Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Oleg Koulik, le chien dans la grange

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Les récents évènements en Ukraine, les scènes de violence qui se succèdent, sont l’occasion d’une autre lecture de l’œuvre d’Oleg Koulik.

Quand je lui avais demandé, en 1998, invité chez lui à Moscou, d’où venait l’expression de sa violence, de sa rage, il m’avait parlé de son expérience de la conscription en Ukraine. C’était encore l’URSS, et dans la République Soviétique Socialiste d’Ukraine, le jeune paysan ukrainien avait du se soumettre aux humiliations d’une armée en déliquescence, celle qui a été vaincu sans combattre et dont la violence se retournait alors contre elle même.

Dans la liberté nouvelle de la Perestroïka, l’artiste galeriste monté de Kiev, mordait nu les passants moscovites. Depuis la performance s’est accompagné d’une cage, ou d’une grange, dans laquelle Oleg aboie et cherche au travers les planches des rayons de lumière. Oleg Koulik ne s’affirme pas en tant qu’artiste ukrainien, mais comme un chien d’humain, mais son parcours rappelle la rage contenue d’un peuple longtemps nié et le fait que d’une violence subie, nait la violence d’être libre. Vouloir s’occuper de l’autre en l’ignorant, c’est ce que fait aujourd’hui la Russie comme l’Occident dans la grange ukrainienne.






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Notre ami Hervé Breuil a créé le Lavoir Moderne Parisien il y a vingt-huit ans dans un ancien lavoir public situé rue Léon, au cœur de ce quar­tier popu­laire qui devint peu à peu l’enclave « afri­caine » de la Goutte d’or, dans le dix-hui­tième arron­dis­se­ment de Paris. Un quar­tier à la répu­ta­tion inquié­tante, sous la menace per­ma­nente d’opé­ra­tions immo­bi­liè­res, mais en réa­lité très vivant.


Chaque année depuis 2016, les équipes de L’Insatiable en France et Culture&Démocratie en Belgique, aguer­ries à l’explo­ra­tion des pra­ti­ques artis­ti­ques en lien avec les ques­tions de société, pro­dui­sent, avec la col­la­bo­ra­tion de par­te­nai­res d’autres pays, un numéro de la revue Archipels autour de la ren­contre des cultu­res. Nous vou­lons déve­lop­per ensem­ble une revue papier per­met­tant de mettre en valeur, com­pren­dre et favo­ri­ser, les échanges entre les artis­tes et l’ensem­ble de la col­lec­ti­vité humaine.


J’ai rendez-vous à l’hôpi­tal Saint-Vincent de Paul pour me faire réa­ni­mer. Prise en charge par une infir­mière puis une équipe de méde­cin, je serai rame­née à la vie et inci­tée à en pro­fi­ter.


Pierre Debauche a été, de très près comme de loin, un solide com­pa­gnon de route de notre tra­vail pour l’art et la culture dans la société, un repère et l’une de nos brû­lan­tes ins­pi­ra­tions. Un grand frère d’armes jusqu’à son der­nier souf­fle pour tous ceux qui, jeunes ou non, savent que le théâ­tre est un lieu de par­tage essen­tiel. Et s’effor­cent, en ces temps arides, de mettre en pra­ti­que ce savoir.


Besançon. Sabrina Boukhenous retrouve son public pour l’inau­gu­ra­tion du Festival du tout jeune Collectif Haïku avec sa pre­mière créa­tion solo : Plastik. Plus exac­te­ment l’agui­che d’une pro­po­si­tion plus longue, en cours d’écriture, sur les per­ver­si­tés d’une société pro­duc­ti­viste et nar­cis­si­que. Premier tableau expri­mant les effets des ryth­mes pro­fes­sion­nels sur l’humain, Plastik sonne comme un pré­texte : mettre le corps opprimé au ser­vice de l’image, la danse et le théâ­tre au ser­vice d’un mes­sage.