Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

La bataille du Kosovo 1389, au Théâtre de l’opprimé

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


La compagnie LIRIA a présenté jusqu’au 12 avril La vieille guerre, la bataille du Kosovo 1389 au Théâtre de l’opprimé (12ème arrondissement). Le metteur en scène Simon Pitaqaj revient sur une une bataille qui « soulève l’amour et la haine des peuples », et dont plusieurs mémoires se sont cristallisées au fil des siècles.

Franco-Kosovar, Simon Pitaqaj a grandi en Yougoslavie jusqu’à ses quinze ans. Il vit depuis vingt-cinq ans en France, pays depuis lequel il regarde, imprégné de ses racines, grandir le Kosovo. Cherchant à démêler les guerres balkaniques, il retrace les fils de la bataille du « champ des merles », en 1389. A cette date, l’armée ottomane du Sultan Mourad 1er envahit le Kosovo. Les Turcs affrontent une coalition balkano-chrétienne, menée par le Prince Lazard de Serbie. Le camp de ce dernier est écrasé.

« Chaque peuple possède une version de la légende qui lui est propre pour décrire la bataille de 1389 ». Pour explorer ces mémoires, Simon Pitaqaj entrelace les mythes turcs, albanais, serbes, et le récit d’Ismaël Kadaré, Trois chants funèbres pour le Kosovo. « Loin d’être une reconstitution historique, le spectacle sert à interroger, questionner les mythes et l’histoire. Démêler les conflits d’hier pour mieux comprendre le rapport compliqué et ambigu entre Serbe et Albanais, entre l’Orient et l’Occident ».

La compagnie LIRIA (« liberté » en Albanais) a été créée en 2008, au lendemain de l’indépendance du Kosovo. Travaillant textes dramatiques et romans (L’homme du sous-sol, d’après Dostoïevski en 2011/2013), elle s’intéresse aux personnages oubliés, marginalisés, aux « battants errant comme des zombies poétiques ».

Les détails sur les réservations sont à consulter ici.
Retrouvez également le site de la compagnie ici.

Théâtre de l’Opprimé
78 rue du Charolais
75012 Paris

PNG - 267.9 ko
La bataille de 1389 © Cie LIRIA





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.


Cette magni­fi­que pièce de Luigi Pirandello mise en scène par Jean Liermier pro­pose une réflexion sur les stra­té­gies défen­si­ves en cas de mort pré­ma­tu­rée d’un fils. Donna Anna va répé­tant que son fils va reve­nir, à la sur­prise hor­ri­fiée de son entou­rage, une famille tra­di­tion­nelle, catho­li­que, rurale. Celle-ci affi­che le bon sens : les morts sont à oublier afin que les vivants puis­sent vivre sans être hantés par eux. À preuve les pier­res tom­ba­les qui empê­chent les morts de sortir des tombes, la cré­ma­tion La-Vie-que-je-t-ai-donnee-Une