Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

La ferme de la Tournerie nous propose de devenir actionnaire !

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


La ferme collective de la Tournerie est un projet agricole regroupant onze jeunes, soutenus par le collectif Peuple et Culture. Pour les aider dans leur lancement, ils nous proposent de l’épargne solidaire.

A l’origine de la ferme de la Tournerie, il y a onze jeunes issus principalement de formations agricoles, dont les questionnements et les expériences respectives ont fait émerger l’envie de devenir paysans ensemble. Dans cette ferme, du pain au levain, des légumes de saison, de la bière artisanale, de la viande de porc, du fromage et des yaourts seront produits selon les principes de l’agriculture biologique puis commercialisés localement. L’idée est également que ce lieu puisse provoquer des rencontres, en ouvrant un magasin à la ferme, en abritant un bar associatif et en y organisant des évènements culturels.

Jusqu’alors à la recherche d’une ferme, ils ont à présent trouvé le lieu où concrétiser le projet qui les anime depuis plusieurs années, ce sera en Limousin ! Elle se situe à Coussac-Bonneval, au sud de la Haute-Vienne. L’installation se fera à l’automne et sera suivie d’une grande période de travaux pour rendre fonctionnels les différents ateliers de production, qui devraient être prêts début 2016. Tout comme l’association Terre de Liens qui les aide dans l’organisation de l’épargne solidaire, la Tournerie souhaite garantir le maintien des terres agricoles, réhabiliter leur statut de bien commun et en faire des lieux ouverts à la création de nouvelles activités économiques et écologiques.

Tout à fait en adéquation avec ces valeurs, l’épargne solidaire permet d’impliquer les citoyens, pour porter ensemble le foncier et se le réapproprier. Il s’agit d’un placement d’argent, comme dans un livret d’épargne, mais pour un projet choisi. Ce n’est pas du don. L’objectif de la Tournerie est de réunir 200 000 €, c’est pourquoi jusqu’au mois de septembre, ils organiseront des événements, tiendront des stands et animeront des débats afin de faire connaître leur projet et de tenter de nous embarquer dans l’aventure !

Pour souscrire des parts auprès de Terre de Liens (en indiquant qu’elles sont destinées au projet de La Tournerie) : ici

Ferme de la Trounerie
La Ribouille
87380 Saint-Germain-les-belles






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Avec From the « Ground to the Cloud », Olivier Coulon-Jablonka et le Moukden Théâtre s’atta­quent à un sujet com­plexe à trans­po­ser à la scène : la super­puis­sance numé­ri­que et son intru­sion dans tous les aspects de notre vie.


Notre ami Hervé Breuil a créé le Lavoir Moderne Parisien il y a vingt-huit ans dans un ancien lavoir public situé rue Léon, au cœur de ce quar­tier popu­laire qui devint peu à peu l’enclave « afri­caine » de la Goutte d’or, dans le dix-hui­tième arron­dis­se­ment de Paris. Un quar­tier à la répu­ta­tion inquié­tante, sous la menace per­ma­nente d’opé­ra­tions immo­bi­liè­res, mais en réa­lité très vivant.


Chaque année depuis 2016, les équipes de L’Insatiable en France et Culture&Démocratie en Belgique, aguer­ries à l’explo­ra­tion des pra­ti­ques artis­ti­ques en lien avec les ques­tions de société, pro­dui­sent, avec la col­la­bo­ra­tion de par­te­nai­res d’autres pays, un numéro de la revue Archipels autour de la ren­contre des cultu­res. Nous vou­lons déve­lop­per ensem­ble une revue papier per­met­tant de mettre en valeur, com­pren­dre et favo­ri­ser, les échanges entre les artis­tes et l’ensem­ble de la col­lec­ti­vité humaine.


J’ai rendez-vous à l’hôpi­tal Saint-Vincent de Paul pour me faire réa­ni­mer. Prise en charge par une infir­mière puis une équipe de méde­cin, je serai rame­née à la vie et inci­tée à en pro­fi­ter.


Pierre Debauche a été, de très près comme de loin, un solide com­pa­gnon de route de notre tra­vail pour l’art et la culture dans la société, un repère et l’une de nos brû­lan­tes ins­pi­ra­tions. Un grand frère d’armes jusqu’à son der­nier souf­fle pour tous ceux qui, jeunes ou non, savent que le théâ­tre est un lieu de par­tage essen­tiel. Et s’effor­cent, en ces temps arides, de mettre en pra­ti­que ce savoir.