Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Articles sans abonnements

Merci François Ruffin ! (à propos de l’attribution du César du meilleur documentaire à « Merci patron ! »)

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


François Ruffin fait un film à la Michael Moore, une action filmée, certes bricolée, mais qui dévoile aux yeux de beaucoup de gens qui les ignoraient ou ne s’y intéressaient pas, un certain nombre de méfaits d’un système néolibéral dans lequel Bernard Arnaud apparaît pour ce qu’il est : un pur prédateur. Comme cette action à la Robin des bois est menée, jouée et filmée à la manière d’une farce, beaucoup de gens non politisés l’apprécient et du coup sont obligés d’y penser et d’échanger à son propos.

JPEG - 282.5 ko

Le 31 mars 2016, à la suite d’une manifestation contre la loi El Khomri, cette action filmée est projetée sur un écran en plein air place de la République à Paris. Ce sera le déclencheur d’un passionnant mouvement d’éducation populaire « sauvage » qui fait tâche d’huile et permet à des personnes qui n’avaient plus beaucoup l’occasion d’échanger de prendre la parole et de s’écouter les uns les autres : Nuit debout. Un effet politique (au sens grec de ce mot) réel et de grande valeur. Et finalement, il y a peu, le film remporte un prix national important. François Ruffin, à l’occasion de la remise officielle de ce prix, au lieu d’en nourrir son égo à coups d’émotion larmoyante comme il est habituellement d’usage, évoque publiquement et devant les caméras le sort de la classe ouvrière, notamment en Picardie, en un temps de délocalisations massives. Et grâce à ces images qui circulent abondamment sur internet, le problème soulevé par le film (bien plus que le film lui-même) peut apparaître et faire l’objet d’un débat public, ce qui redouble l’effet de dévoilement produit par le film. Ce type d’action est salutaire d’après moi. Chapeau bas, François Ruffin. Tout ce que tu fais n’est pas parfait, mais ceux qui t’attaquent devraient sans doute essayer de faire mieux que toi avant de critiquer tes actes.

JPEG - 67.6 ko

Ce film, fabriqué avec les vaillants « œuvriers » des Mutins de Pangée, n’a aucune autre prétention que d’agir sur le réel. Il est le fruit d’une conception de l’action artistique qu’il faut aujourd’hui remettre en valeur, un acte symbolique qui a eu et a des effets sur la réalité politique, comme Nuit debout et les nombreux débats qui en ont découlé. Si les artistes n’agissent pas sur le terrain du symbolique ils n’ont aucun terrain d’action et en sont donc réduits à l’impuissance. Quelles que soient les motivations de ceux qui lui ont remis le prix, certainement pour se débarrasser du problème dû au vaste succès public du film, après avoir tenté de l’étouffer (mais ça, Ruffin n’en a évidemment pas le contrôle) il a utilisé cette opportunité non pour s’auto-congratuler mais pour parler publiquement et devant les caméras non de cinéma, mais de la condition ouvrière. C’est un geste très rare, peut-être unique, et si l’on n’est pas capables de le saluer, de reconnaître la qualité des actes, hé bien on ne s’en sortira jamais.

JPEG - 238.2 ko

Personne n’a dit que c’est un grand film, nous ne sommes pas ici dans la critique de cinéma. C’est autre chose. Il est question d’un acte qui s’inscrit dans un ensemble d’actes militants et qui utilise les outils disponibles. Il ne s’agit pas d’être parfait, il s’agit d’utiliser les failles d’un système pour faire apparaître des réalités volontairement cachées ou niées. Ruffin et ses amis n’ont pas attendu ce prix pour agir lorsqu’ils ont créé le journal Fakir et lorsqu’ils se sont investis dans Nuit debout avec entre autres Frédéric Lordon, Johanna Silva et Loïc Canitrot de Jolie môme. Et des milliers de militants anonymes dans tout le pays et même ailleurs se sont fédérés et ont agi. Inutile de lui reprocher d’utiliser aussi la réalité de ce système de récompenses et de reconnaissance, car Ruffin en fait le meilleur usage possible en se servant de la visibilité qu’il lui offre pour parler publiquement du fond : le combat politique, la défense des opprimés à la merci d’un système inhumain.

