Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

La bataille du Kosovo 1389, au Théâtre de l’opprimé

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


La compagnie LIRIA a présenté jusqu’au 12 avril La vieille guerre, la bataille du Kosovo 1389 au Théâtre de l’opprimé (12ème arrondissement). Le metteur en scène Simon Pitaqaj revient sur une une bataille qui « soulève l’amour et la haine des peuples », et dont plusieurs mémoires se sont cristallisées au fil des siècles.

Franco-Kosovar, Simon Pitaqaj a grandi en Yougoslavie jusqu’à ses quinze ans. Il vit depuis vingt-cinq ans en France, pays depuis lequel il regarde, imprégné de ses racines, grandir le Kosovo. Cherchant à démêler les guerres balkaniques, il retrace les fils de la bataille du « champ des merles », en 1389. A cette date, l’armée ottomane du Sultan Mourad 1er envahit le Kosovo. Les Turcs affrontent une coalition balkano-chrétienne, menée par le Prince Lazard de Serbie. Le camp de ce dernier est écrasé.

« Chaque peuple possède une version de la légende qui lui est propre pour décrire la bataille de 1389 ». Pour explorer ces mémoires, Simon Pitaqaj entrelace les mythes turcs, albanais, serbes, et le récit d’Ismaël Kadaré, Trois chants funèbres pour le Kosovo. « Loin d’être une reconstitution historique, le spectacle sert à interroger, questionner les mythes et l’histoire. Démêler les conflits d’hier pour mieux comprendre le rapport compliqué et ambigu entre Serbe et Albanais, entre l’Orient et l’Occident ».

La compagnie LIRIA (« liberté » en Albanais) a été créée en 2008, au lendemain de l’indépendance du Kosovo. Travaillant textes dramatiques et romans (L’homme du sous-sol, d’après Dostoïevski en 2011/2013), elle s’intéresse aux personnages oubliés, marginalisés, aux « battants errant comme des zombies poétiques ».

Les détails sur les réservations sont à consulter ici.
Retrouvez également le site de la compagnie ici.

Théâtre de l’Opprimé
78 rue du Charolais
75012 Paris

PNG - 267.9 ko
La bataille de 1389 © Cie LIRIA





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.