Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

La Solitude du Coureur de fond

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Après sa première estivale au festival EPOS dans le Loir-et-Cher, La Solitude du Coureur de fond est à présent en Avignon jusqu’au 26 juillet, au Théâtre au Bout Là-bas (relâches les 9, 16 et 23 juillet).

Dans cette adaptation de la nouvelle d’Alan Sillitoe La Solitude du Coureur de fond, œuvre classique de la littérature britannique écrite en 1959, le comédien Patrick Mons incarne Colin Smith, un jeune rebelle placé en maison de correction après avoir commis un vol. Choisi par le directeur pour représenter l’établissement lors d’une course à pied nationale, il va découvrir la solitude lors de ses entraînements matinaux. Au début, Colin va courir sous la contrainte, puis vers une certaine forme de liberté, en se révélant un athlète exceptionnel. Quand arrive le jour de la compétition, Colin ira au bout du souffle et du panache s’adjuger la plus ardente des victoires. Le directeur voudrait faire de sa victoire un exemple de réussite et de réhabilitation pour son établissement, mais Colin n’a rien d’un cheval de course. Le geste de Colin Smith, conçu entre révolte et ténacité, est devenu emblématique.

« Colin Smith est une pure invention. Je l’ai fabriqué au fur et à mesure qu’il courait, qu’il entrait dans ma vie en courant. Il est devenu une telle part de moi que de temps en temps je me demande si je ne le connais pas malgré tout », Alan Sillitoe.

Patrick Mons livre sa performance physique et scénique dans une ambiance jazzy assurée par le saxophoniste Esaïe Cid. Les pas du coureur martelants les planches, établissent un tapis sonore et percussif, canevas rythmique sur lequel viendra s’asseoir le discours du saxophone. Le coureur devient le batteur à travers une interprétation entre introspection et critique acerbe de l’establishment britannique. Dans la foulée, le 7 avril 2013, Patrick Mons a d’ailleurs réalisé son premier Marathon en 3h45, conformément à son objectif.

La pièce est soutenue par la Frithe, une coopérative de services pour l’accompagnement (production, diffusion et communication) des projets artistiques et culturels. Elle offre la possibilité aux compagnies d’insérer leur projet au sein de la coopérative en devenant sociétaires. La Frithe œuvre à renforcer l’assise économique des porteurs de projets artistiques dans le champ professionnel du spectacle vivant.

Programmation ici

Théâtre au Bout Là-bas
23, rue Noël Biret
84000 Avignon






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Notre ami Hervé Breuil a créé le Lavoir Moderne Parisien il y a vingt-huit ans dans un ancien lavoir public situé rue Léon, au cœur de ce quar­tier popu­laire qui devint peu à peu l’enclave « afri­caine » de la Goutte d’or, dans le dix-hui­tième arron­dis­se­ment de Paris. Un quar­tier à la répu­ta­tion inquié­tante, sous la menace per­ma­nente d’opé­ra­tions immo­bi­liè­res, mais en réa­lité très vivant.


Chaque année depuis 2016, les équipes de L’Insatiable en France et Culture&Démocratie en Belgique, aguer­ries à l’explo­ra­tion des pra­ti­ques artis­ti­ques en lien avec les ques­tions de société, pro­dui­sent, avec la col­la­bo­ra­tion de par­te­nai­res d’autres pays, un numéro de la revue Archipels autour de la ren­contre des cultu­res. Nous vou­lons déve­lop­per ensem­ble une revue papier per­met­tant de mettre en valeur, com­pren­dre et favo­ri­ser, les échanges entre les artis­tes et l’ensem­ble de la col­lec­ti­vité humaine.


J’ai rendez-vous à l’hôpi­tal Saint-Vincent de Paul pour me faire réa­ni­mer. Prise en charge par une infir­mière puis une équipe de méde­cin, je serai rame­née à la vie et inci­tée à en pro­fi­ter.


Pierre Debauche a été, de très près comme de loin, un solide com­pa­gnon de route de notre tra­vail pour l’art et la culture dans la société, un repère et l’une de nos brû­lan­tes ins­pi­ra­tions. Un grand frère d’armes jusqu’à son der­nier souf­fle pour tous ceux qui, jeunes ou non, savent que le théâ­tre est un lieu de par­tage essen­tiel. Et s’effor­cent, en ces temps arides, de mettre en pra­ti­que ce savoir.


Besançon. Sabrina Boukhenous retrouve son public pour l’inau­gu­ra­tion du Festival du tout jeune Collectif Haïku avec sa pre­mière créa­tion solo : Plastik. Plus exac­te­ment l’agui­che d’une pro­po­si­tion plus longue, en cours d’écriture, sur les per­ver­si­tés d’une société pro­duc­ti­viste et nar­cis­si­que. Premier tableau expri­mant les effets des ryth­mes pro­fes­sion­nels sur l’humain, Plastik sonne comme un pré­texte : mettre le corps opprimé au ser­vice de l’image, la danse et le théâ­tre au ser­vice d’un mes­sage.