Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Honneur et respect, messieurs-dames la société !

Mimi Barthélémy
par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Hommage à la grande conteuse haïtienne MIMI BARTHELEMY et lecture de son roman posthume L’Obèse, l’Ange et le Jumeau, publié aux éditions L’attrape-science en avril 2014. Samedi 17 mai 2014 à 19h30, lecture par Anne Quesemand.

C’est avec émotion mais aussi bonheur que nous rendons hommage à Mimi Barthélémy, flamboyante et merveilleuse conteuse haïtienne disparue il y a tout juste un an. Son éditrice et amie Anne Quesemand - qui est également comédienne – lira des passages de son roman posthume L’Obèse, l’Ange et le Jumeau. On retrouvera dans ces pages, toute la « généreuse luxuriance » de Mimi
Barthélémy.

Il s’agit de l’histoire d’une femme qui grossit sous le poids de son implacable mémoire : l’Ange qui préside aux naissances ne lui a pas clos les lèvres afin qu’elle puisse oublier le passé de ses ancêtres… Et son jumeau, qui n’est pas né parce qu’elle l’a mangé dans le ventre de leur mère, convoque ses revenants depuis l’Afrique, les Caraïbes ou l’Europe pour qu’elle devienne Femme-fontaine, ou – puisque ce récit tire ses racines singulières de Haïti – « Poteau-mitan ».

Mimi Barthélémy est née à Port-au-Prince, le 3 mai 1939. Elle quitte
Haïti en 1956 pour faire des études en France puis part vivre à
l’étranger. De retour en France, elle entreprend un doctorat sur « le
théâtre de l’identité dans les minorités » et devient conteuse, mais aussi
comédienne, chanteuse, écrivain, puisant son inspiration aux sources de
la tradition orale haïtienne, mêlant créole et français.
Femme engagée, Mimi Barthélémy s’est mobilisée intensément au
moment du tremblement de terre qui a frappé Haïti en 2010. Elle a
participé au cycle de lectures Haïti, lectures d’avenir à la librairie Les
Oiseaux rares.

La magie de son verbe nous reste dans ses livres, particulièrement les Contes d’Haïti (Milan), Haïti la perle nue (Vents d’ailleurs), Dis-moi des chansons d’Haïti et La reine des Poissons (Kanjil ) ainsi que dans le très beau film documentaire de Roland Moreau, Mimi Barthélémy, la voix de la conteuse, qui mêle étroitement l’histoire mouvementée d’Haïti et son parcours de femme engagée.
LIBRAIRIE LES OISEAUX RARES 1, RUE VULPIAN 75013 PARIS - METRO GLACIERE OU CORVISART /01 45 35 38 45






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Le Théâtre de l’Opprimé accueille la 10ème édition du Festival MigrActions.
Un fes­ti­val plu­ri­dis­ci­pli­naire dans lequel les géné­ra­tions dia­lo­guent, les natio­na­li­tés se ren­contrent et les genres se croi­sent.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ». Tout son tra­vail consiste à faire de celui qui a vécu « la chose » que ce soit Hiroshima, Auschwitz... le seul déten­teur Ce-quel­que-chose-qui-est-la-De

Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.