REPORTÉ Les Causeries Nomades, voyons ce qu’il advient quand on plante la (...)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Enfin
des cadeaux intelligents !





   


< Articles en libre lecture (mais c’est mieux de s’abonner)

REPORTÉ Les Causeries Nomades, voyons ce qu’il advient quand on plante la tente !

Fragments sensibles et politiques
PARTAGER ►

par Marine Lemaire
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Fragments sensibles et politiques 

Le dimanche 22 mars de 18 à 23h au Vent se lève, 181, av. Jean Jaurès 75019 Paris 19e. M° Ourcq ou Porte de Pantin.

Cette première édition des Causeries Nomades se focalisera sur le geste poétique en faisant la part belle aux entrelacs artistiques et politiques. L’idée force est de redonner sa performativité à l’art en le replaçant dans un vrai dialogue avec la société, en liaison et solidarité avec les mouvements sociaux actuels.

L’émission de Thomas Hahn Tempête sur les planches sur Radio Libertaire, consacrée à cette première Causerie Nomade :

Visuel © Alexandra Martins-Pinto

« L’implication du geste artistique dans la vie d’une société n’est autre qu’une retrouvaille avec son véritable rôle, où renaît sa profonde utilité dans la collectivité humaine. Soit le geste artistique nous éveille, soit ce n’est pas un geste artistique. On ne peut se souvenir de l’art, de ce qu’il est vraiment, que dans ces moments de rupture. C’est la raison pour laquelle le geste artistique est, de loin, ce dont nous avons le plus besoin en ces temps. Un rappel. Celui de la puissance indépassable de ce savoir symbolique et émotionnel qui construit les humains. »

À partir de mars 2020, le journal L’Insatiable et le collectif La Fontanelle souhaitent donner naissance à un nouveau cycle : Les Causeries Nomades. Un projet vagabond et protéiforme en déplacement continuel. Une causerie, c’est une occasion de se retrouver et d’échanger avec un ou plusieurs invités dont les pratiques questionnent politiquement notre rapport au monde.

Julien Blaine en colère !

La soirée s’organise en différents temps : performances artistiques, prises de paroles, débats et discussions avec les invités et le public ; des moments artistiques impromptus, le tout en présence de musiciens. L’idée est de créer un espace horizontal de réflexion et de discussion critique vivant et interactif, ouvert sur l’extérieur et sur son époque, autour du rôle que peuvent jouer les pratiques artistiques dans la société contemporaine.

Le premier acte des nouvelles Causeries explorera les dimensions de la poésie : poésie comme principe de survie et de résistance au monde, poésie dans sa forme libre, expérimentale, performative et engagée. En grec, poiein signifie faire, créer, et nous souhaitons rendre à ce mot son sens et sa performativité.

Fantazio !

Cette première Causerie nomade plantera son décor au Vent se lève (zone libre d’art et de culture, éthique et solidaire), Paris 19e, le dimanche 22 mars à partir de 18h. En plus des membres de la Fontanelle, Julien Blaine (artiste et poète, l’un des créateurs de la poésie action), Fantazio (performeur, musicien, chanteur et comédien), Alexandre Rolla (poète, historien et critique d’art), le collectif Petit poème je t’aime beaucoup, (collectif à géométrie variable qui dévoile ses écrits dans un espace de paroles ouvert) se joindront à cette halte, avec également, Sylvestre Leservoisier (poète aboyeur ambulant), Micaëla Etcheverry (comédienne), et Mady Mantelin (comédienne et metteuse en scène).

La soirée se finira par un bal ! Il y aura de quoi boire et manger. L’événement sera à prix libre.

Votre contribution sera reversée aux caisses de soutien aux luttes d’art en grève.



fake lien pour chrome



Partager cet article /  





Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…
Services
→ S’abonner
→ Dons
→ Parutions papier