Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Le Printemps du livre de Grenoble

par L’équipe
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


La 14e édition du Printemps du livre se déroulera du 30 mars au 3 avril 2016 à Grenoble.

Avec les 45 auteurs invités, les rencontres, lectures, débats se dérouleront dès le mercredi 30 mars, dans les bibliothèques de Grenoble et de la métropole.

Et les 1, 2 et 3 avril, les auteurs et les illustrateurs seront au musée de Grenoble pour des lectures, parcours littéraires, débats, performances artistiques, dédicaces et signatures.

L’entrée au musée sera libre et gratuite pour tous pendant les 3 jours du festival.

Printemps du livre 2016 – 14e Édition
Liste des auteurs invités

LITTÉRATURE FRANÇAISE
Maissa Bey – Hizya, Ed. de l’aube
Didier Blonde- Leïlah Mahi, Gallimard
Christophe Boltanski – La Cache, Stock
Didier Castino – Après le silence, Liana Levi
Collectif – Bienvenue, Point Seuil
Agnès Desarthe – Ce cœur changeant, L’Olivier
Julien Delmaire – Frère des astres, Grasset (à paraitre)
Anne-Marie Garat – La Source, Actes Sud
Hédi Kaddour – Les Prépondérants, Gallimard
Mathieu Larnaudie – Notre désir est sans remède, Actes Sud
Alain Mabanckou – Petit piment, Seuil
Patrick Pecherot - Une plaie ouverte, Gallimard
Judith Perrignon – Victor Hugo vient de mourir, L’Iconoclaste
Thomas B. Reverdy – Il était une ville, Flammarion
Mathieu Riboulet – Entre les deux il n’y a rien et Les Lisières du corps, Verdier
Boualem Sansal – 2084, Gallimard (le 4 mars)
Thierry Magnier - Ma mère ne m’a jamais donné la main, le Bec en l’air

LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE
Maja Haderlap - L’Ange de l’oubli, Métailié
Craig Johnson – Steambot, Gallmeister
Erri de Luca – La Parole contraire, Gallimard
Paul Lynch – La Neige noire, Albin Michel
Eduardo Mendoza – Bataille de chats et La Grande embrouille, Seuil

ESSAI
Jean-Pierre Filiu – Les Arabes, leur histoire et la nôtre, La découverte
La Dame de Damas, Futuropolis (Bande dessinée)
Camille Froidevaux – Metterie – La Révolution du féminin, Gallimard
Catherine Wihtol de Wenden – Faut-il ouvrir les frontières ?, Presses de Sciences Po et Le Droit d’émigrer, CNRS éditions

THÉÂTRE ADULTE
Alexandra Badea – Je te regarde, L’Arche

BD
Laurent Verron (et Frank Pé.) – Fugitif sur terra II (Vol 1 à 4), Dargaud
Florence Cestac – Toute son œuvre
Capucine Mazille – La Cuisine des sorcières - Mosquito
Jérôme Ruillier – L’Étrange, l’Agrume (à paraitre)
(Artiste associée : Misstic – Flashback : 30 ans de création, Critères)

LITTÉRATURE JEUNESSE
Carole Chaix – Dans la tête d’Albert, Thierry Magnier
Axl Cendres – Dysfonctionnelle – Sarbacane (Coll. Exprim’)
Jeanne Detallante – Paloma et le vaste monde, Actes sud Jr
Béatrice Fontanel – De l’art dans mon assiette, Seuil Jr
Gaia Guarino – Marcelle Pottofeu, Ed Courtes et longues
Antoine Guilloppé – King kong-, Gauthier Languereau
Marin Ledun – Interception, Rageot
Clémence Pollet – La Ballade de Mulan, Hongfei
Mathieu Robin – Ses griffes et ses crocs et Pensée assise, Actes sud Jr
Clémentine Sourdais – Le Grand petit poucet, Hélium

THÉÂTRE JEUNESSE
Estelle Savasta – Traversée, École des loisirs

LE PRINTEMPS DU LIVRE
Du 30 mars au 03 avril

Grenoble Ville-lecture
Appartement Stendhal
14, rue Jean-Jacques Rousseau
38000 GRENOBLE
04 38 37 20 83
www.printempsdulivre.bm-grenoble.fr






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.


Cette magni­fi­que pièce de Luigi Pirandello mise en scène par Jean Liermier pro­pose une réflexion sur les stra­té­gies défen­si­ves en cas de mort pré­ma­tu­rée d’un fils. Donna Anna va répé­tant que son fils va reve­nir, à la sur­prise hor­ri­fiée de son entou­rage, une famille tra­di­tion­nelle, catho­li­que, rurale. Celle-ci affi­che le bon sens : les morts sont à oublier afin que les vivants puis­sent vivre sans être hantés par eux. À preuve les pier­res tom­ba­les qui empê­chent les morts de sortir des tombes, la cré­ma­tion La-Vie-que-je-t-ai-donnee-Une