Bienvenue aux insatiables !



Un journal en ligne d’informations de débats et d’humeurs
animé par l’équipe de L’Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Archives

Les hyènes hurlent et les caravanes passent...

Pour rétablir la vérité sur les Romes et leurs conditions de vie
par Valérie de Saint-Do
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Colère.

Colère noire en lisant toutes les conneries débitées sur les Roms, que l’on parle des "gens du voyage", absurde terminologie bureaucratique, ou de ceux récemment arrivés de Roumanie et Bulgarie.
(Oui, excusez-moi, mais le langage de ce billet ne sera pas châtié.)

JPEG - 101.4 ko
La caravane-école du Hanul (Photo No mad’s land)

Colère de voir les sinistres du gouvernement reprendre à leur compte toutes les beauferies des bas du Front, des "trafics" aux "Mercedes".

Il y a trois mois, dans la grande prescience qui lui vaut son nom, Cassandre publiait dans son numéro 81,« L’autre, sans qui je meurs » un dossier consacré à ce "peuple de promeneurs" et à sa culture.

Je ne reprendrai pas ici l’ensemble des discours forts d’un Tony Gatlif, d’un Marcel Courthiade (titulaire de la chaire de romani à l’INALCO), d’un Alexandre Romanès pour démonter l’ensemble du ramassis de clichés qui nous est infligé aujourd’hui par le gouvernement de Vichy, et vous renvoie à cette lecture (on peut se le procurer ici en version numérique !). Précision en revanche : j’utilise le mot "Rom" à la fois pour ceux que la France appelle "gens du voyage" (Gitans, Manouches, Roms de l’Est présents de longue date et Français) que pour les migrants, comme le préconise l’Union Romani internationale.

Je vais juste ici démonter un cliché asséné par tous les blaireaux, sur tous les forums, et que le sinistre de l’Intérieur a cru bon de légitimer en le reprenant à son compte.

"Comment font-ils pour rouler dans des Mercedes et avoir de grosses caravanes alors qu’ils sont au RMI ?" glapit le chœur des lobotomisés.

1/ Les caravanes et les grosses bagnoles, cela ne concerne qu’une partie des Roms installés en France de longue date... qui contrairement aux débilités assénées à répétition, travaillent. Et ce travail, ça va du médecin au ferrailleur en passant par le commerçant. Eh oui, il y a beaucoup de Roms qui exercent des métiers tout à fait classiques, sont sédentaires et se fondent dans la population (ce que ceux qui sont attachés à la singularité de cette culture peuvent regretter, mais c’est un autre débat).

2/ Parmi les itinérants, beaucoup travaillent aussi (boulots temporaires, précaires...eh bien oui, comme beaucoup de gens aujourd’hui, ou réguliers (marchés notamment).

JPEG - 15.9 ko
Le camp du Hanul, récemment détruit par le zélé et musclé préfet Lambert, chargé de "rétablir l’ordre" en Seine St-Denis

3/ Les Roms migrants arrivés récemment de Roumanie et Bulgarie n’ont pas droit au RMI, ni droit au travail suite à une disposition scélérate qui exige des employeurs de Bulgares et Roumains des CDI, plus un droit de 900 euros à payer pour les embaucher. Vous connaissez beaucoup d’employeurs prêts aujourd’hui à verser de l’argent pour embaucher, et prêts à embaucher en CDI ? Et vous vous étonnez qu’ils mendient ?

4/ La caravane est souvent le SEUL patrimoine des Roms itinérants (et on ne tracte pas une caravane avec une twingo, bananes) . Quand un jeune couple se marie, la communauté fait une tontine (collecte) pour les aider à se la payer avec la voiture. Ça ne suffit pas forcément, alors le couple fait appel à des organismes de crédit qui prêtent à des taux usuraires.. puisqu’ils n’ont pas droit au crédit immobilier, la caravane n’étant pas reconnue comme habitat. Et pour ceux qui s’étonneraient qu’on leur accorde des prêts, jamais entendu parler des subprimes et des prêteurs peu scrupuleux quand aux risque de surendettement ? Au demeurant et quoi qu’assènent les menteurs professionnels, elles sont rarement neuves, leurs voitures et caravanes...

"Angélisme" !, brameront les cons.

Non.

Les problèmes chez les Roms sont tout autre que là où on veut les voir. La délinquance ça existe. Là comme ailleurs. Aux effets moins graves que celle en col blanc. Mais les braves gens dont se moquait déjà Brassens ne payent probablement jamais leur femme de ménage au black, ne roulent ni bourrés ni au dessus des limitations de vitesse, et déclarent scrupuleusement leurs impôts ? Non ?

La question Rom, elle se pose surtout dans la négation de leur singularité culturelle, qui leur a précisément permis de survivre (Voyez à cet égard le magnifique Liberté de Tony Gatlif).

Dans le paternalisme des églises évangélistes qui lui aussi met à mal leur culture (dans certains camps, les hymnes ont remplacé la musique traditionnelle ! )

Dans le consumérisme et la désespérance qui piège bon nombre de jeunes Roms .

Dans les batailles entre associations (ce n’est pas forcément simple entre les Roms français et les migrants récents ! ) et la confiscation de leur parole.

Dans le double bind qu’ils subissent entre l’envie de citoyenneté et d’égalité toujours déniées (parcours du combattant pour avoir une carte d’identité pour les Français, plus carnet de circulation à faire viser) et la crainte de perdre une singularité toujours stigmatisée (le mur du çon ayant récemment été explosé par le député Jacques Myard, coutumier de ce genre de records, qui veut "sédentariser les gens du voyage").

