinaire et institutionnel pour envisager l’UniverCité comme un lieu où se retrouver pour faire émerger une pensée qui articule recherche, action et création »...

Programme : ici.






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.


Théâtre de la Bastille, Festival d’automne, de jeunes acteurs vien­nent faire réson­ner le regard porté sur les révo­lu­tions du passé et inter­ro­ger l’avenir. Des ter­ri­toi­res (...d’une prison l’autre...) est le deuxième volet d’une tri­lo­gie écrite et mise en scène par Baptiste Amann. Dans ce huis clos sur­volté, le tren­te­naire se préoc­cupe de savoir sur quelle révo­lu­tion se por­tera le XXIème siècle.