Bienvenue aux insatiables !



Un journal en ligne d’informations de débats et d’humeurs
animé par l’équipe de L’Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Le bar Floréal.photographie s’arrête

par Samuel Wahl
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Après 30 ans d’activité,
le bar Floréal.photographie s’arrête.

Il a été mis en liquidation judiciaire le 30 juillet 2015.

Aujourd’hui, de nombreux festivals, agences photo, ateliers de graphistes, cinéastes… et autres structures indépendantes luttent pour leur survie. En France comme ailleurs. Quant à nous, nous avons mené notre barque comme nous l’entendions.
Jusqu’à ne plus en avoir les moyens.

La spirale mortifère des baisses de rémunération des photographes -et des autres artistes-, la raréfaction des commandes dans la presse et la quasi-généralisation des appels d’offres aux budgets de plus en plus réduits ont brisé l’aventure malgré le soutien de plusieurs institutions publiques et une notoriété nationale et internationale grandissante.

Les fondateurs du collectif, un graphiste de Grapus* et deux photographes indépendants, n’avaient pas l’intention de créer une agence photo de plus.
Par la mutualisation de leurs outils de travail, de leurs réseaux respectifs et un espace commun, un ancien bistrot -le bar Floréal à Belleville (Paris)-, ils voulaient mettre en place de réelles possibilités de création de projets interdisciplinaires fondés sur l’idée de véritables échanges avec le public. Et au-delà, non seulement pouvoir rendre visible leur propre travail, mais aussi celui d’autres artistes, graphistes et photographes.

Dès ses débuts, en 1985, le bar Floréal a naturellement défendu une photographie engagée, humaniste, concernée et a accueilli -dans le but de construire un groupe fort- des photographes aux multiples écritures. 21 photographes** ont participé, pour quelques années ou pendant trente ans, à cette aventure exceptionnelle.
À la fois confrères, parfois amis, artistes, citoyens, ils l’ont fait exister, questionnant l’Image et ses usages, s’interrogeant sur la société, ses bonheurs et ses lignes de fracture, ses zones de flou et ses déséquilibres, proposant leur regard comme partage d’une réflexion sur la condition humaine.

Naturellement ils ont aussi tissé des liens avec des photographes et artistes du monde entier : l’Allemagne, la Belgique, le Chili, la Chine, Cuba, Haïti, Israël, l’Italie, le Mexique, la Suisse, le Tchad...

La cohésion du groupe sur une ligne éditoriale exigeante à résisté pendant trois décennies aux difficultés inhérentes à la confrontation d’implications fortes mais spécifiques d’auteurs ayant des approches très personnelles. C’est finalement devant un bilan comptable qu’il a fallu s’incliner.

Les deux projets fondateurs du bar Floréal, "Cité Dunlop" à Montluçon en 1985 et "Nord-Sud" sur la frontière USA-Mexique (qui fut montré lors des Rencontres d’Arles), montraient tout le potentiel d’une démarche qui dépassait le strict photo-reportage.
Se succédèrent des projets sur les banlieues et les quatre coins des régions françaises, sur les quartiers en rénovation urbaine, mais aussi des approches et réflexions sur le cœur des villes, les théâtres et autres scènes du monde entier, parfois insoutenables comme la Méditerranée d’aujourd’hui ("Je suis pas mort, je suis là"*** exposé dans le cadre du Mois de la Photo à Paris 2014)‚ amenant souvent l’image là ou ça ne va pas de soi : à l’école, en prison, dans les foyers d’hébergement ou sur les lieux de travail‚ mêlant alors créations d’auteurs et pratiques amateurs.

En 1986, la première exposition de la galerie non-commerciale du bar Floréal montrait les travaux de Thomas Hirschhorn et peu après le Belleville de Willy Ronis.
Elle a participé plusieurs fois au Mois de la Photo à Paris, comme récemment avec le projet collectif "Retour en Lorraine" ou encore l’exposition des photographies de jazz de Jean-Pierre Leloir.

L’exposition "Villes" en 2012 au Pavillon Carré de Baudouin, à Paris, était la dernière grande exposition collective.

L’édition faisait également partie de nos activités. Nous l’avons déjà évoqué : Nous voulions "rendre", "partager" notre travail : plus de 50 livres et catalogues de ses projets photographiques furent édités, dont 23 par Le bar Floréal-édition****.

L’association, présidée par Jacques Lacarrière puis Françoise Denoyelle, a pu exister grâce à beaucoup de bénévolat de ses photographes, principaux porteurs du projet, et des graphistes de Nous Travaillons Ensemble, complices dès la première heure, au soutien des réseaux et ami(e)s des uns et des autres et de l’engagement sans relâche de ses salariés.

Cette histoire de 30 ans laisse derrière elle des traces, des projets dont nous sommes fiers.

L’après-bar Floréal reste à trouver.
Mais une chose est certaine : nous continuons, séparés ou ensemble.

Jean-Christophe Bardot, Bernard Baudin, Sophie Carlier,
Françoise Denoyelle, Eric Facon, Alex Jordan, André Lejarre,
Cécile Lucas, Mara Mazzanti, Olivier Pasquiers, Caroline Pottier, Nicolas Quinette, Laetitia Tura


* GrapusAtelier de création graphique, 1970-1991.

