Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

La Maison de la Poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines soutient les Voix de la Méditerranée !

par L’Insatiable
Thématique(s) : Parti-pris , Politique de l’art
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Madame, Monsieur, chères amies, et chers amis

« Après analyse de la situation, les élus de la communauté de communes Lodévois et Larzac ont décidé de ne pas maintenir le festival sous sa forme existante, le contexte financier ne permettant plus d’assumer les coûts liés à l’envergure de cette manifestation. »

C’est par ces mots que nous apprenons par un mail de son directeur que s’arrête « sous sa forme existante » la belle aventure du festival Voix de la Méditerranée, après 17 éditions.

Il semblerait que les quelque 6000 signatures reçus par la pétition qui appelle toujours à sauver le festival n’ait pesé pour rien dans la décision des élus.

(https://secure.avaaz.org/fr/petition/au_plus_grand_nombre_de_citoyens_sauver_le_festival_de_poesie_Les_Voix_de_la_Mediterranee_a_Lodeve/?pv=11)

C’est pourquoi nous vous appelons maintenant à écrire personnellement une carte postale ou une lettre cachetée aux élus référents en marquant ainsi directement votre soutien à ce festival unique en son genre. (n’oubliez pas d’inscrire « Personnel » en haut et à gauche de l’enveloppe afin que votre courrier soit bien remis à son destinataire.)

Communauté de Communes du Lodévois et Larzac
Mme Marie-Christine Bousquet, Présidente
9, place Alsace Lorraine, 34700 Lodève

Communauté de Communes du Lodévois et Larzac
Mme Fadilha Benammar Koly, vice-présidente chargée de la culture
9, place Alsace Lorraine, 34700 Lodève

Vous espérant nombreux à agir de la sorte pour marquer votre réprobation à la mise à mort d’un tel événement culturel.

Jacques Fournier
Directeur
Maison de la Poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines
10 place Pierre Bérégovoy
F.-78280 Guyancourt
01 39 30 08 90
jacques.fournier@agglo-sqy.fr
www.maisondelapoesie.sqy.fr






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.


Théâtre de la Bastille, Festival d’automne, de jeunes acteurs vien­nent faire réson­ner le regard porté sur les révo­lu­tions du passé et inter­ro­ger l’avenir. Des ter­ri­toi­res (...d’une prison l’autre...) est le deuxième volet d’une tri­lo­gie écrite et mise en scène par Baptiste Amann. Dans ce huis clos sur­volté, le tren­te­naire se préoc­cupe de savoir sur quelle révo­lu­tion se por­tera le XXIème siècle.