Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Lettre ouverte à
Fadelha Benammar Koly

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


POEMA

Ecritures Poétiques Contemporaines
(Lorraine, Paris, Luxembourg)
À Madame Fadelha Benammar Koly,
Vice-présidente de la Communauté de Communes
Lodévois & Larzac, Déléguée à la Culture.

Par cette lettre ouverte, nous tenons à vous exprimer combien nous sommes attristés de la décision annonçant la suppression du festival international de poésie Les Voix de la Méditerranée. Les Voix de la Méditerranée ont fait de Lodève un haut lieu des poésies, d’envergure nationale et internationale. Le public, de votre région et de toute la France, n’a jamais manqué aucun rendez-vous depuis de nombreuses années.

Vous souhaitez exclure la poésie de ce festival.
Pourquoi ?

Que serait la culture sans la littérature, et la littérature sans la poésie ?

Le précepte que vous revendiquez, « La culture par tous et pour tous », nous semble dangereux.
Il peut contenir en lui le plus mauvais usage que l’on peut faire du mot populaire, à l’orée du mot populiste, menaçant par là même les valeurs fondamentales de l’art et de la culture.

Vos orientations nous semblent faire le deuil d’une programmation ambitieuse et de qualité, portant les fondements de la pluralité, de la diversité et de la découverte. Elles participent à faire croire que le bien-fondé d’une politique culturelle aujourd’hui est d’être divertissante et régionaliste.
L’accès à l’art et à la culture ne peut-il s’envisager que sous l’angle réducteur du divertissement et de la consommation ?

Nous savons les baisses de subventions qui asphyxient de plus en plus le travail des artistes de toutes les disciplines, les festivals, les structures de diffusion... Cela n’autorise pas pour autant ce discours misérabiliste et complaisant qui vient légitimer vos choix. Car tout est une question de choix, et de pensée.

Peut-être est-ce aussi d’art que vous devriez parler !

Nous voudrions, madame, que vous mesuriez la responsabilité d’une telle décision que nous espérons ne pas être définitive.

Cordialement.

L’équipe de coordination de POEMA,

Sandrine Gironde
Franck Doyen
Marie-Noëlle Brun
Anne-Margrit Leclerc

- *






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Le Théâtre de l’Opprimé accueille la 10ème édition du Festival MigrActions.
Un fes­ti­val plu­ri­dis­ci­pli­naire dans lequel les géné­ra­tions dia­lo­guent, les natio­na­li­tés se ren­contrent et les genres se croi­sent.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.