** 21 photographes ont participé à l’aventure du bar Floréal : Jean-Christophe Bardot, Bernard Baudin, Noak Carrau, Sophie Carlier, Jean-Luc Cormier, Sabine Delcour, Hervé Dez, Éric Facon, Nicolas Frémiot, Marc Gibert, Alex Jordan, Lucile Chombart de Lauwe, André Lejarre, Mara Mazzanti, Nathalie Mohadjer, Myr Muratet, Olivier Pasquiers, Caroline Pottier, Nicolas Quinette, Jean-Pierre Vallorani, Laetitia Tura. Accompagnés des salariés : Christiane Bagard, Claudine Durand, Giselle Gattoni, Fouad Houiche, Florence Labalette, Cécile Lucas, Frédérique Mangin, Marie Paire, Anaïs Pachabezian, Niki Picalitos. Présidents : Françoise Denoyelle, Jacques Lacarrière.

*** "Je suis pas mort, je suis là" Exposition sur la situation des migrants bloqués aux marges de l’Europe, par Laetitia Tura et Hélène Crouzillat. Galerie du bar Floréal, Mois de la photo à Paris 2014.

**** Les projets édités par Le bar Floréal : 75 photographes contre l’apartheid / Cité Dunlop, Montluçon / La traversée de Belleville de Willy Ronis / Nord-sud / Serge, Denise, François / Tous pas pareils, tous pareils / Maux d’exil / Mais où va-t’on se rencontrer ? / Cicatrices / Perdu qui comme Ulysse / La collection Marchand / Prendre le temps, il est temps / Images de la femme / Du travail / Associations / La Courneuve, rue Renoir, avant démolition / Premières photos de vacances / Chemins de Croix / D’un regard à l’autre / Paris, centre ville ? / Nous / En coulisses / Monmousseau, 2 automnes et 3 étés / Je suis, je serai.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La Justice est au cœur de notre actua­lité… mais aussi de celle de plus de 2000 mili­tants et syn­di­ca­lis­tes aujourd’hui pour­sui­vis pour leurs actes de résis­tance.


Brèves

10ème Festival Régional Itinéraires Singuliers, du 1er mars au 23 avril 2017, en Bourgogne-Franche-Comté…


Imaginée pour le mois de la photo 2017, IN/ OFF / OUT est une expo­si­tion photo col­lec­tive iné­dite : débor­dant le seul cadre de la gale­rie, les pho­to­gra­phes inves­tis­sent la rue pour y affi­cher en format monu­men­tal des images poé­tico-poli­ti­ques, qui ne devraient pas lais­ser indif­fé­rents. Nus mas­cu­lins ou fémi­nin, voiles et ombres, pay­sa­ges mys­té­rieux et illu­sions de réa­li­tés…


Autour de l’œuvre de Fernand Deligny. Poète-éducateur (1913-1996), Fernand Deligny dénonce d’emblée la mal­trai­tance des enfants dans les ins­ti­tu­tions. En 1968, il prend le maquis avec des enfants autis­tes dans les Cévennes, invente un mode de vie. F Deligny res­ti­tue à l’homme que nous sommes sa part mys­té­rieuse et fas­ci­nante d’inné et réha­bi­lite un humain d’espèce. Sa pensée inter­roge le pou­voir et la liberté.


L’ali­men­ta­tion est un acte bien au-delà d’une simple absorp­tion /trans­for­ma­tion c’est un acte cultu­rel qui nous rend acteur de notre envi­ron­ne­ment. Si nous nous ali­men­tons de vio­lence faite au règne végé­tal (pes­ti­ci­des insec­ti­ci­des) ou au règne animal (élevages en bat­te­ries) nous per­dons notre huma­nité ainsi que le dit le phi­lo­so­phe Emmanuel Kant : « l’inhu­ma­nité infli­gée à un autre détruit l’huma­nité en nous ».


Faisant suite à d’excep­tion­nel­les expo­si­tions telles Les Rouart en 2015, Maurice Vlaminck en 2014, Les pein­tres de Pont-Aven en 2013 et bien d’autres, « Peindre la ban­lieue » est la nou­velle expo­si­tion pré­sen­tée à l’ate­lier Grognard de Rueil. Dans nos ima­gi­nai­res, le mot ban­lieue évoque sou­vent des images grises, mais…


Le FIFA est une pla­te­forme de dif­fu­sion unique pour les arti­sans du cinéma qué­bé­cois, cana­dien et inter­na­tio­nal.
C’est une occa­sion unique de décou­vrir une cen­taine de docu­men­tai­res, d’essais, de vidéos d’artis­tes et d’oeu­vres de nou­vel­les écritures sur l’Art. # lefifa


Le débat en pré­sence des portes-paro­les Culture des can­di­dats à l’élection pré­si­den­tielle, sur la ques­tion "Quels pro­jets cultu­rels pour le pro­chain quin­quen­nat ?"


Rencontres autour "Des livres et l’alerte" pour encou­ra­ger à l’écriture et la pro­mou­voir, réflé­chir sur le lan­ce­ment d’alerte, et le rôle de celles et ceux qui la déclen­chent.