Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Articles

Le Festival Échos. Expériences intimistes et acoustiques.

Un festival hors-normes
par Yann Bougaret

Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Edmond Jabès, poète du XXe siècle admiré de René Char, aurait sans doute introduit sur cette phrase : « Ne néglige pas l’écho, car c’est d’échos que tu vis. » Mais enfin... Vous proposer une citation pour commencer un article, en voilà une belle courbette ! Cela a-t-il vraiment un sens de sortir ainsi des mots de leur contexte initial, pour qu’ils se déplacent de textes en textes ? Peut-être, s’ils ouvrent d’autres résonances. Détacher ces mots pour qu’ils fuient leur paragraphe et, comme les échos, puissent se nourrir des paysages dans lesquels ils se déplacent. Voilà, c’est de ça qu’il s’agit. L’écho.

Essayons de nous fabriquer un souvenir de ce weekend du 28 juin que nous avons laissé passer. C’est ici que nous aurions été :

À la ferme du Faï, dans les Hautes-Alpes. C’est dans ce lieu que se déroule sur deux jours le Festival Éch[...]

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous ou abonnez-vous ici

Ce journal culturel en ligne est alimenté et animé par l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et les nouveaux rédacteurs de L’Insatiable qui produit également Archipels avec Culture et démocratie. Nous vous proposons des formules d’abonnement à L’Insatiable et à Archipels. Vous pouvez également recevoir des collections de numéros thématiques de Cassandre/Horschamp. Nous ne pourrons évidemment pas continuer à le développer sans votre soutien !




<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Prélude à l’évasion
ARTICLE SUIVANT >>
Bruit du Frigo : L’aventure aux coins de la ville





4 commentaire(s)

Yann Bougaret 28 juillet 2014

Bonjour Jean Michel Pillone,

Le mot abandonné était effectivement très mal choisi, me concentrant d’avantage sur le festival pendant la rédaction, j’ai omis de vous contacter afin d’approfondir mon article. Je vous pris de m’excuser pour cette erreur.

Merci de votre compréhension.

Signaler

Nicolas Romeas 27 juillet 2014

Bonjour Jean-Michel, votre information est transmise à Yann Bougaret, l’auteur du billet, qui va vous répondre et actualiser son texte…

Signaler

jean michel pillone 26 juillet 2014

je suis le directeur de cette structure de la ferme du Faï, qui accueille l’association dôme depuis deux ans pour le festival Echos et je peux vous dire que contrairement à ce qui est annoncé dans votre article les trompes du Faï n’ont jamais été abandonnées, bien au contraire, d’une part nous avons travaillé d’arrache pied pour reconstruire une intégrité à la trompe médium aigus victime de son age (20 ans) et des sautes d’humeur du climat montagneux au quel elle est exposée hiver comme été et qu’un projet est en devenir afin de la rénover car sa structure faite de bois a bien du mal à braver les intempéries.
Projet donc de refaire cette nouvelle trompe en résine utilisant des moteurs de médium de fabrication américaine propulsant le rendement de 20% à 50 %, mais tout cela ne ce fait pas sans argent (cela représente un projet de 100.000 €) : tout vos dont seront accueillis avec le plus grand respect et la plus grande parcimonie dans les dépenses
Adressez vos dont à association Villages des jeunes, ferme du Faï 05400 Le Saix.
Un reçu fiscale vous sera adressé afin que vous puissiez défalquer ces sommes de votre déclaration d’impôts sur le revenu.
Répondez nombreux si vous voulez que ce système acoustique unique au monde continue d’exister.
Jean Michel Pillone

http://villagesdesjeunes.org Signaler

Gilles Malatray - Desartsonnants 25 juillet 2014

Encore pour raté cette année !
Et cet article ne peut que me le faire regretter un peu plus encore.
L’année prochaine sans doute...
En tout cas bravo aux organisateurs pour cette belle initiative.

http://www.scoop.it/t/les-oreilles-bruissonnantes Signaler
Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Tous les deux ans, la ville se trans­forme en un gigan­tes­que cas­te­let en accueillant le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes qui réunit 230 com­pa­gnies et accueille plus de 150.000 spec­ta­teurs. En ce mois de sep­tem­bre aura lieu sa 19° Édition.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».