Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Archives

Ils ne sont pas méchants mais il ne faut pas les énerver

Tour d’horizon de la galaxie des jeunes collectifs qui opposent l’insurrection créative au monopole idéologique ultra-libéral
par Samuel Wahl
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Luttes festives et actions directes se développent en Sarkozie dans une sorte de happening permanent, qui irrigue désormais la plupart des mouvements sociaux : « un nouvel art de militer » selon Sébastien Porte et Cyril Cavalié.
Sous ce titre, que saluait Cassandre-Horschamp dans sa dernière livraison « contre la machine à décerveler », un tour d’horizon de la galaxie des jeunes collectifs qui opposent l’insurrection créative au monopole idéologique ultra-libéral : La Brigade Activiste des Clowns, Les manifs de droite, La France qui se lève tôt, Génération Précaire, Les Cercles de Silence, Votre Nouveau Visage, Les Big Brother Awards, La Quadrature du Net… un travail d’enquête et de mise en perspective qui invite à mieux découvrir ces pratiques singulières et collectives détonantes, à travers leurs diverses sensibilités, et une impressionnante sélection illustrée. Le blog qui accompagne l’édition permet aussi de suivre l’actualité de ces irréductibles, mobilisés sans relâche et avec inventivité.

Pour fêter la parution du livre, les auteurs, inspirés des pratiques qu’ils mettent en exergue dans l’ouvrage, se sont essayés à une séance de hacking de la Nuit blanche à Beaubourg, à coup de mégaphone, lors d’une opération commando décidément très D.I.Y.

Soucieux de rendre la confiance que leur ont accordés les militants qu’ils ont côtoyés pendant un an, en leur destinant en premier lieu ce regard qui mêle récit et analyse, mais aussi pour offrir à tout un chacun la possibilité d’entrer en relation directe avec ces nouvelles formes de résistance, les auteurs mettent à profit la sortie de l’ouvrage pour proposer trois jours de rencontres thématiques et artistiques, destinées à réunir ceux qui désirent vivre ce partage d’expériences, et peut-être aussi développer des stratégies à venir.

Les deux premiers jours des rencontres seront consacrés aux questions de fond, à l’origine des dynamiques d’engagement : le mal-logement et l’extension de la précarisation, le contrôle des opinions et des imaginaires par le système publicitaire, l’écologie en pratique et l’écosophie dans nos vies, les usages des technologies comme outil de communication pour les militants mais aussi comme instrument de contrôle par les oppresseurs…
Le samedi mettra en débat les problématiques de formes, de positionnement et de sens qui traversent ces différents mouvements : l’humour comme arme de persuasion massive, les limites tactiques de la non-violence, le collectif : avant-garde ou garde-fou de la révolution, comment faire trembler le pouvoir, situer l’efficacité, détourner ou désintégrer la société du spectacle…

Une diversité qui n’est pas sans rappeler celle du FRAP, le Festival des Résistances et Alternatives Parisiennes , qui rassemble depuis 2001 l’actualité des luttes, pour un carrefour des initiatives, des rencontres à haute-densité humaine, et de mémorables fêtes, qui voient chaque année de nouvelles générations entrer dans la danse.

Le squat de la Petite Rockette, fidèle à sa réputation de lieu ouvert et accueillant, devrait permettre des moments riches et conviviaux ; il est prévu que les soirées se finissent en musique, et pendant les trois jours auront lieu des projections de Michael Borras a.k.a Systaime, web artiste radical, Anthony Jahn, qui a participé aux campagnes RESF, Laura Genz, illustratrice, qui a tenu un surprenant carnet de bord pendant l’occupation de la Bourse du Travail par des sans-papiers, et bien sûr Cyril Cavalié, auteur-photographe de l’ouvrage et maître d’œuvre, avec le journaliste Sébastien Porte, de ces rencontres.

Pour ceux qui le souhaitent, le débat commence ici, en amont des rencontres : les contributions seront versées aux débats du week-end, n’hésitez pas à réagir par le biais des commentaires !

3 soirées de débats / concerts / expositions
autour du livre de Sébastien Porte & Cyril Cavalié
Un nouvel art de militer (Editions Alternatives)
http://www.un-nouvel-art-de-militer.info

les jeudi 5, vendredi 6 et samedi 7 novembre 2009
à la Petite Rockette (6, rue St-Maur, Paris XIe), à partir de 17h
http://www.lapetiterockette.com/

entrée et participation libre
retrouvez ici le programme détaillé

 






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La finance ne déter­mine pas la géo­gra­phie et l’his­toire, le Royaume Uni est bien en Europe.
Le Théâtre de l’Opprimé fêtera la 10ème édition du fes­ti­val MigrActions. Dès la pre­mière édition de MigrActions en 2007, le fes­ti­val affirme sa volonté de célé­brer la liberté de migra­tion des formes, des iden­ti­tés et des géné­ra­tions. Culture en mou­ve­ment, en action, pro­ve­nant d’une plu­ra­lité d’hori­zons artis­ti­ques.


Brèves

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun… du moins, pour un temps, celui du Festival, et des pos­si­bles rai­son­nés et/ou rêvés… là-bas, à Douarnenez.
Cette année encore, fic­tions, docu­men­tai­res, images fixes comme ani­mées, pala­bres, ren­contres, lit­té­ra­tu­res, concerts et fes­ti­vi­tés Frontieres-du-18-au-26-Aout-2017

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.