Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

L’école de la nuit - Séminaire sur les conditions d’exercice de la liberté artistique

par Samuel Wahl
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


BELMACHINE PRESENTE

L’ÉCOLE DE LA NUIT #1

SÉMINAIRE
Les conditions d’exercice de la liberté artistique
Intervenant : Evelyne Pieiller

Les 20 et 21 juin au Centre FGO - Barbara
1, rue de Fleury 75018 Paris - Métro : Barbès-Rochechouart

De 10 h à 16 h le samedi
et de 10 h à 13 h le dimanche
suivi d’une discussion informelle autour d’un verre

Entrée libre dans la limite des places disponibles
inscription obligatoire à
contact@belmachine.org ou au 06 51 14 75 02

L’ECOLE DE LA NUIT

À la fin du XVIe siècle, à Londres, un groupe qui s’est nommé L’Ecole de la Nuit—School of Night, se réunit régulièrement, et clandestinement. C’est un groupe de stars : des auteurs de théâtre, des savants, des aventuriers chéris de la Reine. Ils ont le goût de la marge, du risque, du dépassement du sens commun. Il y en a parmi eux qui cherchent la gloire (Christopher Marlowe), d’autres qui cherchent à fonder des utopies dans le Nouveau Monde (Walter Raleigh), tous aiment le plaisir : mais ce n’est pas ce qui les réunit. Ce qui les réunit, c’est l’audace de la pensée. Ils veulent penser le plus librement possible, le plus loin possible, pour se débarrasser des vieux empêchements qui brident l’imagination et font passer la conformité pour l’ordre éternel des choses. Ils s’appuient sur les découvertes des savants, et ces découvertes sont dangereuses : en particulier, celle qui affirme que l’univers est infini. Ce n’est pas ce que dit la Bible, ce n’est pas ce que disent les autorités. Ce savoir-là est interdit. C’est pourquoi ils se font très discrets. Mais actifs. L’un d’eux invente le théâtre anglais, un autre fait connaître la circulation du sang, un autre encore propage l’idée qu’il existe des galaxies par milliers…

Il n’y a aucun danger évidemment aujourd’hui à se réunir pour chercher à se donner les moyens de penser librement. D’autant qu’on a assez tendance à considérer qu’on y arrive à peu près correctement tout seul. Et que de surcroît, le monde étant ce qu’il est, c’est plutôt de solutions concrètes qu’on a besoin, notamment quand on pratique un art. C’est parfaitement exact. Sauf que, pour élaborer des solutions concrètes, il est assez utile de connaître les… empêchements. Ce à quoi contribue toute réflexion précise sur ses conditions d’exercice : pourquoi, pour qui, comment ? Afin d’ouvrir un chemin qui mènerait des conditions réelles, à celles qu’on peut espérer.

LE SEMINAIRE

Chaque artiste semble libre de créer comme il le veut, en démocratie. Cela paraît une évidence.
L’évidence est trompeuse.
La liberté artistique a peu à avoir avec la spontanéité, ou l’expression de soi.
Alors, c’est quoi ?

Jour 1

  • Histoire de la notion d’artiste (de l’artisan à “l’élu”, jusqu’au “créatif” etc : “démocrate”, ou “aristocrate”…)
  • Statut social du musicien, du XVIIIe siècle à aujourd’hui : France, Grande-Bretagne, Italie.
  • Quelques moments politiques qui ont reconnu à l’artiste une place déterminante dans la nation, et lui ont donné les moyens financiers de jouer ce rôle : New Deal (Roosevelt), NEP (Lénine), Révolution mexicaine, Front populaire… Rapports entre une démarche artistique et un projet politique (qu’en est-il de la liberté de création ?), qu’implique le fait pour un artiste d’être “fonctionnarisé”, quelles obligations, quelles innovations ?

Jour 2

  • Comment trouver sa liberté aujourd’hui ?
  • Liberté artistique : qu’est-ce que l’invention, l’originalité, la vérité esthétique ? Quelles en sont les conséquences ?
  • Conditions pratiques d’exercice concret de cette liberté : quelques exemples de communautés d’artistes (Coleridge, Pissaro et les peintres anarchistes, le Cartel, l’orchestre de chambre de Toulouse, la Factory, mais aussi La Rose Rouge, Le Chat noir etc).

Intervenant : Evelyne Pieiller
Membre de la rédaction du Monde diplomatique, elle collabore régulièrement avec :
Le Magazine Littéraire, la Quinzaine littéraire, L’Insensé.
Traductrice des œuvres de Grégory Motton et de Sarah Kane. Travail dramaturgique pour Claude Régy. Scénariste pour Marco Ferreri, Valéria Sarmiento, Emilio Pacull. Bourse Beaumarchais. Bourse du CNL.
Derniers textes publiés : L’Almanach des contrariés (Édition Gallimard), Iggy, (La maison d’à côté),Dick, le zappeur de mondes, (La Quinzaine Littéraire/ Louis Vuitton). Le rock expliqué aux ados (Le Diable Vauvert).

LE PROJET

L’Ecole de la nuit est la première étape d’un projet de recherche mené par l’association Belmachine avec des musiciens et des travailleurs de la musique qui ont bien du mal à s’y retrouver dans le cadre défini par l’industrie musicale.
Il s’agit de trouver de nouvelles pratiques plus en adéquation avec le contexte actuel. De réfléchir et d’échanger ensemble de manière transectorielle et transnationale afin de pouvoir élaborer des solutions concrètes.
Nous pensons que la réflexion critique est essentielle pour pouvoir mieux appréhender la création et redonner de la valeur aux démarches indépendantes.
A long terme, ce projet a pour intention la construction d’une coopérative pour les artistes indépendants.
Il a pu être réalisé avec l’aide d’Arcadi Ile-de-France / Fonds de soutien à l’initiative et à la recherche.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.


Cette magni­fi­que pièce de Luigi Pirandello mise en scène par Jean Liermier pro­pose une réflexion sur les stra­té­gies défen­si­ves en cas de mort pré­ma­tu­rée d’un fils. Donna Anna va répé­tant que son fils va reve­nir, à la sur­prise hor­ri­fiée de son entou­rage, une famille tra­di­tion­nelle, catho­li­que, rurale. Celle-ci affi­che le bon sens : les morts sont à oublier afin que les vivants puis­sent vivre sans être hantés par eux. À preuve les pier­res tom­ba­les qui empê­chent les morts de sortir des tombes, la cré­ma­tion La-Vie-que-je-t-ai-donnee-Une