Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

« La tête dans les poubelles ! » : A Nantes, on récupère les déchets et on soutient les artistes

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Depuis maintenant deux ans et demi, l’association nantaise Stations Services élabore des projets autour de la récupération de déchets d’entreprises destinés à être revendus aux artistes de la région. Actuellement en campagne de financement participatif, ils espèrent ouvrir une « ressourcerie créative » en mai prochain, à Rezé (commune nantaise).

Philippe Comtesse et Elise Martineau, co-fondateurs de l’association à but non lucratif Stations Services, étaient tous deux étudiants aux Beaux Arts de Nantes. Leurs difficultés à dénicher des matériaux les mirent sur la voie de ce projet, prenant pour modèle le fonctionnement d’une association new-yorkaise, Material for the arts, et celui de La Réserve de Paris, qui fournit des prestations aux entreprises pour l’enlèvement des déchets.

Stations Services entend mener une action croisée entre différents acteurs de la région. La première étape se fonde dans un dialogue avec des entreprises et des associations (dans un rayon de 30km autour de Nantes) pour réfléchir à une vision alternative du traitement de ces matériaux de seconde-main et les expertiser. Les intéressés souscrivent à l’association, déterminant en concertation la fréquence et la quantité des collectes. Une fois valorisés dans les locaux, ces matériaux (principalement du bois mais aussi textiles, verre, cartons et métaux) sont revendus à bas prix aux artistes et étudiants locaux, dont les besoins auront été évalués en amont. Le projet s’articule également autour d’une plateforme virtuelle ayant pour but de mutualiser les outils de l’art contemporain (lieux d’expositions, matériel de transport et de production...) et relier les acteurs entre eux.

Luttant contre le gaspillage et pour le soutien de l’activité artistique locale, Stations Services s’inscrit au cœur d’un circuit d’économie sociale, solidaire et de développement durable. Leur appel à financement, hébergé sur KissKissBankBank, vise à concrétiser le projet : aménager la « ressourcerie » à Rezé (à la fois centre de stockage, lieu d’exposition et de rencontres), acheter un camion et d’autres outils nécessaires au transport des matériaux. Ils sont également soutenus par la métropole de Nantes, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie et par la région Pays de la Loire.

Informations complémentaires :

Le crowdfunding est en ligne ici.
La page facebook est ici.






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Le Théâtre de l’Opprimé accueille la 10ème édition du Festival MigrActions.
Un fes­ti­val plu­ri­dis­ci­pli­naire dans lequel les géné­ra­tions dia­lo­guent, les natio­na­li­tés se ren­contrent et les genres se croi­sent.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.