Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Les champs de la marionnette, 16ème édition

par L’Insatiable
Sous thématique(s) : marionnettes , Territoire
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Le festival Les champs de la marionnette s’ouvrira le 6 novembre avec la pièce Cet enfant. Le festival qui en est à sa 16ème édition est organisé par la compagnie Daru Thémpô, structure de création et de développement des arts de la marionnette.

Le 6 novembre débute la 16ème édition du festival Les champs de la marionnette initié par Daru Thémpô qui propose des représentations de spectacles de marionnettes à travers tout le département de l’Essonne. Le festival sera inauguré par une représentation de Cet enfant par la compagnie La magouille à la salle Pablo Picasso à la Norville. Le spectacle traite des rapports parents/enfants qui peuvent parfois être difficiles.

Durant le weekend d’inauguration, cinq autres spectacles seront proposés. La compagnie Alinéa présente Petites histoires sans paroles, et rendra hommage à Alain Recoing. Le dimanche, un atelier est proposé autour de la marionnette à gaine afin de s’initier à sa manipulation.

Malgré les restrictions budgétaires de crise, les changements inhérents aux élections locales, les difficultés de trésorerie bien connues des acteurs culturels et des artistes, la saison 14/15 voit une nouvelle reconnaissance institutionnelle de l’équipe Daru-Thémpô avec le nouveau soutien régional entant que « fabrique de culture des arts de la marionnette ». Le lieu-fabrique se situe au cœur du territoire de l’Arpajonnais (centre Essonne à 30 km au sud de Paris).

C’est Le MANIPULARIUM que 4 à 6 compagnies par an sont invitées à investir par Daru-Thémpô pour chercher, tâtonner, bricoler, créer, rencontrer, échanger, vivre son art pleinement, sans pressions ni horaires, dans l’exigence professionnelle et la détente et la concentration intellectuelles sans lesquelles la pratique artistique n’est possible.

Pour plus d’informations : ici.

DARU THÉMPÔ activités 14 15.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Le Théâtre de l’Opprimé accueille la 10ème édition du Festival MigrActions.
Un fes­ti­val plu­ri­dis­ci­pli­naire dans lequel les géné­ra­tions dia­lo­guent, les natio­na­li­tés se ren­contrent et les genres se croi­sent.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.