Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Non à la mise à mort de l’Abattoir !

par L’équipe
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Communiqué du 7 avril 2016

Non à la mise à mort de l’Abattoir !

Le Centre National des Arts de la Rue de Chalon-sur-Saône, l’Abattoir, est aujourd’hui en danger de mort.

Mardi 12 avril 2016, la négociation budgétaire entre les financeurs publics de la structure (État, Région, Département, Communauté de communes et Ville) sera décisive pour la survie et l’avenir du CNAR. La Fédération Nationale des arts de la rue appelle l’ensemble des partenaires publics à prendre leurs responsabilités pour trouver les solutions qui permettront d’assurer la pérennité de cet équipement indispensable au secteur des arts de la rue, à la vie locale et au rayonnement de Chalon-sur-Saône.

Depuis plus de 10 ans, l’Abattoir mène une politique exemplaire sur le territoire : avec plus de 25% de son budget redistribué aux équipes artistiques au travers d’une dizaine de résidences par an, avec ses deux temps de diffusion en saison où se rencontrent des milliers de spectateurs et ses actions fédératrices menées pour et avec les habitants, l’Abattoir est un modèle de ce que doit être et de ce que peut faire un Centre National des Arts de la Rue.

Il est clair que la fin du CNAR induit dans la foulée la fin du festival Chalon dans la rue et des Quartiers de Lune. Mauvais calcul des tutelles qui font fi des principaux financeurs de cet événement international que sont avant tout autre le public et les nombreuses compagnies qui viennent offrir leurs spectacles dans le off.

Chalon-sur-Saône est une ville symbole pour les arts de rue.

Il serait totalement inconcevable et inacceptable pour l’ensemble des professionnels des arts de la rue qu’un tel équipement disparaisse. Il est au contraire indispensable de lui permettre de mieux assurer ses missions à travers un budget de fonctionnement consolidé. Cela ne doit pas exclure une répartition plus harmonieuse des moyens
alloués par chaque partenaire financier.

Il en va de la survie d’un secteur, toujours fragile, toujours malmené, alors que les valeurs de générosité, de partage, d’accessibilité sont plus que jamais indispensables en cette période de recul des valeurs républicaines et de repli sur soi.

A Chalon-sur-Saône, la création artistique doit pouvoir continuer à s’épanouir en rue libre.

Signataires
Fédération nationale des arts de la rue
FAR-EST – Fédération des arts de la rue Grand Est

www.federationartsdelarue.org






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.


Théâtre de la Bastille, Festival d’automne, de jeunes acteurs vien­nent faire réson­ner le regard porté sur les révo­lu­tions du passé et inter­ro­ger l’avenir. Des ter­ri­toi­res (...d’une prison l’autre...) est le deuxième volet d’une tri­lo­gie écrite et mise en scène par Baptiste Amann. Dans ce huis clos sur­volté, le tren­te­naire se préoc­cupe de savoir sur quelle révo­lu­tion se por­tera le XXIème siècle.


Le stade c’est toute leur vie, c’est leur his­toire, leur quo­ti­dien. Les sup­por­ters du Racing club de Lens, des famil­les, des enfants, des ultras, inves­tis­sent à tour de rôle le Théâtre National de la Colline avec Stadium.