"Intégration" au risque de l’uniformisation (et qui a envie d’être "assimilé" à la France sarkozyste ?) ou "Droit à la singularité" (qui fait si peur aux intégristes du républicanisme droit dans les bottes, tendance Marianne), volonté de voir émerger une élite rom et peur de perdre son âme. Ce sont des débats qui traversent les communautés (du moins, quand elle ne sont pas dos au mur pour leur survie). Ce sont à elles de les trancher.

En attendant, on croyait avoir tout subi de ce gouvernement, mais chaque jour est pire que le précédent.

Les dernières annonces sur des Roms et l’expulsion des campements de partout, ça porte un nom : épuration ethnique.

Et la volaille de droite ou républicaniste dure poussait des cris de pucelle effarouchée, quand on parlait de "Vichy" ou de "rafles"...

Alors, salut à toi Django Reinhardt, salut à toi Tony Gatlif, salut à toi Camaron de la Isla, salut à toi Emir Kusturiça, salut à toi Marcel Courthiade, salut à vous Alexandre et Délia Romanès, salut à toi Lajko Félix, salut à toi Otto Dix (eh oui !) salut à toi Éric Roux-Fontaine, salut à toi Mattéo Maximoff, salut à toi Omar Sharif (eh oui !), salut à toi Georges Cziffra, salut à vous les Gitans, Sinti, Roms, Manouches, et sachez que ce gouvernement ne nous représente pas, nous qui nous sommes nourris de vos musiques et de vos images, nous qui sans vous mourrions.

Valérie de Saint-Do

P.S. Dans un océan de clichés et de conneries, voici quand même quelques articles qui méritent d’être lus :

http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/roms

http://www.slate.fr/story/25519/que-veulent-dire-les-mots-roms-tsiganes-et-gens-du-voyage

http://www.paperblog.fr/1002009/le-racisme-anti-roms-des-discours-semblables-a-ceux-des-nazis/

http://777socrate.blogspot.com/2010/07/les-gens-du-voyage-sen-vont-en-fumee.html

http://www.cafebabel.fr/article/34506/villages-rroms-reve-politique-realite-sociale.html






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La Justice est au cœur de notre actua­lité… mais aussi de celle de plus de 2000 mili­tants et syn­di­ca­lis­tes aujourd’hui pour­sui­vis pour leurs actes de résis­tance.


Brèves

10ème Festival Régional Itinéraires Singuliers, du 1er mars au 23 avril 2017, en Bourgogne-Franche-Comté…


Imaginée pour le mois de la photo 2017, IN/ OFF / OUT est une expo­si­tion photo col­lec­tive iné­dite : débor­dant le seul cadre de la gale­rie, les pho­to­gra­phes inves­tis­sent la rue pour y affi­cher en format monu­men­tal des images poé­tico-poli­ti­ques, qui ne devraient pas lais­ser indif­fé­rents. Nus mas­cu­lins ou fémi­nin, voiles et ombres, pay­sa­ges mys­té­rieux et illu­sions de réa­li­tés…


Autour de l’œuvre de Fernand Deligny. Poète-éducateur (1913-1996), Fernand Deligny dénonce d’emblée la mal­trai­tance des enfants dans les ins­ti­tu­tions. En 1968, il prend le maquis avec des enfants autis­tes dans les Cévennes, invente un mode de vie. F Deligny res­ti­tue à l’homme que nous sommes sa part mys­té­rieuse et fas­ci­nante d’inné et réha­bi­lite un humain d’espèce. Sa pensée inter­roge le pou­voir et la liberté.


L’ali­men­ta­tion est un acte bien au-delà d’une simple absorp­tion /trans­for­ma­tion c’est un acte cultu­rel qui nous rend acteur de notre envi­ron­ne­ment. Si nous nous ali­men­tons de vio­lence faite au règne végé­tal (pes­ti­ci­des insec­ti­ci­des) ou au règne animal (élevages en bat­te­ries) nous per­dons notre huma­nité ainsi que le dit le phi­lo­so­phe Emmanuel Kant : « l’inhu­ma­nité infli­gée à un autre détruit l’huma­nité en nous ».


Faisant suite à d’excep­tion­nel­les expo­si­tions telles Les Rouart en 2015, Maurice Vlaminck en 2014, Les pein­tres de Pont-Aven en 2013 et bien d’autres, « Peindre la ban­lieue » est la nou­velle expo­si­tion pré­sen­tée à l’ate­lier Grognard de Rueil. Dans nos ima­gi­nai­res, le mot ban­lieue évoque sou­vent des images grises, mais…


Le FIFA est une pla­te­forme de dif­fu­sion unique pour les arti­sans du cinéma qué­bé­cois, cana­dien et inter­na­tio­nal.
C’est une occa­sion unique de décou­vrir une cen­taine de docu­men­tai­res, d’essais, de vidéos d’artis­tes et d’oeu­vres de nou­vel­les écritures sur l’Art. # lefifa


Le débat en pré­sence des portes-paro­les Culture des can­di­dats à l’élection pré­si­den­tielle, sur la ques­tion "Quels pro­jets cultu­rels pour le pro­chain quin­quen­nat ?"


Rencontres autour "Des livres et l’alerte" pour encou­ra­ger à l’écriture et la pro­mou­voir, réflé­chir sur le lan­ce­ment d’alerte, et le rôle de celles et ceux qui la déclen­chent.