Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Non à la mise à mort de l’Abattoir !

par L’équipe
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Communiqué du 7 avril 2016

Non à la mise à mort de l’Abattoir !

Le Centre National des Arts de la Rue de Chalon-sur-Saône, l’Abattoir, est aujourd’hui en danger de mort.

Mardi 12 avril 2016, la négociation budgétaire entre les financeurs publics de la structure (État, Région, Département, Communauté de communes et Ville) sera décisive pour la survie et l’avenir du CNAR. La Fédération Nationale des arts de la rue appelle l’ensemble des partenaires publics à prendre leurs responsabilités pour trouver les solutions qui permettront d’assurer la pérennité de cet équipement indispensable au secteur des arts de la rue, à la vie locale et au rayonnement de Chalon-sur-Saône.

Depuis plus de 10 ans, l’Abattoir mène une politique exemplaire sur le territoire : avec plus de 25% de son budget redistribué aux équipes artistiques au travers d’une dizaine de résidences par an, avec ses deux temps de diffusion en saison où se rencontrent des milliers de spectateurs et ses actions fédératrices menées pour et avec les habitants, l’Abattoir est un modèle de ce que doit être et de ce que peut faire un Centre National des Arts de la Rue.

Il est clair que la fin du CNAR induit dans la foulée la fin du festival Chalon dans la rue et des Quartiers de Lune. Mauvais calcul des tutelles qui font fi des principaux financeurs de cet événement international que sont avant tout autre le public et les nombreuses compagnies qui viennent offrir leurs spectacles dans le off.

Chalon-sur-Saône est une ville symbole pour les arts de rue.

Il serait totalement inconcevable et inacceptable pour l’ensemble des professionnels des arts de la rue qu’un tel équipement disparaisse. Il est au contraire indispensable de lui permettre de mieux assurer ses missions à travers un budget de fonctionnement consolidé. Cela ne doit pas exclure une répartition plus harmonieuse des moyens
alloués par chaque partenaire financier.

Il en va de la survie d’un secteur, toujours fragile, toujours malmené, alors que les valeurs de générosité, de partage, d’accessibilité sont plus que jamais indispensables en cette période de recul des valeurs républicaines et de repli sur soi.

A Chalon-sur-Saône, la création artistique doit pouvoir continuer à s’épanouir en rue libre.

Signataires
Fédération nationale des arts de la rue
FAR-EST – Fédération des arts de la rue Grand Est

www.federationartsdelarue.org






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La Justice est au cœur de notre actua­lité… mais aussi de celle de plus de 2000 mili­tants et syn­di­ca­lis­tes aujourd’hui pour­sui­vis pour leurs actes de résis­tance.


Brèves

La party #1 don­nera, ce soir-là, une belle part à l’Ile de la Réunion, sous une forme tra­di­tion­nelle (Seksion Maloya) ou contem­po­raine (Jidé & G !rafe) mais aussi à deux très beaux pro­jets solo, inti­mis­tes et voya­geurs (Tuning & Our Land).
Loran Velia de Seksion Maloya nous fera décou­vrir des saveurs de l’Océan indien et nous vous pro­po­se­rons aussi des bois­sons avec ou sans alcool.


Le 30 mai, pro­jec­tion de films vidéo (extraits d’entre­tiens avec Armand Gatti), lec­ture de textes, témoi­gna­ges de celles et ceux qui l’ont connu grâce à l’écriture, la mise en scène, une action de créa­tion ou sim­ple­ment à l’occa­sion d’une ren­contre tel sera le pro­gramme de la soirée animée par Rachid BelkaÏd, Jean-Jacques Hocquard et Jean-Marc Luneau.


Le Festival TaParole revient à Montreuil du 10 au 18 juin pour une 15ème édition tou­jours placée sous le signe de la chan­son. Venez décou­vrir des artis­tes qui aiment les mots et les chan­tent durant 7 jours.


Les Inattendue(e)s, un week-end de décou­ver­tes marion­net­ti­ques pro­posé par Daru-Thémpô au Manipularium.


Une comé­dienne et un cla­ri­net­tiste che­mi­nent, à tra­vers les textes
de poé­tes­ses per­sa­nes, égyptiennes, syrien­nes contem­po­rai­nes.
Ils don­nent à enten­dre la voix de femmes qui lut­tent par l’écriture,
pour la liberté de dire, de penser, d’être et d’agir.



Nos amis de la troupe Jolie Môme pré­sen­tent actuel­le­ment dans leur très beau lieu de la Belle Étoile une pièce de Bertolt Brecht, l’un de ses textes mili­tants qu’il nom­mait « lehrs­tuck » (une pièce didac­ti­que) et qui dans son esprit étaient des­ti­nés à faire com­pren­dre, en par­ti­cu­lier aux jeunes gens, les fonc­tion­ne­ments d’une société capi­ta­liste tra­vaillée par la lutte des clas­ses.


Veillée pour l’écrivaine Asli Erdogan le mardi 25 avril à 20 heures à La Parole errante 9, rue François Debergue - Montreuil. (métro : Croix de Chavaux).