Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Articles offerts par L’Insatiable

Lettre à mon directeur de thèse, par Tania Magy

Université de Toulouse, LISST, anthropologie sociale et historique.
par L’Insatiable
Thématique(s) : Parti-pris Sous thématique(s) : Rroms
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Lettre à mon directeur de thèse, Michel Boccara, Université de Toulouse, LISST, anthropologie sociale et historique.

JPEG - 31.3 ko

Michel,

Comme tu le sais suite à mon premier doctorat, chaque jour je pense recherche, je vis recherche et je crée recherche... Tous les liens que je mets en place ici ou là ont pour vocation de faire avancer mes questionnements et si possible de répondre de manière scientifique à ces temps de partage que nous avons avec des élèves, des familles tsiganes, des directeurs d’institutions, des artistes nomades ou sédentaires...

Depuis dix ans je fais vivre ma petite caravane musée et tu le sais, cela peut être éprouvant lorsqu’il est impossible de stationner, ou lorsqu’il y a des tensions entre communautés...

Je suis heureuse car nous avons mis en place un centre de ressources et il fonctionne bien, nous pouvons encore l’améliorer.

Je suis heureuse car j’ai une étudiante stagiaire et je pense avoir tout mis en œuvre pour lui faire connaître au mieux nos activités associatives et universitaires...

Je suis heureuse car au quotidien je travaille avec des élèves manouches, gitans, et tous ceux qui ne le sont pas...

Cependant, comme je le disais hier à une amie journaliste, j’en ai assez de la violence des rapports humains, j’en ai assez de toujours devoir « calmer le jeu » : mais quand aurons-nous des rapports apaisés face au monde ?

J’ai démissionné de mon poste de professeur il y a quelques années car cela s’était mal passé : des parents d’élèves savaient que j’habitais en caravane et les relations avec mon entourage étaient moins cordiales, ça n’allait plus, j’ai perdu pied...
J’ai été malade.

Mais je voulais me remettre dans le bain et j’ai formé d’autres enseignants depuis six ans à la culture tsigane. Je les ai formés avec d’autres personnels (soignants, accompagnateurs...) et nous avons mis en place de beaux projets. J’ai aussi été sélectionnée pour la Biennale de Venise Pavillon Rom et cela m’a beaucoup marqué, de parler du génocide de 1939-45...

Hier j’ai tenté de séparer deux élèves qui se sont battus, et je me suis fait mal au dos, j’ai un bleu à la jambe, une griffure... En soi c’est mon métier d’AED d’assurer la « sécurité des élèves », mais là je n’en peux plus, j’en ai assez d’entendre que je défends les manouches, alors que j’agis de la même manière pour tous, au quotidien depuis que j’ai eu mon premier poste, il y a de cela bien longtemps maintenant que je fête mes 42 ans...

J’ai l’entière confiance et le soutien de mon Principal qui m’a engagé pour pallier au manque de communication avec nos élèves manouches, pour qu’ils vivent bien leur scolarité.

Demain, avec mon syndicat, je vais demander de l’aide car j’en ai assez : DOSTA ! Je ne veux pas être blessée sur mon lieu de travail, je ne veux pas de guéguerres communautaristes, stop, ça suffit ! J’irai chercher le formulaire d’accident du travail...

Je veux pouvoir dire que l’Université et la recherche en France ont aussi leur rôle à jouer, à élaborer... Je ne veux pas terminer ma rédaction sur un point négatif.

Tu trouveras ci-joint une invitation qui fait sens pour une autre cérémonie festive, à la fois différente et proche de mes expositions et ateliers militants pour les Droits de l’Homme.

Bien à toi.
Tania MAGY

www.artrom.net

www.insurrection-gitane.com

JPEG - 232.8 ko





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.