Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Le musée du quai Branly poursuit ses « ateliers nomades »

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Suite au succès des « ateliers nomades » à Clichy-sous-Bois et Montfermeil en 2014/2015, le musée du quai Branly et ces deux villes ont décidé de prolonger leur collaboration jusqu’au printemps 2016.

Depuis son ouverture en 2006, le musée du quai Branly est engagé dans la rencontre des publics qui ne se rendent pas d’eux-mêmes au musée, en tissant des liens avec les réseaux associatifs, du travail social et de l’insertion (associations, établissements scolaires, centres sociaux, structures d’accueil périscolaires) ainsi qu’avec les collectivités territoriales.

Le musée a expérimenté pour la première fois en 2011 une action hors-les-murs : à l’occasion de l’exposition Dogon, le musée s’est installé à Montreuil. À l’issue de l’opération, plus de 1 100 personnes s’étaient rendues au musée, soit plus de la moitié du public approché. Encouragé par ce succès, le musée a lancé ses « ateliers nomades », dispositif hors-les-murs en partenariat avec un territoire. Depuis l’année dernière, le musée a ainsi mis en place des navettes gratuites, qui ont permis à 5.000 habitants de Clichy et Montfermeil de venir découvrir le musée, ses expositions et ses collection, avec des interventions de conférenciers et conteurs du musée.

Une étude de réception des « ateliers nomades » a été menée en 2014. Cette démarche de démocratisation culturelle a mobilisé de nombreux habitants de Clichy-sous-Bois et Montfermeil, des publics parfois peu familiers des pratiques culturelles, pour qui ces événements sont une occasion de sortir d’un certain isolement social (1 personne sur 10 n’avait pas effectué de sortie culturelle au cours des 6 derniers mois ; 14% des personnes interrogées n’étaient jamais allées dans un musée ; 37% déclaraient ne pratiquer aucune activité artistique en amateur).

Le musée s’engage au quotidien à faciliter son accès et à déployer des actions vers des cibles de publics spécifiques : les scolaires, les jeunes, le public en situation de handicap, le public dit « empêché » (personnes hospitalisées ou sous main de justice), le public relevant du champ social. Cette exigence d’ouverture maximale et d’accessibilité élargie vise à lever, un à un, les obstacles à la visite, qu’ils soient tarifaires, géographiques ou socio-culturels.

Pour plus d’informations ici






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’en par­lais récem­ment ici, il est des mala­dres­ses à toutes les mises en expo­si­tion. À la Maison Victor Hugo, ce qui m’a dérangé c’est le rai­son­ne­ment qui a pré­cédé la cons­truc­tion du propos cri­ti­que. Je vou­drais sou­li­gner plu­sieurs pro­blè­mes, et non des moin­dres, puisqu’ils sont dis­cri­mi­na­toi­res.


J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.