On aimerait que ceux qui le critiquent au nom du cinéma et/ou de la politique, fassent montre d’un peu de modestie et de lucidité par rapport à l’efficacité réelle de leurs propres actes. Sinon nous resterons immergés dans un bain d’aigreur autodestructrice qui ne mène absolument nulle part. Bravo et merci François Ruffin, et que ceux qui le critiquent profitent de l’occasion pour faire mieux. Agissons tous, ensemble et séparément, autant qu’il le faudra et avec tous les moyens dont nous disposons, pour transformer ce monde et le rendre solidaire. Merci patron ! a certainement été récompensé pour de mauvaises raisons. Les organisateurs des Césars pour la plupart, comme d’autres gens du milieu du cinéma, ont sans doute été dépassés par un succès public qu’ils n’avaient pas souhaité. Mais je crois que Ruffin a fait un très bon usage du malentendu. Comme disait Brecht, les prolétaires et leurs alliés ont peu d’armes, il faut qu’ils aient au moins la ruse.

Nicolas Roméas






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La Justice est au cœur de notre actua­lité… mais aussi de celle de plus de 2000 mili­tants et syn­di­ca­lis­tes aujourd’hui pour­sui­vis pour leurs actes de résis­tance.


Brèves

Le 30 mai, pro­jec­tion de films vidéo (extraits d’entre­tiens avec Armand Gatti), lec­ture de textes, témoi­gna­ges de celles et ceux qui l’ont connu grâce à l’écriture, la mise en scène, une action de créa­tion ou sim­ple­ment à l’occa­sion d’une ren­contre tel sera le pro­gramme de la soirée animée par Rachid BelkaÏd, Jean-Jacques Hocquard et Jean-Marc Luneau.


Le Festival TaParole revient à Montreuil du 10 au 18 juin pour une 15ème édition tou­jours placée sous le signe de la chan­son. Venez décou­vrir des artis­tes qui aiment les mots et les chan­tent durant 7 jours.


Les Inattendue(e)s, un week-end de décou­ver­tes marion­net­ti­ques pro­posé par Daru-Thémpô au Manipularium.


La party #1 don­nera, ce soir-là, une belle part à l’Ile de la Réunion, sous une forme tra­di­tion­nelle (Seksion Maloya) ou contem­po­raine (Jidé & G !rafe) mais aussi à deux très beaux pro­jets solo, inti­mis­tes et voya­geurs (Tuning & Our Land).
Loran Velia de Seksion Maloya nous fera décou­vrir des saveurs de l’Océan indien et nous vous pro­po­se­rons aussi des bois­sons avec ou sans alcool.


Une comé­dienne et un cla­ri­net­tiste che­mi­nent, à tra­vers les textes
de poé­tes­ses per­sa­nes, égyptiennes, syrien­nes contem­po­rai­nes.
Ils don­nent à enten­dre la voix de femmes qui lut­tent par l’écriture,
pour la liberté de dire, de penser, d’être et d’agir.



Nos amis de la troupe Jolie Môme pré­sen­tent actuel­le­ment dans leur très beau lieu de la Belle Étoile une pièce de Bertolt Brecht, l’un de ses textes mili­tants qu’il nom­mait « lehrs­tuck » (une pièce didac­ti­que) et qui dans son esprit étaient des­ti­nés à faire com­pren­dre, en par­ti­cu­lier aux jeunes gens, les fonc­tion­ne­ments d’une société capi­ta­liste tra­vaillée par la lutte des clas­ses.


Veillée pour l’écrivaine Asli Erdogan le mardi 25 avril à 20 heures à La Parole errante 9, rue François Debergue - Montreuil. (métro : Croix de Chavaux).