Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

La Tsigane de Lord Stanley revient en mai

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


La compagnie Tamèrantong ! sera au Théâtre de l’Épée de Bois à Paris du jeudi 28 au dimanche 31 mai pour mettre en scène sa dernière création.

Le travail de la compagnie Tamèrantong ! consiste à former des troupes de théâtre d’enfants et d’adolescents de toutes origines sociales, culturelles et religieuses, venant des quartiers nécessitant une attention particulière. C’est ainsi que les enfants apprennent et mettent en pratique ce que le théâtre enseigne avant tout : jouer et vivre ensemble, s’interroger sur eux-mêmes et sur le monde qui les entoure, être un « citoyen du monde ».

La Tsigane de Lord Stanley est une pièce jouée par 24 gamins de 8 à 14 ans du quartier cosmopolite de La Plaine Saint-Denis. Tirée du conte de Jean Portail Norma et le beau Lord écossais, l’histoire s’ouvre sur un camp tsigane, installé sur le terrain privé d’un riche propriétaire. Alors que les autorités policières se préparent à les déloger, le châtelain décide de leur offrir l’hospitalité. Traversée par une histoire d’amour entre le Lord et Anatillia, jeune fille tsigane, cette pièce dessine un chemin d’ouverture et de fraternité contre le rejet de l’autre.

Pour en savoir plus : ici.

Théâtre de l’Épée de Bois
Route du Champ de Manœuvres
75012 Paris






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Difficile de ne pas être attiré par un artiste qui tra­vaille sur un sujet qui cham­boule notre société et nos esprits comme celui des migrants. C’est une évidence pour moi d’aller décou­vrir au col­lec­tif 12 de Mantes la jolie, la créa­tion de Rachid Akbal. Mais la ques­tion du fond et de la forme va vite se poser…


Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.