Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

Le cinéma La Clef, relais de productions engagées

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Le cinéma La Clef fût dans les années 70 un des hauts lieux du cinéma indépendant et de projections-débats politiques. Aujourd’hui, ce cinéma d’art et d’essai, au cœur du quartier latin, entend toujours faire découvrir des cinématographies du monde et diffuser le regard qu’elles portent sur l’évolution des problèmes contemporains.

La Clef a présenté le 21 mai à 20h30 The Uprising dans le cadre du cycle de « long-métrages insurgés » conçu par le collectif Jeune Cinéma. Ce documentaire entièrement construit à partir d’images des manifestants du Printemps Arabe, raconte une révolution imaginaire, quoique inspirée des révolutions réelles, auxquelles elle rend hommage. La séance sera suivie d’un débat avec le réalisateur, Peter Snowdon.

Au programme également :

  • Samedi 23 mai à 20h, une soirée consacrée aux « luttes territoriales amérindiennes au Brésil » composée de deux documentaires. Le premier, Le retour de la terre tupinamba, réalisé par l’anthropologue brésilienne Daniela Fernandes Alarcon, retrace la lutte du peuple Tupinambá pour la récupération du territoire qu’ils occupent traditionnellement au sud de l’État de Bahia. Le second, Les indiens Mundubuku : tissant la résistance, de Nayana Fernandez, montre la vie au sein d’une communauté Mundubuku et la manière dont ils s’insurgent contre la construction de barrages hydroélectriques sur les rivières de l’Amazonie, qui perturberaient leur mode de vie et nuiraient à la biodiversité locale.
  • Mardi 26 mai à 18h, la projection de deux films indiens contre le nucléaire : Hight Power dévoile l’histoire méconnue de la centrale nucléaire de Tarapur, la première centrale en Inde, installée il y a 40 ans. Jaitapur Live, raconte quant à lui, la lutte non-violente des paysans et pêcheurs du petit village du Maharashtra, à l’Ouest du pays. Ils s’opposent au projet de construction de la plus grande centrale nucléaire au monde, piloté par la Société nucléaire indienne d’État (NPCIL).

Programmation complète sur : ici.

Cinéma la Clef,
34 rue Daubenton
Paris 5ème.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Tous les deux ans, la ville se trans­forme en un gigan­tes­que cas­te­let en accueillant le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes qui réunit 230 com­pa­gnies et accueille plus de 150.000 spec­ta­teurs. En ce mois de sep­tem­bre aura lieu sa 19° Édition.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».