Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

La scène buissonnière est de retour

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Adeline Nunez au Théâtre Antoine Vitez

Samedi 17 janvier 2015, Adeline Nunez et la compagnie La scène buissonnière mettront en scène Graine de crapule au théâtre Antoine Vitez, une création inspirée des écrits de Fernand Deligny. Le spectacle se prolongera dans un dialogue entre la metteuse en scène et Coline Merlo (Lire l’entretien paru dans le numéro 96 de la revue Cassandre/Horschamp).

La première mise en scène de Graine de crapule a été créée en 1996. La pièce se fait le porte-voix de confessions indignées, celles d’une éducatrice ayant travaillé avec des jeunes marginalisés ou exclus du milieu scolaire institutionnel. Graine de crapule est la compilation scénique de plusieurs écrits de Fernand Deligny, eux mêmes inspirés des expériences que ce dernier éprouva en tant qu’éducateur.

A la fin des années 1940, Fernand Deligny crée un dispositif d’accueil dans les Cévennes pour des enfants autistes, afin qu’ils s’extirpent d’un carcan institutionnel qui les rejette, les met à la marge. Il observe leur manière d’être au monde, d’être ensemble, leur appréhension des objets, leurs mouvements. Ses écrits, fulgurances de formes brèves, de dessins cartographiés et d’une prose synesthésiste, regorgent d’une poésie théâtrale qu’Adeline Nunez travaille au corps depuis vingt ans.

Fernand Deligny parvient à capter la sensibilité cosmique de « l’humain espèce », défait des rapports sociaux de pouvoir et du langage. L’altérité est comprise comme une richesse, que souhaite traduire la mise en scène de Graine de crapule. Faite de bruits, de mots, de gestes, elle fait s’exprimer ces humains qui « ne peuvent se penser ’je’, et ne peuvent être dénommés ’ils’ ». En parallèle, Adeline Nunez et La scène buissonnière travaillent, en résidence à Ivry, à la création de Sur les traces de l’humain, deuxième volet de la trilogie adaptée des écrits de Fernand Deligny.






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Le Théâtre de l’Opprimé accueille la 10ème édition du Festival MigrActions.
Un fes­ti­val plu­ri­dis­ci­pli­naire dans lequel les géné­ra­tions dia­lo­guent, les natio­na­li­tés se ren­contrent et les genres se croi­sent.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.