Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Archives

Médias français : Quand l’image de la Tunisie chancelle entre le terrorisme et les seins de Amina.

Les médias français et la Tunisie
par Leïla Toubel
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Voilà un an, ou presque, la chaîne française F2 a diffusé un documentaire sur la Tunisie. On y voyait une Tunisie couverte de noir et noyée dans le sang, une Tunisie à genoux gisant sous l’emprise du terrorisme. Le tableau n’était pas seulement morose, il renvoyait vers une Tunisie agonisante, désespérée, une Tunisie ou le petit chaperon rouge s’offre de son propre gré au loup et lui dit : Monsieur le loup, prenez mes fleurs et mes fruits, ma grand-mère et mes copines, mes frères et sœurs et mes voisines, prenez le soleil et le printemps, prenez ma vie et ma patrie.

Il y’a un an ou presque, les manifestants étaient dans la rue pour revendiquer une constitution démocratique et progressiste, le départ d’Ennahdha, la vérité sur l’assassinat de Chokri Belaid , la baisse des prix, mais aussi, les manifestants, avec comme unique arme leur corps couverts du drapeau national, faisaient barrage à la montée du terrorisme. Nous étions des milliers à crier : nous n’avons pas peur de mourir. Mais il s’avère qu’un peuple qui se bat ne fait pas de l’audience, ça n’intéresse personne et on risque de zapper quand on voit à la télé des citoyennes et des citoyens qui inventent et réinventent toutes les formes de lutte pour que leur pays reste debout.


Je me serai passée de revenir sur ce documentaire si je n’avais pas vu la vidéo de « L’émission pour tous » de Laurent Ruquier avec parmi ses invités Amina. Il parait qu’on peut faire du buzz avec une tunisienne qui se met à poils et qui se fait écrire – par je ne sais qui et avec quel argent – un livre qui s’intitule : « Mon corps m’appartient ». Il parait qu’on peut faire du buzz quand on montre que dans le pays des terroristes émerge « une fleur » insoumise qui ne sait pas trop comment le dire, mais que même son balbutiement fait le buzz.

Alors vous, chers artistes, chers intellectuels, chers militants, chers citoyennes et citoyens qui avez quelque chose de différent à dire sur votre pays, qui avez une autre image à véhiculer, vous êtes trop sérieux et trop guindés pour passer à la télé. Ne changez surtout pas pour être dans un média français, le marketing est une affaire de quelques minutes de télé, et vous êtes ce que vous êtes pour la vie.

Leila Toubel est auteur, metteur en scène et comédienne, co-directrice avec Ezzedine Gannoun du Théâtre El Hamra de Tunis.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.