Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

L’histoire universelle de Marseille

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Le collectif Manifeste rien nous présente pour la première fois à Paris sa dernière création l’Histoire universelle de Marseille, dimanche 7 juin, à 17h, à la Bellevilloise. L’événement sera suivi d’un débat avec Eric Hazan.

En 2006, Alèssi Dell’Umbria publie une volumineuse Histoire universelle de Marseille, sa ville natale, dans laquelle il dresse un constat assez pessimiste sur l’évolution de la cité, notamment en matière d’urbanisme. Aujourd’hui, c’est le collectif marseillais Manifeste rien qui nous propose une adaptation théâtrale de ces 800 pages en 50 minutes de spectacle.

A travers l’Histoire universelle de Marseille, mise en scène par Jérémy Beschon, la comédienne Virginie Aimone nous invite à remonter le temps pour redécouvrir l’histoire de France. Elle incarne tour à tour Charles Ier, Henri IV et Louis XIV, ainsi que des héros méconnus de Marseille. La pièce met en lumière l’expulsion des classes populaires engendrée par les récentes rénovations dues aux projets Euroméditérranée et Marseille, capitale européenne de la culture en 2013. Ce voyage historique se clôt, plus largement, sur les mutations urbaines que connaissent les grandes villes européennes et s’interroge sur les modèles d’intégration qu’elles ont à offrir.

La représentation sera complétée par un débat avec Eric Hazan, historien, écrivain et fondateur des éditions la Fabrique, car le collectif Manifeste rien souhaite proposer un travail entre spectacle et vulgarisation scientifique, afin de partager la complexité de nos sociétés avec le plus grand nombre de spectateurs.

Pour plus d’informations : ici

La Bellevilloise – Le Forum
19-21, rue Boyer
75020 Paris

JPEG - 122.6 ko





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.


Théâtre de la Bastille, Festival d’automne, de jeunes acteurs vien­nent faire réson­ner le regard porté sur les révo­lu­tions du passé et inter­ro­ger l’avenir. Des ter­ri­toi­res (...d’une prison l’autre...) est le deuxième volet d’une tri­lo­gie écrite et mise en scène par Baptiste Amann. Dans ce huis clos sur­volté, le tren­te­naire se préoc­cupe de savoir sur quelle révo­lu­tion se por­tera le XXIème siècle.


Le stade c’est toute leur vie, c’est leur his­toire, leur quo­ti­dien. Les sup­por­ters du Racing club de Lens, des famil­les, des enfants, des ultras, inves­tis­sent à tour de rôle le Théâtre National de la Colline avec Stadium.