Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Les eauditives : un festival « eautement poétique »

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Les Éditions Plaine Page et la ZIP (Zone d’intérêt poétique) se jettent à l’eau avec cette nouvelle édition des Eauditives, réalisée en partenariat avec l’École Supérieure d’Art et Design de Toulon Provence Méditerranée. Ce festival d’art et de poésie itinérant, qui prendra sa source en Provence verte du 29 au 31 mai, rafraîchira à coup sûr petits et grands par ses exercices littéraires et ses ateliers créatifs.

Pour sa septième édition, le festival renoue avec sa vocation première, celle de l’itinérance, et change de lieu chaque jour. Et à chaque lieu son art : les arts du territoire (la bauxite et l’industrie minière) au Musée des Gueules Rouges à Tourves le vendredi 29 mai, l’art médiéval à l’Abbaye et au village de La Celle le samedi 30 mai, et enfin les arts actuels au Jardin des sculptures et au Centre d’Art Contemporain de Châteauvert le dimanche 31 mai. Autant de lieux connus qui marquent les étapes d’un voyage initiatique et culturel.

Au programme, de nombreux exercices poétiques originaux représentés par des poètes aux spécialités non moins originales comme des slameurs espagnols ou liégeois (Dani Orviz et Dominique Massaut), un poète verbo-moteur (Patrick Sirot), une occito-poète américaine (Nicole Peyrafitte), ou encore un poète définiteur (Antoine Simon). Mais aussi des débats littéraires, des visites guidés et des créations sonores imaginées par des étudiants de l’École Supérieure d’Art et Design de Toulon Provence Méditerranée. Trois journées animées qui raviront les oreilles provençales par des lectures et des conférences passionnées. Les plus jeunes pourront également participer à des ateliers de pratique artistique mis en place par les auteurs et les artistes du festival.

Pour plus d’informations : ici.

Association Plaine Page
Zone d’Intérêt Poétique
185 Rue des Tanneurs
83670 Barjols






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Le Théâtre de l’Opprimé accueille la 10ème édition du Festival MigrActions.
Un fes­ti­val plu­ri­dis­ci­pli­naire dans lequel les géné­ra­tions dia­lo­guent, les natio­na­li­tés se ren­contrent et les genres se croi­sent.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.